/sacchips/unbelievable
Navigation

Un podcast américain consacre un épisode complet à se moquer de Céline

Un podcast américain consacre un épisode complet à se moquer de Céline

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Demi Adejuyigbe et Miel Bredouw se rencontrent et choisissent une chanson qu’ils considèrent possible de rendre meilleure avec un peu d’amour.

Ils passent ensuite environ une heure à déconstruire et analyser la pièce pour ensuite présenter une version modifiée, qu’ils enregistrent eux-mêmes.

Ceci est le concept de la populaire baladodiffusion humoristique Punch up the Jam.

 

Dans le passé, ils ont repris de grandes chansons telles que Whenever Wherever de Shakira, Welcome to the Jungle de Guns ‘N Roses, In the Air Tonight de Phil Collins ainsi qu’une trentaine d’autres.

Cette semaine, les animateurs ont décidé de s’attaquer à That’s the Way It Is de la grande Céline Dion.

 

L’idée de couvrir Céline est celle de l’invité de l’épisode du comédien Elliot Glazer. Il a été inspiré par le livre Let’s Talk About Love, a Journey to the End of Taste par le journaliste musical Carl Wilson.

Dans cet essai, Wilson affirme que pour les mélomanes, Céline Dion représente le bas de l’échelle quand ça vient aux goûts musicaux.

Glazer qui se considère comme un fan de la diva canadienne a plutôt voulu célébrer la diva québécoise et son côté «cheesy».

La pièce That’s the Way It Is a été écrite par le trio suédois d’auteurs constitué entre autres de Max Martin à qui on doit de nombreux succès tels que... Baby One More Time de Britney Spears, I Want it That Way des Backstreet Boys, It’s My Life de Bon Jovi, I Kissed a Girl de Katy Perry et Can't Feel My Face de The Weeknd. En tout, Martin a participé à plus de 22 numéros un sur le Billboard Hot 100.

 

La pièce That’s the Way It Is est parue le premier novembre 1999, la rendant une des dernières a paraître dans le 2e millénaire. Malheureusement elle ne s’est jamais rendue au sommet du Hot 100, stagnant au 6e rang. Smooth de Santana était numéro un quand l’an 2000 est arrivé.

Pour en revenir au podcast....

Demi, Miel ainsi que leur invité nous font assez rapidement remarquer que les paroles de cette chanson n’ont aucun vrai sens.

C’est probablement une chanson d’amour, mais le type n’est pas clair. C’est un amour sans urgence, pas le type d’amour enlevant qui te force à agir maintenant sinon tu vas exploser. Ce n’est aussi pas clair à quoi le refrain fait référence.

Ils soulèvent plusieurs similitudes mélodiques avec plusieurs pièces populaires à l’époque, surtout à I Want It That Way des Backstreet Boys. D’ailleurs, leurs Punch Up constituent à faire un mashup des deux pièces.

 

Les trois comparses passent aussi beaucoup de temps à se moquer de la diction de la p’tite fille de Charlemagne. Ils comparent sa façon de parler à celle de Madea, un célèbre personnage du cinéma américain interprété par Tyler Perry.

«Elle vit aux États-Unis depuis plusieurs années, mais elle ne semble pas encore maîtriser les intonations de la langue anglaise» soulève Miel.

Sa relation avec son défunt mari et impresario René Angelil est aussi évoquée. Notamment le fait que Céline a fait faire un moule de la main de l’ancien Baronnet qu’elle caresse avant chaque performance.

Ils décrivent la «vibe» de Céline comme étant celle d’une maman cool. Ils décrètent aussi qu’elle fait de la musique pour les mamans et les Canadiens français.

Les trois ont par contre avoué qu’ils étaient tous des admirateurs de Céline et de sa voix.

Ceci n’est pas la première fois que des Américains se moquent de notre Céline nationale.

En 2016, la chaîne Youtube Jash avait fait paraître une parodie d’une apparition de Céline Dion à l’émission de MTV TRL remontant à 1999. Dans la parodie, on peut voir Casey Wilson qui interprète une Céline terrifiée de René.

 

Pour entendre l’épisode complet de Punch Up the Jam, c’est par ici!