/news/transports
Navigation

Le 3e lien sur la voie rapide

Aussitôt nommé aux Transports, François Bonnardel annonce la réorientation du mandat du bureau de projet

conseil ministres
Photo Simon Clark Le premier ministre François Legault a confié à sa députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, la tâche de rebâtir les ponts entre sa formation politique et le maire de Québec, Régis Labeaume.

Coup d'oeil sur cet article

L’un des premiers gestes posé par le nouveau ministre des Transports François Bonnardel sera de réorienter le mandat du bureau de projet sur le 3e lien dans le secteur est des villes de Québec et de Lévis, afin d’accélérer sa construction.

«On va demander, dès demain matin (vendredi), au sous-ministre de changer le mandat du bureau de projet. C’est important d’axer le travail et de prioriser le 3e lien à l’est», a confié le député de Granby à notre Bureau parlementaire, en marge de son assermentation en tant que nouveau ministre des Transports.

conseil ministres
Photo Simon Clark

Celui qui est désormais en charge du plus grand donneur d’ouvrage de l’État a souligné qu’il s’agit d’un projet qui concerne non seulement les villes de Québec et de Lévis, mais tout l’est de la province.

Échéancier accéléré

«C’est un projet qui va répondre aux aspirations, aux problématiques de transport des gens qui viennent de Rimouski, qui viennent de la Gaspésie, qui viennent de Rivière-du-Loup, a mentionné M. Bonnardel. Si dans 6 ans, 5 ans, on a construit ce 3e lien, on va réduire les délais d’attente et nécessairement, on va favoriser la fluidité.»

L’échéancier actuel reposait sur l’analyse de cinq scénarios, dont un à l’ouest. Il était prévu qu’un tracé final soit retenu une fois l’étude des solutions complétée, à l’été 2020, pour une première pelletée de terre en 2026. La CAQ s’est plutôt engagée à procéder à la mise en chantier d’ici 2022.

Le gouvernement Legault tient également à ce que le 3e lien permette de relier l’éventuel réseau de transport structurant de Québec au service de transport collectif de Lévis.

Guilbault à la Capitale-Nationale

Il s’agira des premiers sujets de discussion avec le maire de Québec, Régis Labeaume, lors d’une rencontre à venir avec Geneviève Guilbault, qui a été nommée ministre responsable de la Capitale-Nationale.

conseil ministres
Photo Simon Clark

M. Labeaume s’est d’ailleurs réjoui de la nomination de Mme Guilbault à ce titre.

«C’était vraiment mon souhait», a dit le maire de Québec, visiblement soulagé qu’elle ait été préférée à Jonatan Julien avec qui il est toujours en froid.

Il s’est d’ailleurs presque réjoui que le premier ministre François Legault n’ait pas jeté son dévolu sur son ex-bras droit pour représenter la capitale. Ce dernier a plutôt été chargé de l'Énergie et des Ressources naturelles, en plus de la responsabilité de la Côte-Nord. «Tout est bien qui finit bien», a laissé tomber M. Labeaume.

«Je veux juste rappeler à Jonatan que lorsqu’il était à l’hôtel de ville de Québec, [...] ses plus profondes convictions, c’était qu’on avait besoin de transport structurant à Québec et j’espère sincèrement qu’il les a encore dans le fond de l’estomac», a-t-il balancé.

Le maire de Québec s’est montré satisfait que le poids régional soit «préservé» avec trois ministres issus de la Capitale-Nationale, en incluant Éric Caire qui est délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

 

Ce qu'ils ont dit

« On est très fiers de la nomination de Marie-Ève Proulx comme ministre régionale [de Chaudière-Appalaches]. Avec François Bonnardel à la tête du ministère des Transports, on ne peut pas avoir mieux, et avec Éric Caire qui siège au conseil des ministres, on a là un sérieux appui pour le troisième lien. » – Gilles Lehouillier, maire de Lévis 

« Mme Guilbault croit au transport structurant. Le signal d’ouverture de François Legault est clair avec [la nomination de] Mme Guilbault. C’est le meilleur signal qu’on pouvait avoir. Elle croit en nos projets. C’est ce qu’on espérait, puis on l’a. » – Régis Labeaume, maire de Québec