/sports/football/rougeetor
Navigation

Betts de retour au jeu

L’ailier défensif avait raté les deux derniers matchs du calendrier régulier

Mathieu Betts plaquant le quart-arrière des Carabins de Montréal le 7 octobre.
Photo d’archives, Mathieu Bélanger Mathieu Betts plaquant le quart-arrière des Carabins de Montréal le 7 octobre.

Coup d'oeil sur cet article

Mathieu Betts est prêt à revenir au jeu pour le début des séries éliminatoires.

En raison d’une blessure au dos subie lors de la période d’échauffement du match à McGill le 13 octobre, l’ailier défensif étoile du Rouge et Or de l’Université Laval a raté les deux dernières parties de la saison régulière.

Mais il sera à son poste, samedi, alors que les finalistes de la Coupe Vanier accueilleront le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke en demi-finale du RSEQ.

« Tout va bien et je suis content de pouvoir participer au succès de l’équipe, a souligné Betts. J’ai été bien conseillé et tout le monde allait dans la même direction.

« J’ai raté la partie contre Sherbrooke par précaution, mais ce fut une belle occasion pour d’autres de voir du terrain, ce qui est important pour le futur de l’équipe. Alexandre Gagnon a fait un bon travail. Ce fut différent de regarder un match des lignes de côtés parce que je ne suis pas habitué, mais on a démontré que nous avions de la profondeur sur la ligne défensive.»

« Je me sens super bien, d’ajouter le vainqueur du trophée J.P. Metras, décerné au joueur de ligne par excellence au pays, au cours des deux dernières années. La semaine de congé a fait du bien et j’ai pu travailler avec le préparateur physique. Quand j’ai repris l’entraînement mercredi et jeudi dernier, je ne me sentais pas rouillé et tout s’est bien passé. »

Occasion ratée

Auteur de neuf sacs cette saison, Betts aurait pu s’attaquer au record du RSEQ de 12,5 établi par Jean-Samuel Blanc, des Carabins de l’Université de Montréal, en 2012 s’il n’avait pas été blessé, mais il n’en a pas perdu le sommeil.

« J’avais ma dose des records, a-t-il imagé. Cela aurait pu arriver, mais je ne m’attarde pas à ça. »

Betts est emballé à l’idée d’amorcer les séries éliminatoires.

« C’est le fun les séries éliminatoires, a indiqué le produit des Spartiates du Vieux Montréal. Toute notre concentration est sur Sherbrooke. À Laval, c’est spécial les séries parce que la préparation et l’intensité augmentent. On ne veut pas avoir de regrets. »

Tactique prévisible

Malgré l’entrée en scène d’un nouveau quart-arrière en Samuel Goulet-Bolduc qui a propulsé le Vert & Or en séries éliminatoires en vertu d’une victoire dramatique de 28-21 face aux Stingers de Concordia après avoir essuyé un retard de 14 points après trois quarts, Betts ne croit pas que la stratégie des protégés de Mathieu Lecompte va changer.

« Leur ADN va demeurer au sol, prévoit-il. Leur quart-arrière a toutefois démontré qu’il est capable de distribuer le ballon. Notre objectif numéro un sera d’arrêter le sol et de mettre par la suite de la pression sur le quart-arrière. »

 

Le mauvais temps ne fait pas peur aux joueurs

 

Alors que Dame Nature a déjà débuté à faire des siennes et que novembre ne s’est pas encore pointé, le jeu au sol risque de prendre une place plus importante si les conditions météorologiques sont difficiles.

« Nous sommes prêts, a assuré le centre du Rouge et Or de l’Université Laval Samuel Lefebvre. Les gars ont offert une solide performance lors du dernier match de la saison régulière contre Sherbrooke. Nous avons aussi démontré que nous avons de la profondeur sur la ligne offensive. »

Si toute l’attention était portée sur les exploits de Hugo Richard, qui a fracassé le record du RSEQ pour le plus grand nombre de passes de touché en carrière avec 70 et atteint le plateau des 10 000 verges, le Rouge et Or a néanmoins amassé 236 verges au sol, sa meilleure performance de la saison.

Christopher Amoah et Alexis Côté avaient mené la charge avec des gains respectifs de 80 et 76 verges.

« Ce fut plus difficile en début de saison, a reconnu Lefebvre, mais ça va bien mieux maintenant. On communique mieux et on hésite moins. Tous les gars travaillent ensemble. »

Blessé sur la première série offensive du match quand il est tombé au sol au moment d’être bloqué par un joueur du Vert & Or après que David Côté eut raté un placement, Lefebvre a repris le collier et il se dit en pleine forme.

« C’est une malchance qui peut arriver n’importe quand, a-t-il résumé. La semaine de repos a fait du bien. Je suis revenu à 100 pour cent. »

Exceptionnel

Tombé au combat lui aussi contre Sherbrooke en début de match, le garde Nicolas Guay est de retour au jeu, lui qui avait frappé en relève de Lefebvre comme centre quand celui-ci a dû quitter.

« Chapeau à Nicolas Thibodeau, a louangé Lefebvre au sujet du bloqueur, qui a vécu son baptême des rangs universitaires comme centre. C’est un gars intelligent et ça paraissait. Ça arrive très rarement de perdre deux centres dans le même match. » Pour le Rouge et Or, c’était une première depuis 2006.

Mardi à l’entraînement, Thibodeau effectuait des remises sur les lignes de côtés quand la ligne offensive était en pause.