/news/society
Navigation

Normand Brathwaite: la jeunesse «corrompue par le "politically correct"»?

Normand Brathwaite
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

 Même s’il n’a pas regardé le Gala de l’ADISQ dimanche soir, Normand Brathwaite est revenu sur le malaise qu’a semblé susciter la rediffusion d’un numéro auquel il a participé en 1992. Dans une parodie de François Perrusse, le populaire animateur dansait sur une reprise de la chanson l’Aigle noir rebaptisée pour l’occasion Nègre noir.   

 Si en 1992 le numéro avait été un «hit», cette année le public dans la salle a semblé choqué. «Je me souviens qu’à l’époque, dans la salle, [...] y’avait des gens comme Richard Séguin qui riaient et tout le monde riait», a-t-il dit sur les ondes de QUB radio.   

 Au micro de Sophie Durocher, Normand Brathwaite s’est questionné à savoir si «notre jeunesse était corrompue par le politically correct».    

 «Ce qui m’inquiète c’est que le deuxième degré ne passe plus», a-t-il lancé en expliquant qu’il ne comprenait pas comment un noir ne pouvait plus se moquer de sa communauté en s’appuyant sur des stéréotypes pour faire passer un message. «Tu n’as pas le droit de te déguiser en noir pimp, mais moi je suis noir. Donc, si moi non plus je n’ai pas le droit, je ne comprends vraiment pas ce qui se passe».  

 L’animateur croit qu’il n’est plus possible de dénoncer une situation en utilisant l’humour. «C’est que j‘ai l’impression que maintenant, si tu veux dénoncer quelque chose, le seul choix que tu as c’est un mégaphone», se désole-t-il.  

 Peut-on tout dire?  

 «Maintenant, si tu dis que tu n’es pas féministe, tu es misogyne. C’est ça le Québec!», a dénoncé l’animateur.  

 Il est revenu par le fait même sur la controverse entourant l’annulation de SLAV, le spectacle mis en scène par Robert Lepage. «Je commence à avoir peur d’une société qui dit qu'on n’a plus le droit de faire de blague là-dessus, qu’on n’a plus le droit de faire de spectacle», a-t-il exprimé.  

 Rappelons que le spectacle mis en scène par Robert Lepage dans lequel des acteurs interprétaient des chants d’esclaves avait dû être annulé après avoir été la cible de violentes critiques d’appropriation culturelle.  

 «On ne peut pas traiter quelqu’un de misogyne ou de raciste sans avoir de preuves. Quelqu’un qui dit que Robert Lepage est un raciste ou que Betty Bonifassi est raciste, je ne veux même plus discuter avec eux», a lancé sans retenue l’animateur qui est connu pour sa «grande gueule».  

 Normand Brathwaite a terminé l’entrevue sur une note positive, soutenant que dans cinq ans le climat risque d’avoir changé au Québec. «Ça va aller en s’améliorant, parce que le Québec n’est pas raciste [...] contrairement aux États-Unis, notre fond n’est pas pourri, n’est pas corrompu.»