/news/currentevents
Navigation

[PHOTOS] Un party de «shooters» flambés dérape: il plaide coupable d'avoir brûlé deux amis

Un homme de 28 ans qui a grièvement brûlé deux amis après les avoir aspergés d’alcool et allumé un briquet plaide coupable de négligence criminelle causant des lésions

Coup d'oeil sur cet article

NDLR: Certaines photos contenues dans cet article pourraient vous choquer, nous préférons vous en avertir.

Un homme de 28 ans de Québec qui a grièvement brûlé un bon ami et une adolescente de 17 ans après les avoir aspergés d’alcool puis allumé un briquet lors d’un party arrosé aux «shooters» flambés a plaidé coupable de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles, vendredi.

Rémy Crête, 28 ans, a causé d’importantes brûlures aux deuxième et troisième degrés à Alex Bouchard Mathurin, qui avait 20 ans lors des événements, et à une jeune femme de 17 ans, dont nous devons protéger l’identité puisqu’elle était mineure.

Rémy Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions sur deux victimes, lors d'un party où un jeu de shooters flambés a tourné au drame. Crête a aspergé ses deux victimes, dont son meilleur ami, de vodka et d'alcool à 94% avant d'allumer un briquet. Ses deux victimes ont subi de graves brûlures, surtout au haut du corps. Courtoisie
Le Journal de Québec
Rémy Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions sur deux victimes, lors d'un party où un jeu de shooters flambés a tourné au drame. Crête a aspergé ses deux victimes, dont son meilleur ami, de vodka et d'alcool à 94% avant d'allumer un briquet. Ses deux victimes ont subi de graves brûlures, surtout au haut du corps. Courtoisie

Cette dernière, hospitalisée pendant un mois et demi, a dû subir plusieurs greffes de peau, notamment au cou et au torse.

C’était le soir du 29 mai 2017, lors d’un party entre amis à l’appartement d’Alex Bouchard Mathurin, sur la rue Bouchette, dans Limoilou.

Le «Sucker Punch»

Crête propose à ce dernier d’aller au Bistro L’Atelier, sur Grande Allée, pour observer comment se fait un «shooter» flambé de l’établissement, le «Sucker Punch». Sur le site de L’Atelier, il est bien indiqué qu’il s’agit d’un cocktail flambé composé de vodka Absolut pommes vertes, de Midori, de lime et d’alcool à 94%, qui est servi uniquement au bar.

Alex Bouchard Mathurin avait 20 ans en mai 2017 quand un party où des shooters flambés étaient faits a tourné au drame. Il a été brûlé sévèrement au visage, principalement, quand son meilleur ami Rémy Crête l'a aspergé d'alcool ainsi qu'une jeune femme, puis a allumé un briquet. Mathurin et son amie se sont enflammés et ont subi de graves brûlures. Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions. Courtoisie
Le Journal de Québec
Alex Bouchard Mathurin avait 20 ans en mai 2017 quand un party où des shooters flambés étaient faits a tourné au drame. Il a été brûlé sévèrement au visage, principalement, quand son meilleur ami Rémy Crête l'a aspergé d'alcool ainsi qu'une jeune femme, puis a allumé un briquet. Mathurin et son amie se sont enflammés et ont subi de graves brûlures. Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions. Courtoisie

Après avoir vu le mixologue à l’œuvre à L'Atelier, Crête explique qu’il a tous les ingrédients chez lui pour réaliser ce «shooter» flambé.

Les deux amis vont récupérer les bouteilles nécessaires chez l’accusé, avant de retourner au domicile de Mathurin.

Les deux victimes et l’accusé, au cours de la soirée, consommeront à plusieurs reprises ce «shooter», a expliqué la poursuite vendredi.

Il les asperge d'alcool

Plus tard, les deux victimes discutent sur le divan au salon. Crête, en état d’ébriété, s’approche d’eux et verse, pour une raison inconnue, de la vodka sur la tête de Mathurin. Mécontent, ce dernier va s’essuyer et retourne s’asseoir au salon.

