/news/cannabis
Navigation

Ruptures de stock: la SQDC va fermer ses magasins du lundi au mercredi

Ruptures de stock: la SQDC va fermer ses magasins du lundi au mercredi
Photo Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

La Société québécoise du cannabis (SQDC) annonce qu’elle révise les heures d’ouverture de ses 12 magasins au Québec, en raison d’importantes ruptures de stock.

À compter de lundi, les succursales de la SQDC ne seront ouvertes que du jeudi au dimanche: de 10 h à 21 h jeudi et vendredi, et 10 h à 17 h samedi et dimanche.

Les succursales seront donc fermées le lundi, le mardi et le mercredi, et ce, jusqu’à ce que les produits puissent être offerts de nouveau.

Malgré la révision des heures d’ouverture du réseau de succursales, le site transactionnel de la SQDC demeurera opérationnel en tout temps.

En moyenne, une trentaine de produits sont offerts sur le web. On estime que les délais de livraison sont de deux à cinq jours.

Éviter les déplacements inutiles

Selon la direction de la SQDC, cette décision permettra de mieux répondre aux clients et de leur éviter des déplacements inutiles.

«Il est toutefois important de mentionner que cette décision n’élimine pas la possibilité de ruptures de stock en magasin, puisque les défis de production rencontrés par les producteurs demeurent», précise la société d’État.

La SQDC juge que cette décision permettra de regrouper les livraisons et d’atteindre une plus grande efficacité opérationnelle, en plus «d’améliorer l’expérience client».

La SQDC rappelle que ses fournisseurs ont «un travail colossal à faire pour respecter leurs engagements».

Encore des mois de pénurie

Selon les fournisseurs de la SQDC, la pénurie de stock, dans les succursales du monopole d'État, pourrait s'étirer sur plusieurs mois.

«On fait de notre mieux pour répondre à la demande, mais on anticipe des pénuries pour encore quelques mois», a indiqué jeudi le porte-parole au Québec du producteur Canopy Growth, Adam Greenblatt.

Ce dernier explique que les plus gros producteurs de cannabis au pays avaient prévenu la direction de la SQDC qu’ils seraient incapables de répondre à la forte demande.

«Tout le monde le savait, qu’il allait y avoir une pénurie de cannabis. On avait informé les gens de la SQDC. Notre PDG l’a dit également», a précisé le porte-parole de Canopy Growth.

Plusieurs analystes avaient également prédit des ruptures de stock de cannabis partout au pays dès les premiers jours de la légalisation.

Selon l’Institut C.D. Howe, la production de cannabis au pays ne pourra répondre qu’à 38 % de la demande au cours des 12 prochains mois.