/sports/football/rougeetor
Navigation

La victoire avant les records pour Richard

Le quart-arrière de l’Université Laval pourrait passer à l’histoire dimanche après-midi

SPO-FOOTBALL-ROUGE-OR-STINGERS
Photo d'archives, Agence QMI Hugo Richard pourrait battre entre autres le record de touchés au sol pour un quart-arrière, dimanche après-midi, au PEPS.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs plateaux intéressants sont à la portée d’Hugo Richard à l’occasion de son dernier match en carrière en saison régulière.

Dimanche après-midi au PEPS, le Rouge et Or de l’Université Laval accueillera le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, et le pivot de 5e année pourrait inscrire son nom dans le livre des records du RSEQ en réussissant une passe de touché. Richard compte 67 passes de touché en carrière, à une du record détenu par Jérémi Roch (2011-2015), du Vert & Or.

« Ça serait le fun de battre le record et c’est très flatteur d’être comparé à un gars comme Jérémi Roch qui a connu une carrière incroyable, mais ça ne sera pas mon legs quand je vais partir, a souligné l’étudiant en génie mécanique. On va se souvenir de moi comme d’un gars d’équipe, positif et qui apporte de l’énergie et non du record. »

Richard n’a plus besoin que de 20 verges pour atteindre le plateau des 10 000 en carrière, ce que seulement deux quarts-arrière ont réussi dans l’histoire du RSEQ. Les meneurs sont Roch avec 11 477 verges et Matt Connell (2003-2008), des Redmen de McGill, avec 10 455. Avec un touché par la course, le produit des Cheetahs de Vanier pourrait aussi devenir le premier quart-arrière dans l’histoire de U Sports à réussir 30 touchés au sol et 60 par la passe.

Forte pression

« Il y a eu d’autres bons quarts-arrière, mais Hugo fait partie du Big three à Laval avec Mathieu Bertrand et Benoît Groulx, a déclaré le coordonnateur offensif Justin Éthier. Tous les trois ont été ici cinq ans, eu un gros impact et remporté des championnats. La victoire à la Coupe Vanier 2016 et ses deux excellentes saisons qui ont suivi font que Hugo mérite de se retrouver dans les discussions avec les deux autres. Il n’y a jamais eu de doute dans mon esprit quant à son talent, mais Hugo a été associé aux deux défaites à la Coupe Dunsmore. Ses performances au cours des trois dernières saisons parlent d’elles-mêmes. »

Partant dès le jour 1 et lauréat du titre de recrue par excellence au pays, Richard a rapidement été comparé à Bertrand et à Groulx. « Les deux ont connu des passages importants et cela m’a mis de la pression, a-t-il reconnu. J’ai géré les attentes en m’en tenant à un petit cercle incluant les entraîneurs et ma famille. Même si je ne lançais pas pour 300 verges, je savais que mes proches allaient m’aimer. Même si mon père n’était pas toujours content de mes performances, je savais qu’il n’allait pas me renier. Ça serait flatteur qu’un autre quart-arrière vive cette pression si jamais on le compare à moi. »

Les deux défaites à la Coupe Dunsmore de 2014 et 2015 face aux Carabins de l’Université de Montréal ont amené des critiques. « On avait de très bonnes équipes et j’avais ma part d’erreurs, mais je n’étais pas le seul problème, a-t-il rappelé. Au même titre que je ne suis pas la seule raison de nos succès. »

Visite du côté de l’infirmerie

Louis-Philippe St-Amant disputera son premier match depuis le 1er septembre.

Ennuyé par une blessure à un pectoral subie lors du match face aux Stingers de Concordia au PEPS, le demi défensif évoluera comme partant du côté large du terrain. Blessé lors du dernier match à McGill, le partant Nicolas Viens ne sera pas en uniforme tout comme Souleymane Karamoko qui est aussi sur la touche en raison d’une blessure.

« On veut lui donner le temps de jeu maximum afin de le préparer pour les séries éliminatoires, a souligné le coordonnateur défensif Marc Fortier. Il a reçu le feu vert de l’équipe médicale. Il s’est bien débrouillé à l’entraînement et il est demeuré en forme pendant son absence. »

Le Rouge et Or pourra aussi compter sur le retour au jeu du demi défensif Gabriel Ouellet et du plaqueur Clément Lebreux. Ce dernier ne se retrouvera pas comme partant. « On veut qu’il retrouve sa forme tranquillement », a indiqué Fortier.

Ennuyé par une mononucléose, Lebreux n’a pas joué depuis le match du 8 septembre au CEPSUM face aux Carabins de l’Université de Montréal.

Betts jouera-t-il ?

Quant à Mathieu Betts, il s’est entraîné en compagnie du physiothérapeute, samedi, et l’ailier défensif semblait en bonne forme, lui qui s’est blessé au dos pendant la période d’échauffement à McGill, samedi dernier.

« Mathieu semble correct et une décision sera prise avant le match, a précisé Fortier. S’il obtient le feu vert, il va jouer. Mathieu est un gars intelligent et il va nous le dire s’il ne se sent pas bien. »

Si Betts n’est pas en uniforme, Alexandre Gagnon évoluera comme partant. L’ailier défensif Marc-Antoine Bellefroid effectuera lui aussi un retour au jeu.

En attaque, le Rouge et Or n’a apporté qu’un changement. Remis de sa blessure, le porteur de ballon Alexis Côté sera en uniforme.

S’il n’y a aucun doute chez le Rouge et Or au sujet de l’identité du quart-arrière partant, la situation est tout autre du côté du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. « Ce fut une position assez délicate toute la saison, a résumé l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte. Chapeau à Joé Hudon qui possède des nerfs d’acier pour prendre toute la pression. Je salue son courage et sa détermination. »

Blessé à une main lors du match à Montréal, le partant Xavier Owens avait aussi subi une commotion cérébrale lors de la première rencontre de la saison.