/news/cannabis
Navigation

La SQDC dit n'avoir reçu que 4 % du pot commandé

La situation dans les succursales pourrait se détériorer encore plus dans les prochains mois

Le directeur de la SQDC Jean-François Bergeron rappelle que toutes les provinces éprouvent des problèmes d’approvisionnement, peu importe leur modèle de vente.
Photo AFP Le directeur de la SQDC Jean-François Bergeron rappelle que toutes les provinces éprouvent des problèmes d’approvisionnement, peu importe leur modèle de vente.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau patron de la Société québécoise du cannabis prévient que la pénurie de pot devrait s’aggraver encore avant de pouvoir s’améliorer d’ici le printemps, alors que la société d’État n’a reçu que 4 % de ce qu’elle a commandé aux producteurs en avril.

Même si tous les acteurs de l’industrie s’attendaient à un démarrage chaotique, la SQDC a tout de même été prise de court par l’ampleur des problèmes de production et d’approvisionnement des producteurs.

«On savait que ce serait un démarrage difficile. Il fallait être naïf pour ne pas penser que ça allait être une montagne russe au démarrage, mais pas comme ça», reconnaît le directeur de la Société québécoise de cannabis (SQDC) Jean-François Bergeron.

Vides pendant longtemps

Celui qui a été coresponsable de la mise en place de la SQDC durant un an et qui vient de succéder à l’ancien directeur Alain Brunet ne s’attend pas à avoir des tablettes bien remplies dans ses succursales avant trois à six mois.

«Ça va se détériorer un peu plus avant d’aller mieux, parce que j’ai l’impression que l’inventaire que les producteurs avaient réussi à bâtir pour le 17 octobre, on est dedans», explique M. Bergeron.

La SQDC croit que les producteurs ont mis un certain temps à produire cet inventaire et s’attend à ce que ces derniers mettent encore quelques mois avant de pouvoir livrer en continu du cannabis produit de façon régulière dans les quantités espérées.

Au moment de signer les contrats avec six producteurs (maintenant cinq puisque l’un deux a racheté un concurrent), la Société avait «sécurisé» 58 tonnes de cannabis cet hiver.

Mal informés

Même si la Société avait passé ses commandes en avril dernier, elle a été informée il y a seulement «deux ou trois semaines» avant le jour J des retards de production et de livraison. Les producteurs leur ont alors confirmé qu’ils ne seraient pas en mesure de fournir les neuf tonnes de cannabis promis pour le premier trimestre suivant la légalisation et qui devaient être vendues en succursales.

En date de mardi, seuls 400 kilogrammes, donc 4 % des neuf tonnes, avaient été livrés à la SQDC.

«Ils [les producteurs autorisés] peuvent dirent qu’ils répondent à nos demandes, mais on fait ça de concert avec eux, explique M. Bergeron. Si on leur demande combien ils ont de caisses d’un produit et qu’ils me disent quatre, ben j’en prends quatre.»

«Peut-être que les producteurs peuvent jouer sur les mots en disant qu’ils répondent à nos demandes, mais c’est sûr que c’est fait en fonction de ce qu’ils sont capables de faire, poursuit-il. La réalité c’est qu’avec 4 % de livrés sur notre premier bon de commande, on est loin du compte.»

À cela s’ajoutent trois autres tonnes qui devaient être réservées par les producteurs pour les commandes sur le web.

Les producteurs silencieux

Contactés par Le Journal, cinq des six fournisseurs de la SQDC ont refusé de s’expliquer sur leurs problèmes.

Seul Adam Greenblatt, de Canopy Growth, a indiqué que les délais pour obtenir des licences de vente de Santé Canada sur certains de leurs sites ont entraîné des retards de production.

HEXO, le seul producteur québécois qui fournit le tiers du cannabis à la SQDC, a décliné notre demande d’entrevue, tout comme Tilray.

Aurora, qui possède aussi MedReleaf, a simplement affirmé que la création d’une nouvelle industrie est complexe, mais a refusé de parler de sa situation.

Aphria n’a pas répondu à nos courriels. Le PDG Vic Neufeld, cité dans le Financial Post, avait évoqué des problèmes dans la chaîne d’approvisionnement et une pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

La SQDC n’envisage pas de sanctions ou de poursuites.

«Au contraire, on travaille avec eux pour qu’ils deviennent encore meilleurs», assure M. Bergeron.

 

Horaire réduit tout l’automne

La SQDC ne prévoit pas ouvrir 7 jours sur 7 tant que l’approvisionnement ne s’est pas stabilisé, ce qui est prévu d’ici trois à six mois. Le directeur affirme qu’il n’y a pas de mise à pied d’employés prévue. Certains se sont vu offrir de faire leur temps plein en quatre jours. «C’est clair qu’on n’a pas intérêt à ouvrir une succursale additionnelle dans l’état actuel, a ajouté M. Bergeron. Dans six mois on devrait être là où on aurait dû être au départ.»

 

Des appels d’offres à Noël

La SQDC ne croit pas avoir pris un plus grand risque en concentrant ses commandes entre les mains de six producteurs, dont le tiers de sa production chez un seul. «On a pris six producteurs, mais ce sont les six plus gros [...] On n’a pas fait ça sur le coin d’une table», insiste M. Bergeron. La SQDC a toutefois confirmé au Journal qu’un appel d’offres devrait être lancé vers les Fêtes pour faire place aux autres plus petits producteurs québécois et ainsi offrir davantage de produits locaux.