/news/politics
Navigation

Anticosti: François Legault ouvert à l’exploration des hydrocarbures

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault pourrait remettre en question son appui à la candidature de l’île d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO si des projets pétroliers ou gaziers intéressants se présentaient.

La CAQ avait déploré la décision du premier ministre sortant Philippe Couillard, qui a mis fin abruptement à l’exploration des hydrocarbures sur l’île. François Legault a toujours affirmé qu’on devait aller voir ce que contenait le sous-sol d’Anticosti avant de tirer un trait définitif sur le projet, initié par le gouvernement de Pauline Marois.

«La CAQ aurait aimé que les Québécois aient toutes les informations en main, afin de prendre une décision éclairée et collective sur l’exploitation du pétrole et du gaz sur l’île d’Anticosti», insiste l’attaché de presse de la CAQ, Ewan Sauves.

UNESCO

Pour mettre le clou dans le cercueil du projet et protéger l’île des forages, le gouvernement libéral avait même donné son appui à la candidature d’Anticosti au patrimoine mondial de l’UNESCO.

En décembre dernier, le Canada l’a inscrite sur sa courte liste à soumettre au Comité du patrimoine mondial de la Convention de l’UNESCO. Québec s’est également engagé à collaborer avec la municipalité pour préparer le dossier de candidature.

Mais avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement Legault, la candidature de l’île a du plomb dans l’aile. «Si d’autres projets [pétroliers ou gaziers] venaient à être présentés prochainement, un gouvernement de la CAQ serait ouvert à les évaluer à leur mérite avant de prendre une décision sur le statut de l’île d’Anticosti», a précisé M. Sauves.

Pas avant 2020

Selon nos informations, un changement de ton de la part du gouvernement du Québec forcerait Ottawa à réviser sa position. D’autant plus que la candidature d’Anticosti, si jamais elle était choisie par le fédéral, ne serait pas soumise à l’UNESCO avant 2020 ou 2021.

Ainsi, si François Legault décidait de retirer son appui ou de permettre un forage pétrolier, «ça pourrait plomber la candidature» de l’île d’Anticosti, précise un expert de la question, qui a requis l’anonymat.

En 2014, le gouvernement du Parti québécois avait annoncé des investissements de 115 millions $ pour vérifier le potentiel pétrolier de l’île.

Une fois au pouvoir, Philippe Couillard avait toutefois rapidement manifesté son opposition au projet. Il avait finalement mis un terme à l’aventure pétrolière et gazière sur Anticosti. Québec a dû compenser financièrement les entreprises partenaires du projet, comme Pétrolia, Corridor Resources et Maurel Prom, une facture de 56 millions $.