/entertainment/shows
Navigation

Voltige acrobatique et symphonique

L’OSQ et Flip FabriQue croisent cirque et musique

Feria Flip FabriQue
Photo d’archives, Simon Clark Les artistes de la troupe de cirque Flip FabriQue donneront vie, en compagnie de l’Orchestre symphonique de Québec, à l’œuvre Petrouchka d’Igor Stravinsky.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef Fabien Gabel a l’habitude de voir des archets bouger et des musiciens concentrés lorsqu’il dirige l’Orchestre symphonique de Québec. Mercredi soir, il verra aussi des artistes de cirque réaliser toutes sortes d’acrobaties.

L’OSQ et la jeune compagnie Flip FabriQue unissent leurs forces, pour la première fois, avec un numéro d’une trentaine de minutes au son de la suite Petrouchka d’Igor Stravinsky.

Un numéro où l’on verra les huit artistes fondateurs de la troupe de cirque Flip FabriQue exécuter, en solo, en duo ou en groupe, des numéros aériens, de la jonglerie, du hula hoop, du diabolo et du trampo-mur sur la musique du compositeur russe.

Fabien Gabel souhaitait, depuis longtemps, insérer cette pièce composée en 1911, à l’intérieur d’un concert de l’OSQ. Il était loin de se douter que c’était pour se faire avec un cirque et qu’il allait être entouré d’acrobates.

« Ils vont évoluer autour de nous et peut-être au-dessus de nous. Ça va être fascinant. Ça nous sort un peu de notre zone de confort. Est-ce que ça va affecter notre manière de jouer ? Est-ce que ça va nous stresser et nous déconcentrer ? Il y a un tas de facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte », a-t-il fait remarquer, avant les premières répétitions au Grand Théâtre de Québec.

Une musique imposante

Le chef de l’OSQ explique que Petrouchka raconte l’histoire d’une marionnette.

« Les personnages vont être représentés par des acrobates. Ça ne sera pas des numéros de cirque et d’acrobaties sur la musique de Stravinsky. L’orchestre va narrer l’histoire en musique et Flip FabriQue va le faire avec art, des chorégraphies et des acrobaties. Ils sont incroyables, spectaculaires et époustouflants. Je suis certain que ça va être visuellement intéressant », a-t-il dit.

Olivier Lépine, qui a signé la mise en scène de l’édition 2017 de Crépuscule, de Flip Fabrique, récidive avec la troupe de Québec pour ce spectacle.

Amateur de musique classique, il admet qu’il ne connaissait pas cette œuvre de Stravinsky et qu’il était plus familier avec le Sacre du printemps.

« C’est de la musique qui est imposante, particulière et différente de celle que l’on retrouve habituellement dans un cirque. La rythmique et la musique de cette œuvre changent très rapidement. Il fallait laisser une place importante à la musique afin que le cirque ne gobe pas toute la musique et que la musique ne se retrouve pas toujours au premier rang et au détriment du cirque. C’est un super défi et l’un d’eux était de combiner ces deux univers et les faire vivre ensemble », a-t-il mentionné.

L’OSQ interprétera aussi les œuvres Ma mère l’Oye de Ravel et le prélude d’Hansel et Gretel d’Humperdinck, sans la présence des acrobates de Flip FabriQue.


► Le spectacle Le cirque donne vie à Petrouchka est présenté mercredi soir à 20 h à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre.