/news/society
Navigation

L’ingéniosité récompensée

Les entrepreneurs rivalisent d’adresse pour attirer et garder les travailleurs sollicités de partout

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs entrepreneurs couronnés lors des Prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 ont des centaines de postes à combler sur-le-champ et rivalisent d’ingéniosité pour attirer des travailleurs, tout en espérant les garder le plus longtemps possible.

Pour pallier la pénurie de main-d’œuvre, des entreprises ne peuvent pas songer à aménager un gym ou une salle de détente. C’est le cas chez Olymel, un milieu souvent réfrigéré où l’on transforme et distribue la viande de porc et de volaille.

« Il y a des contextes qui s’y prêtent plus ou moins. On peut créer des lieux propices pour les repas, on peut créer un sentiment d’appartenance par des activités de mobilisation. Nous avons à travailler pour être un meilleur employeur. Le patronat n’a pas le choix d’évoluer », a expliqué Paul Beauchamp, premier vice-président d’Olymel.

À Québec et partout en province, le manque de main-d’œuvre demeure préoccupant. Chez Olymel, qui a remporté mercredi le Grand Prix Créateur d’emplois et de prospérité, on souhaite pourvoir 350 postes dans la prochaine année.

Préoccupation constante

Ailleurs, pour les employés de bureau, la grande séduction prend un sens différent, mais la nécessité reste la même.

« Nous avons une philosophie de développement de talent. Tout ce qui s’appelle soft skills (compétences comportementales), la progression de carrière, la mobilité dans l’organisation, le fait de donner des défis, l’environnement de travail... On veut s’assurer que l’expérience est de première classe », a également mentionné Denis Ricard, président et chef de la direction de iA Groupe financier, lauréat du prix Champion pour avoir créé 312 nouveaux postes dans la Capitale-Nationale en 2017.

Pour d’autres entreprises qui embauchent des professionnels, la pénurie représente un frein à l’expansion.

« Nous embauchons une dizaine de personnes par semaine, mais nous pourrions en embaucher le double. Ça nous oblige à innover, à avoir des idées différentes des autres. On engage des gens au Brésil, en Europe, en Afrique du Nord. L’un des axes est d’aller les chercher en mission », a précisé Neil Meagher, de Levio Conseils.

Spécialisée dans l’accompagnement et la mise en œuvre de programmes de transformation, l’entreprise a remporté le prix Coup de cœur pour la Capitale-Nationale en créant 180 nouveaux postes.

Des changements

Le premier ministre François Legault a effectué l’une de ses premières sorties publiques parmi les gens d’affaires mercredi soir. Dans sa courte allocution, il a répété que son équipe économique allait mieux aider les entrepreneurs.

« Vous allez voir de grands changements dans l’approche gouvernementale au cours des prochaines années. Il y a un changement de culture à faire au Québec. On a besoin de valoriser nos entrepreneurs. C’est ce que mon gouvernement va faire », a promis M. Legault.