Une jeune femme de 17 ans a été grièvement brûlé lors d'un party sur la rue Bouchette, à Québec, en mai 2017, lorsqu'elle s'est enflammée après avoir été aspergée d'alcool par un homme. L'accusé Rémy Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions corporelles sur cette adolescente ainsi que sur un autre homme, qui était son meilleur ami. Courtoisie
Le Journal de Québec
Une jeune femme de 17 ans a été grièvement brûlé lors d'un party sur la rue Bouchette, à Québec, en mai 2017, lorsqu'elle s'est enflammée après avoir été aspergée d'alcool par un homme. L'accusé Rémy Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions corporelles sur cette adolescente ainsi que sur un autre homme, qui était son meilleur ami. Courtoisie

Cinq à 10 minutes plus tard, Crête revient et récidive. Cette fois, il verse de l’alcool à 94% sur Mathurin et son amie de 17 ans, assis côte-à-côte sur le canapé.

Crête allume alors un briquet et soudainement, Mathurin et la jeune femme s’enflamment en raison des vapeurs d’alcool.

Le jeune homme de 20 ans court à la salle de bain éteindre le feu qui le brûle à l’aide d’une serviette. Pendant ce temps, quelqu’un tente d’éteindre les flammes qui s’en prennent à la jeune fille. Cette dernière va subir de graves brûlures jusqu’à en perdre connaissance. C’est finalement Mathurin qui réussira à éteindre le feu sur elle avec une serviette.

Des lambeaux de chair

«Lorque les policiers sont arrivés, ils ont expliqué que la chair était en lambeaux, totalement», a rapporté le procureur de la Couronne au dossier, Matthieu Rochette, lors du plaidoyer de culpabilité de Crête vendredi matin.

L’accusé a été arrêté alors qu’il était en train de vomir dans les toilettes. Les deux victimes ont quant à elles été transportées à l’hôpital pour des brûlures aux deuxième et troisième degrés.

L’adolescente de 17 ans a dû être hospitalisée un mois et demi. Considérée comme une grande brûlée, elle a subi plusieurs greffes de peau.

Le Journal de Québec

«Elle a subi des brûlures au deuxième degré au visage et au troisième degré profond au cou et au torse. Elle en a aussi aux mollets et aux pieds», a relaté Me Rochette.

Plus d’un an après le drame, la jeune femme qui a dû suivre une réadaptation de quatre mois à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) arbore des cicatrices importantes et permanentes, particulièrement au torse et au cou.

Elle se compte toutefois chanceuse que les brûlures n’aient pas laissé de traces sur son visage.

Alex Bouchard Mathurin, lui, a subi des brûlures au deuxième degré profond au cou, au front et à un œil. Il a dû se rendre quotidiennement pendant un mois et demi à l’hôpital de l’Enfant-Jésus, à l’unité des grands brûlés, pour faire changer ses pansements.

Plus d’un an plus tard, il a quelques cicatrices toujours visibles.

Le Journal de Québec

Crête a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions sur les deux amis, un chef qui est passible d’une peine maximale de 10 ans de prison.

L’accusé est sans antécédent judiciaire. Un rapport présentenciel a été demandé par la défense.

Les représentations sur la peine auront lieu en janvier.

Un cas similaire

L’an dernier, un cas quelque peu semblable avait mené un jeune homme de Québec à être condamné à une peine de quatre mois à purger dans la collectivité, en plus de devoir verser 2000$ à sa victime.

Lors d’un jeu qui avait dégénéré, Frédéric-Denis Côté avait approché un briquet près d’un de ses amis, qui s’amusait à se verser de l’alcool sur lui.

Le jeune homme s’était enflammé et avait subi des brûlures sur 23% de son corps. Côté avait plaidé coupable à une accusation de voies de fait causant des lésions.