/news/society
Navigation

Une chaîne humaine devant l’école Cardinal-Roy

Des parents poursuivent leur mobilisation contre le changement de vocation envisagé

Une chaîne humaine devant l’école Cardinal-Roy
Photo d'archives, Daphnée Dion-Viens

Coup d'oeil sur cet article

Des parents du centre-ville formeront une chaîne humaine mardi soir devant l’école secondaire Cardinal-Roy, à Québec, afin de protester contre le changement de vocation réclamé.

La mobilisation se poursuit pour le collectif de parents qui réclame le maintien d’une école inclusive au centre-ville de Québec. L’école secondaire Cardinal-Roy veut fermer ses classes régulières et d’adaptation scolaire afin de faire plus de place aux élèves des programmes sports-arts-études, qui composent 85% de sa clientèle.

Une assemblée publique de consultation est prévue mardi, à laquelle se sont inscrits 25 groupes ou intervenants qui prendront la parole.

Claudine Thériault, mère d’un enfant qui fréquente une classe d’adaptation scolaire à l’école Cardinal Roy, viendra témoigner du difficile parcours scolaire de son fils, qui a enfin trouvé sa place dans cette école secondaire.

«Tous les enfants n’ont pas les mêmes capacités ou attentes, mais ils ont tous le droit de partager un milieu scolaire de proximité, inclusif, diversifié et de qualité», écrit Mme Thériault dans une lettre ouverte transmise à la commission scolaire dans le cadre du processus de consultation.

D’autres personnes viendront plutôt appuyer la demande de l’école secondaire Cardinal-Roy, comme Dany Boulanger, un des membres fondateurs du programme sport-arts-études créé il y a 30 ans, qui est réservé à l’élite sportive et artistique.

Dans son mémoire, M. Boulanger soutient que cette formule permet à des enfants moins favorisés d’avoir accès à des programmes de qualité qui autrement seraient réservés aux mieux nantis dans les écoles privées.

La commission scolaire de la Capitale doit prendre position sur le changement réclamé à la fin novembre, mais la décision finale appartiendra au nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.