/auto/reviews
Navigation

L’auto électrique du peuple

La Nissan Leaf offre un attrait indéniable pour un citadin prêt à tenter l’expérience de l’électrification.
Photo courtoisie, Nissan La Nissan Leaf offre un attrait indéniable pour un citadin prêt à tenter l’expérience de l’électrification.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa batterie de plus grande capacité et son prix abordable, la nouvelle Nissan Leaf donne « plus de corde » à son automobiliste. Elle rend l’électrification des automobiles bien plus accessible et attrayante.

En août 2009, Carlos Ghosn, grand patron de ce qui était alors l’alliance Renault-Nissan, dévoile une automobile électrique destinée à une diffusion de masse : la Nissan Leaf. Certains applaudissent ce lancement, alors que d’autres doutent de la viabilité du produit.

Mine de rien, presque une décennie s’est écoulée depuis ce dévoilement et, en avril dernier, Nissan a dépassé les 320 000 unités vendues à l’échelle planétaire. Plus près de nous, en septembre, ce constructeur nippon a également livré sa 10 000e Leaf au Canada.

C’est dire combien cette voiture radicalement différente a réussi à s’implanter en peu de temps et un peu partout dans le monde. Même chez nous, sa popularité croît. D’ailleurs, en août, Nissan Canada a livré un nombre record de Leaf, soit 1 050.

Il suffit d’en conduire une durant une semaine pour constater qu’il est désormais possible de répondre à, disons, 90 % des besoins d’un citadin avec une auto électrique pareille. D’ailleurs, après quelques jours au volant de cette compacte, on oublie de regarder les prix du carburant affichés aux stations-service !

Portrait du marché

En vente depuis le début de l’année, la Leaf de seconde génération fait partie des véhicules électriques (VÉ) les plus abordables : ceux qui affichent des prix de base allant de 35 000 $ à 40 000 $ et qui ont une autonomie de 200 à 240 km.

Offerte à partir de 36 398 $, cette Nissan peut d’ailleurs parcourir jusqu’à 242 km, selon son constructeur (70 km de plus que le modèle de première génération). Cela la place au premier rang de sa catégorie devant ses quelques rivales : la Hyundai Ioniq (37 499 $ ; 200 km), la Volkswagen e-Golf (36 355 $ ; 201 km), la Ford Focus EV (34 998 $ ; 185 km) et la Kia Soul EV (35 895 $ ; 179 km).

Il existe naturellement plusieurs autres VÉ offrant plus d’autonomie, mais pour plus cher. Les kilomètres additionnels se monnayent. Ainsi, certains véhicules offerts à partir de 45 000 $ et allant jusqu’à 55 000 $ font miroiter une autonomie gravitant autour de 400 km : la Tesla Modèle 3 (45 600 $ ; 418 km), la Chevrolet Bolt EV (46 445 $ ; 383 km) et le nouveau Hyundai Kona électrique (415 km), dont le prix n’a pas encore été annoncé. Et il y a tous ces modèles de luxe offerts à des prix après taxe exorbitants, dont l’autonomie varie de 375 à plus de 500 km (Tesla modèles S et X, Jaguar I-Pace, Audi e-Tron, etc.).

Bref, dans les conditions actuelles du marché, une auto comme la Leaf permet de profiter de l’électrification à un coût relativement abordable. Car cette voiture peut se substituer à ce second véhicule familial qui sert peu souvent et surtout pour de courts trajets. Elle conviendrait également à ce Canadien typique décrit par Statistique Canada, qui effectue un aller-retour d’une cinquantaine de kilomètres quotidiennement pour le travail. Un trajet qui, même doublé, laisse amplement de jeu au conducteur de cette voiture. Seul hic pour rendre ces scénarios réalistes et pratiques, l’automobiliste devra idéalement disposer aussi d’un espace de stationnement privé et d’une borne de recharge à 240 v.

Une leaf modernisée

Bien qu’il soit modulable, le coffre n’est pas très pratique avec sa surface de chargement à deux niveaux distants et son seuil haut et gênant.
Photo courtoisie, Nissan
Bien qu’il soit modulable, le coffre n’est pas très pratique avec sa surface de chargement à deux niveaux distants et son seuil haut et gênant.

En 2018, la Leaf a adopté un style moderne, sans le côté excentrique du modèle antérieur et ces phares exorbités qui lui donnaient un air de grenouille ! Ses concepteurs ont amélioré le design de l’avant de la carrosserie pour le rendre moins incliné. L’utilisateur n’a donc plus besoin de se pencher autant pour brancher le câble de recharge.

La carrosserie est à peine plus longue, plus large et plus haute que l’ancienne. D’ailleurs, elle habille un châssis ayant le même empattement. L’habitabilité reste donc inchangée, ce qui rend cette nouvelle compacte aussi accueillante que l’ancienne pour quatre adultes de taille moyenne. Le volume utile du coffre, plutôt moyen, n’a pas changé non plus, pas plus que son seuil proéminent.

Ce coffre est le talon d’Achille de la Leaf. Il suffit de replier les dossiers de la banquette arrière pour le constater. On dispose alors d’une surface de chargement à deux niveaux très distants, comme dans une Nissan Versa Note. Le câble de recharge portable, long et lourd, encombre également le coffre, et plus encore l’amplificateur Bose de la chaîne audio de la Leaf SL, la version la plus cossue dont nous avons fait l’essai. Une chance que Nissan a réussi à concevoir une batterie de plus grande capacité (40 kWh plutôt que 30) qui occupe le même espace que l’ancienne !

