/entertainment/radio
Navigation

100 000 téléchargements pour QUB radio

Qub Radio
Capture d'écran, TVA Nouvelles/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - En un peu plus de deux semaines après son lancement, conjugué avec l’arrivée au micro des Dutrizac, Martineau, Durocher et autres animateurs-vedettes, l’application QUB radio a déjà atteint la barre des 100 000 téléchargements.

Disponible depuis le 4 octobre, jour du lancement de QUB radio, l’application qui sert de locomotive au projet numérique de Québecor a été téléchargée à plus de 100 000 reprises par le biais de Google Play Store (Android) et de l’App Store (iOS).

Pendant trois jours, QUB a même trôné au sommet du palmarès des applications les plus téléchargées sur iOS, dans le marché du Canada francophone.

«Pour nous, le premier pari de QUB radio est réussi : susciter suffisamment la curiosité des gens pour qu’ils fassent l’action de télécharger cette application, de l’installer sur leur téléphone ou leur tablette», a souligné Mathieu Turbide, vice-président, contenus numériques chez Québecor.

«Ce qu’on a fait dans les dernières semaines, ç’a été de lancer un nouveau média, littéralement. C’est assez audacieux, comme pari. C’est une nouvelle façon de proposer des contenus audio, qui diffère un peu des habitudes de consommation des gens. En 19 jours, on a atteint 100 000 téléchargements ; dans le milieu des médias québécois, réussir à convaincre 100 000 personnes de télécharger une application dans un si court laps de temps, c’est quand même un exploit. On ne s’attendait pas à atteindre ce chiffre en moins d’un mois.»

Nouveau marché

Avant même que du contenu en direct n'y soit proposé, QUB radio offrait quelques échantillons de baladodiffusions, dont le catalogue continuera de se garnir dans les prochaines semaines.

Puis, le lundi 15 octobre, la programmation de jour de QUB entrait en service, avec ses émissions comme «Dutrizac de 6 à 9», «Les effrontées», «Mère ordinaire», «Là-haut sur la colline» et «Le retour de Mario Dumont».

Deux grandes pointes d’achalandage ont été observées dans la vague de téléchargements de QUB radio : au moment du dévoilement de la grille-horaire, et lors de sa mise en ondes.

«Ça prouve que l’appétit des gens pour ce mode de diffusion, de consommation de contenus audio par des moyens purement numériques existe. C’est un marché qui s’ouvre pour nous, qui amène des espoirs quant au développement de ce qu’on pourra faire dans les prochaines années», a remarqué Mathieu Turbide.

Outre l’application qui est son principal véhicule, QUB radio peut être syntonisée sur plusieurs supports, dont les sites web du «Journal de Montréal», du «Journal de Québec» et de TVA Nouvelles, ainsi que sur des plateformes de diffusion telles que MyTuner Canada.

Les responsables de QUB travaillent d’ailleurs à trouver des moyens de comptabiliser avec précision l’indice d’audience en direct et en différé des différents rendez-vous. Les standards – qui diffèrent de ceux de la radio traditionnelle – ne sont pas encore établis dans le domaine de la radio numérique.