/misc
Navigation

Mes impressions sur la SQDC : pas pire, mais...

Pot Légalisation
Photo Camille Garnier Certains ont constaté avec stupeur que de nombreuses personnes étaient prêtes à faire de longues files simplement pour acheter du cannabis. Pour avoir attendu quelques heures mercredi matin pour entrer à la SQDC, je peux vous dire que les gens étaient normaux (oui, oui) et pas mal plus intéressants que le crew du IKEA ou du Apple Store.

Coup d'oeil sur cet article

Première semaine de légalisation. Les succursales de la SQDC sont plus populaires que les abdos de Manu dans XOXO sur Instagram.

Il y a des ruptures de stock, des vendeurs un peu perdus, des brèches informatiques. LA FOLIE.

À 7 heures du matin, j’arpentais les files des SQDC à Montréal, mercredi matin. Voici mes impressions après avoir testé la boutique située à la Plaza St-Hubert.

• Breaking news : il y avait du monde normal dans les files d’attente de la SQDC. BEN OUI, de VRAIS GENS NORMAUX. Ça fait des mois qu’on dit que les consommateurs ne sont pas tous de jeunes héroïnomanes en devenir, mais les préjugés sont tenaces.
Oui il y avait des filles aux cheveux colorés, des tatoués, des hippies. Mais il y avait aussi des mamies, des gens avec toutes leurs dents, des avocats et ...des journalistes. Et avis à la population, ce n’est pas parce qu'une personne est dans une file d’attente à 10 heure un jour de semaine qu'elle est sur le chômage. 

• J’ai parlé aux premières personnes dans les files d’attente des SQDC de St-Hubert et Sainte-Catherine. Elles étaient arrivées vers 3h30 du matin pour avoir le privilège d’être les premiers à acheter du cannabis légal. Parmi ces personnes, mon coup de cœur va à Tonino Ruggiero, 64 ans.

Tonino Ruggiero (à droite)
Tonino Ruggiero (à droite)

 

M. Ruggiero est un accro des «moments historiques».

«J’ai toujours aimé être dans les premiers à vivre ces grands moments», m’a-t-il dit.

Tonino, je te feel. Un des aspects les plus intéressants de mon métier est qu’il m’amène à vivre des moments historiques.

Entre passionnés d’histoire, on s’est tout-de-suite compris.

-«J’ai été un des premiers à prendre le métro en 1966 à l’âge de 12 ans, m’a-t-il expliqué. Puis l’Expo 67, le show des Rollings Stones et l’ouverture du Commensal»

- Le Commensal, le restaurant?

- Oui. J’étais aussi à l’ouverture du TAU... tsé les aliments naturels.

- heu ok

- J’ai aussi été un pionnier de la vague disco au Québec et j’ai même été DJ au Limelight.

Certains ont des préjugés sur les gens dans les files de la SQDC. Mais je trouve que Tonino est cent fois plus intéressant que le crew du IKEA ou du Apple Store.

• Je n’ai pas été cartée une seule fois. J'étais surtout surprise parce qu’avec leurs agents de sécurité et leur concept de vestibule, j’avais eu l’impression que tous les clients devraient s’identifier. Je suis entrée, j’ai fait mes achats et je suis repartie sans montrer une seule pièce d’identité.

Deux conclusions sont possibles. 1: la SQDC carte seulement ceux qui ont l'air jeune et mon doux visage de poupon est maintenant chose du passé. 2. J'ai encore un doux visage de poupon mais je suis une journaliste tellement connue que même le caissier savait que c'était inutile de me demander une pièce d'identité. 

• Sur le plancher, les employés étaient sympathiques et un peu stressés, on imagine bien. Ils ne semblaient pas bien connaître tout leur inventaire, mais c’est normal au Jour 1. Par contre, on sent bien qu’il faudra encore beaucoup de travail pour perfectionner leur connaissance du produit.
J’ai demandé un atomiseur assez fort et un conseiller m’a proposé un produit contenant 0% THC. Ouin...

Une conseillère semblait confondre les termes Indica, Sativa, THC et CBD. Elle proposait du Sativa pour un buzz plus éveillé et du CBD pour un «buzz relax». Un néophyte qui achète un atomiseur 97$ sans trop savoir risque d’être déçu de son trip.

Le CBD ne procure pas d’effet euphorisant ou psychotrope. Réduire l’anxiété et les nausées c’est pas exactement ce que j’appelle un buzz. Le travailleur stressé trouvera plus son compte que le jeune à la recherche de sensations fortes, disons.

Aussi le vendeur ne m’a pas décrit les produits. Je comprends qu’ils ne doivent pas faire de promotion. Mais bon, une description minimale aurait été appréciée.

• Il y a donc ben de suremballage!! Et les sacs bruns, ça fait un peu pauvre.

D'un côté mon lunch, de l'autre mon cannabis
D'un côté mon lunch, de l'autre mon cannabis

 

• Vous ne pouvez pas acheter plus de 30 grammes par transaction. On me dit qu’une transaction ne peut se conclure à l’ordinateur si la quantité dépasse la limite. Mais bien sûr, rien n’empêche de retourner en acheter une deuxième fois et une troisième fois. Mais la limite par résidence est 150 g. Rendu là, c’est la responsabilité du client de respecter la loi. Le conseiller à 14$ de l’heure ne va pas jouer à la police non plus.

• J'ai surtout acheté des atomiseurs et joints pré-roulés. Je n'avais pas encore essayé d'atomiseur alors j'étais curieuse. Pour les pré-roulés, je voulais surtout voir comment c'était emballé (spoiler: il y a beaucoup de plastique). À peu de chose près, ça ressemble pas mal à ce que Snake-Mike roule. Je ne vous apprendrai rien toutefois si je vous dis que le pré-roulé n'est pas tellement intéressant pour le prix et le goût.

Mes produits achetés à la SQDC
Mes produits achetés à la SQDC

Bref, je n’ai pas eu de grandes surprises. Les ruptures de stock sont embêtantes, certes. Mais créer un réseau de distribution en quelques mois représente tout de même un défi énorme. J’attendrai donc encore avoir de me faire une idée plus précise.

Alors, le stock de la SQDC, il est bon? Je vous donne ma réponse bientôt!


110 000 transactions en 5 jours
La SQDC a enregistré près de 110 000 transactions en 5 jours (WEB et en succursale). La plus grosse journée reste la première avec 42 500 transactions au total. Dimanche il y en a eu beaucoup moins soit 12 910. La SQDC ne donne pas le montant des transactions ni sur les quantités.

BILAN SQDC - Ventes web et succursales
Transactions

Nombre de commandes Web Jour 1; 30 000
Nombre de commandes succursales Jour 1 ; 12 500


Nombre de commandes Web Jour 2; 8 500
Nombre de commandes succursales Jour 2; 13 800

Nombre de commandes Web Jour 3; 3 825
Nombre de commandes succursales Jour 3; 14 350

Nombre de commandes Web Jour 4; 3 500
Nombre de commandes succursales Jour 4; 9 900

Nombre de commandes Web Jour 5; 2 910
Nombre de commandes succursales Jour 5; 10 000