/misc
Navigation

On est en 2018 ou en 1018?

On est en 2018 ou en 1018?
Illustration Nathalie Samson

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que je suis bien en train de lire les détails du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dont le corps a été dépecé à la scie... en 2018 ? Juste pour être sûr, je ne me mélange pas entre Netflix et la réalité ? Je suis pas coincé dans un jeu vidéo ?

Clairement, le calendrier ne commence pas par un « 2 » pour tout le monde. Pour certains, on est encore mille ans en arrière.

C’est pathétique de voir les gouvernements de la planète faire semblant de faire les méchants quand on voit clairement à quel point ils sont soumis aux pétrodollars de l’Arabie saoudite. Ils ont tous l’air d’être des participants d’une soirée sado-maso avec la petite boule rouge dans la gueule.

La réaction de Donald Trump n’est pas une surprise : il a faiblement puis plus fortement condamné le gouvernement saoudien, mais on connaît ses vrais intérêts – toujours économiques – depuis son élection. Dans notre capitale nationale, Justin essaye de jouer au brave, mais, sérieux, il y a des Pokémons qui sont plus menaçants que lui.

Quelles que soient les réactions de nos soumis gouvernementaux, je suis encore abasourdi par le fait que je vis dans un monde où des tortionnaires ont décapité et dépecé vivante leur victime à la scie. Ça démontre vraiment la barbarie de ce pays.

Un prince arrogant

Et pendant ce temps, le prince héritier d’Arabie saoudite est mort de rire. Il peut regarder les dirigeants du monde avec toute l’arrogance possible en se disant : « Qu’est-ce que vous allez faire anyway ?! On sait tous que vous avez besoin de mon or noir ».

On a toujours divisé la population mondiale par ethnie, classe sociale, alliance politique, il serait peut-être temps de diviser le monde par degré d’humanisme.

On ne peut clairement pas partager la même société, le même pays et probablement la même planète s’il y a un aussi gros fossé dans nos valeurs. Quand j’étais petit, j’entendais souvent les adultes dire : « faudrait les foutre tous sur la même île... ». On est peut-être rendu là !

Le pire, c’est que j’ai la réelle impression que cette forme de déshumani­sation évidente dans certaines parties du monde touche aussi une certaine minorité de la population ici et aux États-Unis. C’est clair que ce genre « d’arriérisme » s’applique à une minorité parmi nous.

Pourtant, je suis fortement convaincu que la majorité de la population est rendue ailleurs et s’accroche à ce grand désir qu’un jour, ciboire, on va peut-être honorer la véritable définition du mot : ÉVOLUTION.

Amorphe

Mais la seule chose que je ne comprendrai jamais, c’est comment et pourquoi cette majorité de gens de bonne volonté finit par se faire manipuler et freiner par tous ceux qui ont intérêt à ce que les choses ne changent pas trop vite. C’est ainsi depuis longtemps. Au nom de leurs principes de merde, les boulets attardés retardent la progression et l’évolution du reste du monde. C’est au point où la grande majorité finit par se dire tristement : « Bah, qu’est-ce que tu veux. C’est de même depuis tout le temps et ça changera pas ».

En attendant, je souhaite le pire aux meurtriers saoudiens du journaliste Jamal Khashoggi. Je leur souhaite surtout de changer de millénaire. Peut-être qu’un jour l’Arabie saoudite, ses dirigeants et ses serviteurs réaliseront-ils aussi que le calendrier commence par un fuc % $#ing « 2 » !