/sports/opinion/columnists
Navigation

Le Gîte du Berger, un territoire exceptionnel

Coup d'oeil sur cet article

RÉSERVE DES LAURENTIDES | Malgré une température plutôt compliquée, avec l’arrivée de l’hiver en quelques heures, le territoire du Gîte du Berger dans la réserve faunique des Laurentides a prouvé encore une fois qu’il était dans une classe à part, pour la chasse du petit gibier.

La première journée de chasse a débuté avec la pluie qui s’est rapidement envolée, mais le froid a commencé à s’installer.

Malgré ces conditions difficiles, le groupe a connu une bonne première journée. Pour les deux autres journées, la chasse était plutôt difficile avec la neige, le vent et le froid.

À la fin de notre séjour, nous avions 42 oiseaux comme résultat pour six chasseurs, une récolte que plusieurs chasseurs auraient bien aimé avoir.

Il faut dire ici que ce territoire est idéal pour ces tétras et gélinottes huppées qui sont si populaires.

Les coupes forestières qui ont eu lieu il y a de nombreuses années, ont permis la repousse de plusieurs espèces de feuillus et de résineux, l’habitat idéal pour ces espèces. Le long des routes, il y a régulièrement des aulnes et des petits ruisseaux ou encore la rivière aux Écorces, qui offrent beaucoup de territoire où ils peuvent trouver ce dont elles ont besoin pour vivre.

AVANTAGE QUAD

Sur l’ensemble de la zone de chasse rattachée au Gîte du Berger, il y a de nombreuses routes carrossables, facilement praticables en voiture. Toutefois, l’utilisation d’un VUS ou d’une camionnette est recommandée si vous voulez aller plus loin.

Dans ce secteur, il est aussi possible de chasser en utilisant un quad ou un côte-à-côte comme moyen de transport.

Là, vous augmentez drôlement vos chances de succès. Ces véhicules vous permettent d’avoir accès à des sentiers dans l’arrière-pays où vous pourrez surprendre des gélinottes et tétras en quantité. C’est ce qui s’est produit pour notre groupe. Là où la température affectait moins les oiseaux, qui se croyaient à l’abri dans ces petits sentiers plus fermés, nous avons eu beaucoup de succès.

Même s’il y a de la circulation sur les routes, cela n’affectera pas vraiment le comportement des oiseaux. Ils vont souvent laisser passer une voiture pour sortir immédiatement en arrière et devenir une prise pour l’équipage qui suit.

Il n’est pas rare de rencontrer une voiture, de faire à peine 100 mètres et de voir sur la route des oiseaux en train de manger de petits cailloux dont ils ont besoin pour leur digestion.

SUIVRE ATTENTIVEMENT

En roulant très doucement, il n’est pas rare d’apercevoir des oiseaux à six pieds ou moins, le long du chemin, derrière les aulnes. En demeurant immobile, elle croit être invisible sauf qu’on peut facilement faire la différence. Il suffit de continuer à rouler sur quelques mètres et revenir là où vous l’avez vu.

Si jamais elle bouge, ne la perdez pas de vue, normalement, elle n’ira pas loin et cherchera à circuler au sol en zigzaguant.

Si elle s’envole, suivez là des yeux parce que très souvent, elle ira se percher pas très loin. En vous avançant sous l’arbre, vos chances seront bonnes.

Comme tous les gibiers, les gélinottes huppées et les tétras ont leur façon de faire. Si on en tient compte lorsqu’on les aperçoit et qu’on veut les suivre, en appliquant ces petits trucs, les chances de succès augmentent. Avant d’entrer en forêt à la poursuite d’un de ces gibiers, prenez toujours le temps de bien scanner les environs. Souvent, elles vont se trahir.

Pour tout savoir sur ce secteur très giboyeux: (418) 528-6868, poste 239, pour discuter avec monsieur Charles Bergeron qui a été gérant de ce secteur durant plus de dix ans, ou www.sepaq.com.

VERROUILLE TON ARME

Sécurité nature et l’Association québécoise de prévention du suicide viennent tout juste de relancer la campagne Verrouille ton arme dans le but de sensibiliser les chasseurs à un entreposage sécuritaire de leurs armes. Dans la très grande majorité des cas, les gens qui ont posé le geste fatal, n’étaient pas propriétaire de l’arme utilisée, d’où l’importance de bien entreposer ses armes et les rendre inaccessibles. Autant à la maison qu’au chalet, votre arme doit toujours être verrouillée. Pour tout savoir sur les bonnes méthodes à utiliser, vous pouvez consulter le site www.securitearmeafeu.info. Vous pouvez aussi téléphoner directement aux bureaux de Sécurité nature au (418) 878-8999.

AMENDES SALÉES

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs vient tout juste de publier le bilan de l’opération Caméléon qui a permis de condamner 19 braconniers à des amendes totalisant plus de 190 000 $. Les infractions ont été commises en Mauricie et dans le Centre-du-Québec. Les agents ont saisi quatre bateaux, une motoneige, des ordinateurs, plusieurs filets de pêche, du matériel de pêche et de chasse, en plus de 278 kilos d’esturgeon, une cinquantaine de canards et une grande quantité de caviar. Les 19 individus ont été reconnus coupables sur 80 chefs d’accusation. Cette opération a nécessité deux ans de travail de la part des agents de protection de la faune qui ont exercé, entre autres, plus de 8000 heures de surveillance. L’amende la plus importante, 60 500 $, a été imposée à Jean-Marie Boucher, de Nicolet, qui s’est vu confisquer son permis de pêche commerciale de l’esturgeon dans le lac Saint-Pierre, pour une période de trois ans.