/entertainment/shows
Navigation

Détresse et enchantement

Marie-Thérèse Fortin réalise un montage théâtral à partir de l’autobiographie de Gabrielle Roy

Avec le spectacle <i>La détresse et l’enchantement</i>, Marie-Thérèse Fortin rend hommage à l’auteure franco-manitobaine Gabrielle Roy.
Photo Yves Renaud Avec le spectacle La détresse et l’enchantement, Marie-Thérèse Fortin rend hommage à l’auteure franco-manitobaine Gabrielle Roy.

Coup d'oeil sur cet article

Comme une majorité d’étudiants, Marie-Thérèse Fortin a eu son premier contact avec Gabrielle Roy avec une lecture imposée à l’école. C’est en lisant l’autobiographie La détresse et l’enchantement, plusieurs années plus tard, que la comédienne a eu envie d’en faire un spectacle.

« J’avais l’impression qu’elle décrivait ma mère, mon père et le milieu rural qui était le mien. J’ai eu un choc. J’étais bouleversée, je riais et je pleurais. Je comprenais tout ce qu’elle racontait », a-t-elle laissé tomber, lors d’un entretien.

Avec le spectacle <i>La détresse et l’enchantement</i>, Marie-Thérèse Fortin rend hommage à l’auteure franco-manitobaine Gabrielle Roy.
Photo Yves Renaud

Un choc qui a amené une jeune comédienne qui n’avait pas de travail à vouloir bâtir un projet à partir de cette autobiographie. Les années ont passé et le document est demeuré, avec quelques visites sporadiques, dans ses tiroirs, durant 30 ans.

« Je suis tombée là-dessus en faisant le ménage de mes papiers, lorsque la série Mémoires vives a pris fin et je me suis dit que c’était maintenant ou jamais », a-t-elle indiqué.

À l’affiche à partir de mardi, au Trident, La détresse et l’enchantement est un montage théâtral réalisé à partir de l’autobiographie de Gabrielle Roy publiée en 1984. Un livre où la romancière franco-manitobaine raconte son enfance au Manitoba, son travail d’enseignante dans des villages perdus et une passion envers le théâtre qui la poussera à aller en Europe. Elle s’installera ensuite à Montréal, au moment où la Deuxième Guerre mondiale est sur le point d’éclater et où elle se lancera dans l’écriture de Bonheur d’occasion.

Gabrielle Roy
Photo d"archives
Gabrielle Roy

Une aventure terrifiante

La détresse et l’enchantement est la quête d’une jeune femme qui se cherche et qui est en pleine période de doutes, de questionnements et d’hésitations.

« Sa décision de partir en Europe, qui se faisait très peu à l’époque, a été prise avec un besoin d’aller voir s’il y avait quelque chose d’autre qui l’attendait ailleurs. Et elle trouvera, sur son chemin, des gens qui vont l’amener à son destin d’auteure », a-t-elle indiqué.

La détresse et l’enchantement est une première aventure théâtrale en solo pour Marie-Thérèse Fortin. Une plongée qu’elle a qualifiée de terrifiante avant qu’elle voie le jour, en février et en mars derniers, au Théâtre du Nouveau Monde.

« Nous sommes habituellement plusieurs sur scène au théâtre. On avance en gang et on rebondit les uns sur les autres. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on est toute seule et qu’il arrive quelque chose. Et c’est extraordinaire, en même temps, de penser que l’entièreté du spectacle repose entre nos mains. C’est une frousse, au départ, mais c’est le prix à payer pour la grande récompense qui est de passer à travers ce spectacle-là, avec cette écoute et ce partage. J’entends les gens réagir, rire et s’exclamer, et c’est formidable. C’est comme un cadeau », a-t-elle raconté.

Marie-Thérèse Fortin se prépare à vivre des moments émotifs dans un théâtre qu’elle a dirigé durant sept ans et une salle qu’elle connaît sur le bout des doigts.

Et des moments qui sont significatifs, parce que Gabrielle Roy caressait le rêve de devenir comédienne.

« Elle a vécu à Québec. Elle allait marcher sur les Plaines, elle faisait ses courses sur la rue Cartier et elle habitait le Château Saint-Louis. Elle va être là, pas très loin et dans les alentours. Elle va finalement être montée sur scène », a fait remarquer la comédienne.


La détresse et l’enchantement est à l’affiche au Théâtre Le Trident du 6 novembre au 1er décembre.