Motorisation électrisante

L’habitacle de la nouvelle Nissan Leaf adopte un design moderne sans excentricité. Quatre adultes de taille moyenne y trouveront amplement d’espace.
Photo courtoisie, Nissan
L’habitacle de la nouvelle Nissan Leaf adopte un design moderne sans excentricité. Quatre adultes de taille moyenne y trouveront amplement d’espace.

Cette compacte est animée par un moteur électrique de 110 kW (147 ch) produisant un couple phénoménal (236 lb-pi). Par rapport à l’ancienne Leaf, cela représente 37 % plus de chevaux et un couple 26 % supérieur. Ces gains attrayants contribuent à rendre la Leaf plus vive encore, comme en témoignent les 8 s nécessaires pour accélérer de 0 à 100 km/h. Auparavant, il en fallait 10,5.

La dotation aussi contribue à rendre cette voiture désirable. Pour le Canada, la Leaf est munie d’un volant chauffant et de sièges chauffants à l’avant et à l’arrière, mais aussi d’un chauffe-batterie. Le câble portable de recharge de niveau 1 et 2 (120 v et 240 v) fait également partie de l’équipement de série, tout comme le chargeur embarqué de 6,6 kW. En outre, cette voiture a un système de freinage d’urgence assisté et un dispositif e-Pedal. Avec ce dernier, il est possible de conduire la plupart du temps en n’utilisant que la pédale de l’accélérateur pour accélérer et ralentir. Un charme !

Des points négatifs à corriger ? Il y en a quelques-uns, à commencer par les systèmes de connectivité CarPlay et Android Auto qui font défaut à la Leaf S, la version d’entrée de gamme. Nissan les réserve aux versions SV et SL plus chères, tout comme l’essentiel des dispositifs d’aide à la conduite. On peut aussi reprocher à la suspension arrière semi-indépendante (à poutre de torsion) de faire sautiller la voiture sur de mauvais revêtements. Le champ de vision, enfin, est obstrué par les montants de toit massifs. À l’avant, par exemple, le montant du pare-brise du côté passager cache les piétons au coin des rues.

Rappelons, enfin, que la Nissan Leaf est admissible à un incitatif à l’achat de 8 000 $ (non imposable, dans le cas d’un particulier), offert par le gouvernement provincial. Depuis le mois d’avril, la Ville de Laval en offre un de 2 000 $ aussi. Voilà deux autres facteurs propres à donner le goût d’entrer dans l’ère électrique de l’automobilisme.

Des Nissan Leaf dans les grandes expéditions

La Nissan Leaf du Polonais Marek Kaminski.
Photo courtoisie, Nissan
La Nissan Leaf du Polonais Marek Kaminski.

Nissan multiplie les participations à des événements contribuant à démontrer qu’il est possible de voyager loin et hors des grandes agglomérations à bord d’un véhicule électrique.

Récemment, du 18 et le 29 septembre, le Marathon électrique 2018 réunissait une quarantaine de véhicules électriques dont six Nissan Leaf. En douze jours, ses participants ont parcouru 3 500 kilomètres pour rallier Tallinn, en Estonie, à Monaco, sur la Côte d’Azur. L’expédition Sans Trace, mise sur pied par le Polonais Marek Kaminski, s’avère cependant plus spectaculaire. Du 31 mai au 15 août, elle a mené cet habitué des expéditions en conditions extrêmes de Zakopane, en Pologne, à Tokyo, au Japon. Avec une Nissan Leaf de série, Kaminski a parcouru plus de 13 000 kilomètres et traversé la Lituanie, la Biélorussie, la Russie, la Mongolie, la Chine et la Corée du Sud avant d’atteindre sa destination. Durant ce périple de trois mois, il a dû surmonter des conditions climatiques extrêmes et emprunter des routes et des pistes parfois peu praticables.

Puis, après avoir sillonné le Japon pour des fins promotionnelles et touristiques, ce grand voyageur a refait le voyage en sens inverse pour revenir dans sa Pologne natale... trois mois plus tard !

Nissan Leaf

Prix de base

36 398 $ (S) ; 40 298 $ (SV) ; 42 698 $ (SL).

Transport et préparation

1 950 $

Groupe motopropulseur

Moteur électrique synchrone à courant alternatif de 110 kW (147 ch), 236 lb-pi. Batterie au lithium-ion de 40 kWh. Chargeur embarqué de 6,6 kW. Roues avant motrices.

Particularités

Suspension indépendante aux roues avant ; poutre de torsion avec barre stabilisatrice à l’arrière. Freins à disque aux quatre roues. Système ePedal. Antiblocage de série. Pneus : P205/55R16 (S) ; P215/50R17 (SV et SL).

Cotes

Empattement : 2 700 mm ; longueur : 4 480 mm ; largeur : 1 530-1 540 mm ; hauteur : 1 560-1 565 mm. Poids : 1 560-1 592 kg. Volume du coffre : 668-850 L. Autonomie optimale (constructeur) : 242 km.

Concurrence

BMW i3, Chevrolet Bolt EV, Ford Focus EV, Hyundai Ioniq EV, Kia Soul EV, Tesla Modèle 3, Volkswagen e-Golf

Points forts


  • Système ePedal remarquable   
  • Design extérieur et intérieur réussi   
  • Habitacle confortable et spacieux   

Points faibles

  • Volume du coffre limité   
  • Câble de recharge lourd   
  • CarPlay et Android Auto non disponible pour la Leaf S