/news/transports
Navigation

Des cégépiens organisent une manif contre le 3e lien

Le projet nuira à l’environnement et accentuera la congestion, selon eux

Noémie Veilleux, du Cégep de Sainte-Foy, et Émile Gendreau Côté, du Cégep Garneau, sont coorganisateurs de la manifestation contre le 3e lien prévue le 10 novembre.
Photo Jean-François Desgagnés Noémie Veilleux, du Cégep de Sainte-Foy, et Émile Gendreau Côté, du Cégep Garneau, sont coorganisateurs de la manifestation contre le 3e lien prévue le 10 novembre.

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition régionale des associations étudiantes de la Capitale-Nationale (CRACN) organise une manifestation pour dénoncer le projet de 3e lien et ses «impacts négatifs», le 10 novembre prochain.

Cette coalition – qui regroupe les associations étudiantes des cégeps de Sainte-Foy, Garneau, Limoilou, St. Lawrence et même Lévis-Lauzon – espère attirer 400 à 500 personnes pour ce rassemblement.

Des groupes environnementaux, comme Équiterre, devraient participer. Des étudiants de cégeps et d’universités de Montréal ont également été sollicités.

Le trajet précis de cette marche «pacifique», qui doit débuter à 13 h 30 en Haute-Ville, n’a pas encore été dévoilé. L’itinéraire sera assurément transmis à la police de Québec, a confirmé l’une des deux porte-parole de l’événement.

«Notre but, ça ne sera pas de choquer ni d’insulter, mais bien d’informer les gens, de les sensibiliser et leur dire qu’il y a des alternatives», a indiqué en entrevue Noémie Veilleux, coordonnatrice aux affaires externes du Cégep de Sainte-Foy.

La CRACN milite entre autres pour le développement du transport collectif afin d’améliorer la mobilité interrives.

«Nous, on s’oppose au projet du 3e lien qui vise à augmenter la capacité de transport automobile entre Québec et Lévis. On incite également les instances qui sont en faveur du 3e lien à étudier avec soin les impacts négatifs qu’entraînerait un tel projet ainsi que ses faibles retombées positives», a-t-elle ajouté.

Contre l’étalement urbain

Préoccupé lui aussi par les enjeux environnementaux, l’autre coorganisateur de cette manif, Émile Gendreau Côté du Cégep Garneau, reprend à son compte le discours de nombreux experts, urbanistes et spécialistes de l’aménagement du territoire qui prédisent qu’un 3e lien accentuera l’étalement urbain et la congestion routière à moyen et long terme.

«Les gens vont aller s’établir de plus en plus loin en pensant que le trajet va se faire plus rapidement, mais dans le fond, au bout de cinq ans, on va juste atteindre le même niveau de congestion», a-t-il déploré, sachant pertinemment qu’une majorité de citoyens de la région ne partage pas cet avis et appuie le projet de 3e lien.

«On est conscients de la réalité de la Ville de Québec [...], mais je crois aussi qu’il y a quand même une proportion importante qui est contre [le 3e lien] quand on regarde les résultats des élections au centre-ville.»

Plus de 200 internautes inscrits

Sur la page Facebook de l’événement, plus de 200 internautes étaient inscrits comme «participants», mardi, et plus de 1400 autres se disaient «intéressés».

En juin dernier, une manifestation pro-3e lien avait rassemblé une cinquantaine de personnes devant l’hôtel de ville de Québec.