/news/politics
Navigation

L'Est-du-Québec perd un ministre au conseil

L'Est-du-Québec perd un ministre au conseil
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de l'annonce de la composition du cabinet des ministres, des élus du Bas-Saint-Laurent espèrent que même si la région a perdu un ministre, les enjeux comme la décentralisation des pouvoirs vont réussir à se frayer un chemin jusqu'à l'Assemblée nationale.

C’est Marie-Ève Proulx, élue dans Côte-du-Sud, qui aura la responsabilité du Bas-Saint-Laurent, mais aussi de la Gaspésie et de la région de Chaudière-Appalaches. Un vaste territoire qui regroupe 24 MRC.

Une situation qu’a rapidement dénoncée le chef par intérim du Parti québécois et député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, sur Twitter: «Une même ministre pour trois régions ? Manque de considération du nouveau gouvernement à l’égard du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Les-Îles».

Cette situation n'inquiète pas le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette. «Au début de l'ancien mandat on avait un ministre qui était responsable de deux régions, est-ce qu'il était moins accessible, la réponse c'est non. Alors je suis convaincu que ça va très bien travailler quand même», a lancé Francis St-Pierre.

Le développement économique des régions

Marie-Ève Proulx portera un autre chapeau. Elle sera également ministre déléguée au développement économique régional, un titre qui réjouit M. St-Pierre.

«Le mot régional on rêvait de le voir réapparaître au bout du nom d'un ministère et maintenant on l'a, suivi de développement économique, alors on ne peut que se réjouir», a-t-il lancé.

Les attentes envers l’entrepreneure qui a déjà été mairesse de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud, dans Chaudière-Appalaches, sont toutefois élevées. «Il faut ramener du pouvoir en région et les sommes qui vont avec et contrairement à ce que François Legault a dit pendant la campagne il faut développer l'éolien», a souligné M. St-Pierre.

On espère que malgré l’immense territoire qu’elle a à couvrir, des enjeux comme la décentralisation du pouvoir vont tout de même se frayer un chemin jusqu’à l’Assemblée nationale. «J'ai accroché sur le fait qu’il n'y a eu aucune référence à la stratégie maritime et à la décentralisation des fonctionnaires provinciaux en région», a souligné de son côté le maire de Rimouski, Marc Parent.

C’est le député caquiste élu dans Charlesbourg, Jonatan Julien, qui devient responsable de la région de la Côte-Nord. Il chapeautera aussi le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles.

La région a réussi à s’immiscer dans les affaires municipales, puisque le ministère revient à la députée élue dans Chicoutimi, Andrée Laforest.