/entertainment/shows
Navigation

13e gala de l’ADISQ: Louis-José Houde n'a pas le goût d’arrêter

Année après année, Louis-José Houde apprécie sa tâche d’animateur du gala de L’ADISQ.
Photo courtoisie Année après année, Louis-José Houde apprécie sa tâche d’animateur du gala de L’ADISQ.

Coup d'oeil sur cet article

Louis-José Houde est maintenant indissociable du gala de l’ADISQ. L’humoriste pilotera son 13e gala consécutif dimanche soir, et heureusement pour nous, il ne sait pas encore quand il s’arrêtera.

«Je ne ferai pas ça éternellement, disait-il en entrevue avec Le Journal, il y a quelques semaines, en plein tournage de son prochain film. Mais il n’y a rien qui me porte à avoir le goût d’arrêter présentement.»

«Je ne pense pas me rendre à 17, mettons, ajoute-t-il. Depuis trois ou quatre ans, je les approche tous comme si c’était le dernier. Il va peut-être arriver quelque chose trois mois après le gala, cette année, qui va faire que je ne le ferai pas en 2019. Chacun peut être le dernier. Dans ma tête, ce n’est pas mon dernier.»

Monologue attendu

C’est avec un monologue d’ouverture, toujours très attendu et juste assez baveux, que Louis-José Houde soulignera le 40e anniversaire de la cérémonie, dimanche, au cours de laquelle 11 Félix seront remis.

«Ce sera une rétrospective de ce que c’est un gala. Je parle des gagnants, des gérants, du public. C’est 40 ans de tout ce qu’il y a de bizarre dans un gala, 40 ans de comportements récurrents dans les galas. On est déjà choyé de faire ça dans la vie, et en plus on se donne des trophées pour ça! Je joue sur cette ironie-là», dit-il.

Non seulement le 40e de l’ADISQ sera célébré dimanche, mais le gala rendra hommage, avec l’Orchestre symphonique de Montréal, à un groupe fétiche de Louis-José Houde : Harmonium.

Il a souvent répété qu’écouter l’Heptade faisait partie de son rituel avant de monter sur les planches pour la cérémonie annuelle.

«À l’adolescence, on dirait qu’on découvre de la musique de 20 ans avant. Pour les jeunes, aujourd’hui, c’est Nirvana. Et moi, c’était ça. C’est une affaire de “tripeux” de son. Ç’a une qualité de production qui est similaire aux grands groupes, comme les Stones ou Led Zeppelin. Moi, j’aime ce son des années 1970 un peu larmoyant. Je n’aime pas la musique comique», laisse-t-il tomber.

Entre les prises

Louis-José Houde écrit ses monologues de l’ADISQ durant toute l’année, au gré des idées qui lui viennent. Mais le gala de dimanche arrive au terme d’une année particulièrement chargée pour l’humoriste.

Il est en pleine tournée de Préfère novembre, il a accepté de se produire pour Netflix en juin, il a récidivé avec ses fameuses capsules remerciements de pochettes et, à travers ça, il a tourné son prochain film tout l’automne avec Antoine Bertrand.


Le gala de l’ADISQ sera diffusé dimanche, 20 h, à Radio-Canada. Hubert Lenoir, Loud, Ludovick Bourgeois, 2Frères, Isabelle Boulay, Galaxie et Pierre Lapointe, entre autres, offriront des prestations musicales.