/news/cannabis
Navigation

Légalisation du cannabis, c'est parti

Le prix est plus élevé que sur le marché noir, mais 110 produits sont offerts dès 10 h mercredi matin

Légalisation du cannabis, c'est parti
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le prix du pot qu’il est désormais possible d’acheter légalement au Québec depuis mercredi matin est moins avantageux que sur le marché noir pour les grandes quantités, mais la Société québécoise du cannabis envisage des ajustements éventuels.

Trois ans après que Justin Trudeau a promis de légaliser le cannabis, 12 succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ouvrent leurs portes mercredi matin dans quelques régions du Québec.

Les consommateurs attendaient donc avec fébrilité le dévoilement des produits, et de leurs prix, qui se trouveront sur les tablettes des 12 succursales.

Déjà mardi, des consommateurs fébriles pensaient à faire la file durant la nuit pour être les premiers à découvrir les quelque 110 produits offerts et leurs prix.

Les médias ont eu accès en primeur à la boutique située à la Plaza Saint-Hubert à Montréal, mardi. Comme la SQDC l'avait déjà annoncé, joints préroulés, huile et cannabis séché se retrouvent tous classés sur des étagères, derrière un comptoir.

 

Mais la grande inconnue demeurait la fourchette de prix. Devant l'interdiction de la SQDC de faire des rabais sur les grandes quantités, on constate finalement certains écarts entre le prix du pot légal et celui du marché noir.

Par exemple, le cannabis séché RockStar du producteur Tilray est au coût de 151 $ pour 15 grammes.

En ce moment, tout dépendant de la qualité, on peut trouver illégalement une once, soit le double de 15 grammes, pour ce coût.

Ajustements

«On va s’adapter au marché, reconnaît le PDG de la SQDC, Alain Brunet, qui souligne que le bas prix a été un facteur déterminant dans la sélection des produits. Il faudra s’adapter à ce qui va émerger et si la question des prix devient une barrière à l’entrée, on va pouvoir s’ajuster.»

D’ailleurs pour les petites quantités, certains prix sont compétitifs : le pot Toucher du fournisseur ontarien Aphria sera vendu 18,50 $ pour 3,5 grammes. Cela revient à 5,28 $ le gramme, taxes incluses ce qui est comparable au marché noir.

«Les prix sont raisonnables, mais c’est sûr que ça ne va pas marcher pour ceux qui achètent en gros à l’once», a réagi Jean-Sebastien Fallu, professeur à l’Université de Montréal et spécialiste en prévention de la toxicomanie qui étant présent lors de la visite, mardi.

«Mais ça va marcher pour une partie des consommateurs, les nouveaux s’il y en a et ceux qui ne veulent pas rester dans l’illégalité», nuance-t-il.

Le porte-parole du Bloc pot Hugo St-Onge s’inquiète toutefois d’une pénurie de cannabis pour les produits bon marché.

«Il faudra payer plus cher et seuls les gens aisés vont pouvoir en acheter ici.»

 

Consultez le guide de la SQDC ici

 

Comment acheter du pot

En magasin

1. Tout client qui entre dans un magasin de la Société québécoise du cannabis (SQDC) se fera immédiatement «carter», s’il a l’air d’avoir moins de 25 ans. L’entrée se fait d’abord dans un vestibule, puisque les produits du cannabis ne peuvent pas être visibles de la rue.

2. Contrairement à la SAQ, il sera interdit d’être accompagné d’un mineur. Impossible aussi de toucher les produits, qui seront derrière un comptoir.

3. Il n’y aura pas non plus de dégustation ou de cartes de fidélité.

4. Les conseillers de la SQDC ne peuvent que décrire et présenter les produits et leurs effets. Il leur sera interdit de faire des recommandations aux clients.

5. La SQDC promet qu’au moins un agent de sécurité sera en tout temps présent dans ses magasins.

Sur internet

1. Les clients se feront demander leur date de naissance dès leur entrée sur le site web de la SQDC.

2. Ils devront confirmer leur âge avec leur date de naissance au moment de faire leurs achats.

3. La vérification se fera cependant au moment de la livraison par Postes Canada. Le facteur demandera une pièce d’identité, comme c’est le cas pour les livraisons de la SAQ et aucun colis ne sera laissé devant une porte.

4. Il ne sera pas possible pour un Canadien ne provenant pas du Québec d’acheter du pot en ligne sur le site de la SQDC. Il n’est pas clair si les autres territoires et provinces appliqueront le même traitement pour les Québécois.