/news/green
Navigation

Un nouveau cas de la maladie du cerf fou a été découvert

La femelle atteinte se trouvait au sein du même élevage des Laurentides

cerf rouge
Photo d'archives Un deuxième cas de la maladie débilitante chronique du cervidé a été détecté sur la ferme d’élevage Harpur Farms, située à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides. Cette fois, il s’agit d’une femelle adulte.

Coup d'oeil sur cet article

Grenville-sur-la-Rouge | Un autre cerf rouge a subi un test positif face à la maladie débilitante chronique du cervidé dans une ferme d’élevage des Laurentides.

La Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs du Québec (FQCPQ) a indiqué sur son compte Facebook vendredi que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) avait découvert une deuxième bête malade sur la même ferme à Grenville-sur-la-Rouge, là où le premier cerf rouge infecté avait été détecté à la fin août.

Ce deuxième animal est une femelle adulte.

L’abattage des autres cerfs de l’enclos où elle se trouvait a été complété, selon l’ACIA. Jusqu’à présent, un total de 435 cervidés ont été abattus depuis septembre.

Mais le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec ne sait toujours pas si les parents du jeune veau, le premier cas de la maladie du cerf fou au Québec, ont été éliminés.

Sauvages épargnés

Jusqu’ici, la maladie ne semble pas s’être propagée au cheptel des cerfs sauvages autour de l’élevage.

« En milieu naturel, en date du 18 octobre, 176 échantillons ont été analysés dans la zone d’intervention contrôlée et 110 dans la zone de surveillance rehaussée. Tous les tests réalisés sur les cervidés sauvages se sont avérés négatifs », selon des données du ministère.

Néanmoins, la découverte d’un second cas vient confirmer les craintes de la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs.

<b>Alain Cossette</b></br> 
<i>Directeur général</i>
Photo Stevens LeBlanc
Alain Cossette
Directeur général

« Cela confirme exactement ce qu’on dit depuis le début », a lancé son directeur général, Alain Cossette.

« Il doit y avoir une seconde clôture [autour de la ferme touchée]. On doit restreindre l’accès », insiste-t-il.

Autres espèces

La maladie débilitante chronique des cervidés tue ses victimes en quelques mois. Elle contamine les autres bêtes par les excréments et les fluides comme l’urine et le sang.

La propagation peut aussi se faire par l’eau ou de la terre contaminée.

Elle est présente aux États-Unis et au centre du Canada depuis quelques années déjà. C’est l’équivalent chez les chevreuils de la maladie de la vache folle.

Il n’est pas conseillé de manger la viande des animaux affectés.

L’ACIA a dévoilé que la maladie se propage désormais à d’autres espèces, comme des chimpanzés, selon une récente étude.