/sports/football/rougeetor
Navigation

Rouge et Or: averse de points au PEPS

Laval blanchit le Vert & Or 40-0 dans des conditions de jeu difficiles

Coup d'oeil sur cet article

La logique a été respectée samedi au PEPS, alors que le Rouge et Or de l’Université Laval a disposé du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke par la marque de 40-0 pour obtenir son billet pour la Coupe Dunsmore, pour une 16e année consécutive, dans un match disputé dans des conditions très difficiles.

Le Rouge et Or affrontera maintenant les Carabins de l’Université de Montréal samedi prochain en finale provinciale pour une 6e année consécutive. Les Bleus ont disposé des Redmen de McGill par la marque de 48-2.

« C’est la suite logique, a indiqué l’entraîneur-chef Glen Constantin. Il s’agira d’un bon spectacle pour toute la province. On a battu Montréal deux fois cette saison, mais ça ne donnera rien si on ne le fait pas une troisième fois. Le passé ne veut plus rien dire. » Laval a défait Montréal trois fois au cours de la même saison pour la dernière fois en 2013.

Mauvaises conditions

Tout le match a été disputé sous de forts vents et sous la pluie qui s’est intensifiée en deuxième demie.

« Des conditions exécrables comme ça montrent l’importance d’être capable de courir, a souligné Constantin. Avec les parties à Queen’s, en 1996, et contre McMaster en match présaison, en 2011, lors du passage de l’ouragan Irène, il s’agit de la rencontre disputée dans les conditions les plus difficiles. Dans ce genre de conditions, l’écart diminue parfois entre les équipes et il y a toujours une petite crainte. »

« Nous n’avons pas eu un aussi bon départ que souhaité, d’ajouter Constantin. La ligne offensive a été un peu poreuse en partant, et Sherbrooke a blitzé pas mal et plaçait beaucoup de monde dans la boîte défensive. Ça nous a pris un peu de temps à déchiffrer. Depuis mercredi, on savait qu’il allait mouiller et on voulait courir davantage. Ça ne donnait rien d’élaborer des plans complexes et nous avons restreint notre cahier de jeux. On devait s’établir au sol. »

Les 304 verges amassées par la voie terrestre représentent un sommet cette saison pour le Rouge et Or. Vincent Breton-Robert et Alexis Côté ont récolté respectivement 119 et 101 verges.

La défensive n’a cédé que six premiers essais et 55 verges.

« Ils n’ont pas changé grand-chose en offensive et leurs formations étaient simples, a indiqué Constantin, mais c’est normal compte tenu de leur situation à la position de quart-arrière. »

Entraîneur offensif recherché

Mathieu Lecompte est bien conscient que son offensive n’a pas fait le poids.

« Ce fut difficile toute la saison, a résumé le pilote du Vert & Or. On s’est relevés toute la saison du départ d’un coordonnateur offensif (Jason Hogan) à qui on avait fait confiance et qui a quitté avant le camp. Malgré tout, on a mérité notre place en séries éliminatoires. Chapeau à notre coordonnateur offensif Rémi Giguère. »

« La priorité à partir de maintenant est de dénicher un entraîneur d’expérience pour diriger notre offensive et assurer le développement de nos jeunes, de poursuivre Lecompte. On ne peut pas garder les conditions actuelles si on vise l’excellence. La bonne nouvelle, c’est que l’université vise l’excellence. On voit par le pointage l’écart qui nous sépare de l’élite. On connaissait l’ampleur de la tâche, mais personne ne s’est présenté à reculons. Félicitations à Laval et bonne chance dans leur parcours en séries. »

Des botteurs très sollicités

Les botteurs du Rouge et Or ont connu une bonne journée dans des conditions pas évidentes.

David Côté a réussi cinq placements en autant de tentatives pour signer sa meilleure performance dans les rangs universitaires. Il en avait réussi 4 dans la victoire de 12-7 face aux Carabins de l’Université de Montréal en début de saison. De son côté, Dominic Lévesque a conservé une moyenne de 40,2 verges en huit dégagements. Il a placé trois bottés à l’intérieur de la ligne de 20 verges, dont un au 3.

« Je savais que je serais peut-être plus sollicité parce que le ballon voyageait moins, a indiqué Côté. Frédéric Gagnon [spécialiste des longues remises] et Christian Dallaire [teneur] ont fait un bon travail. On sort plus tôt à l’entraînement toute la semaine pour s’assurer que notre exécution soit parfaite. J’aurais aimé en tenter un 6e pour la route en fin de match, mais nous avons mis un genou au sol. Ce n’était pas glissant pour moi, mais c’était plus difficile pour Dominic sur les dégagements. »

Dégagements en flèche

En raison du vent, Lévesque a opté pour quelques dégagements en flèche. « Ce n’est pas les conditions idéales, mais on doit s’adapter, a-t-il indiqué. J’ai toujours frappé en flèche quand nous sommes près de la zone des buts. C’est utile aussi dans des conditions comme aujourd’hui [samedi]. Je frappe le ballon encore plus bas quand nous avons le vent dans la face. »

Une première pour Breton-Robert

Vincent Breton-Robert a connu son premier match de 100 verges en carrière.

Il a amassé 119 verges en 11 courses dont une de 65 pour un touché. Il a ajouté une passe pour 24 verges. « Ça réchauffe de réussir une aussi longue course, a rigolé Breton-Robert. Le trou s’est ouvert et j’ai couru dedans. Nous voulions courir et on a réussi à le faire. Notre attaque progresse et on court mieux qu’en début de saison. La ligne offensive fait un gros travail. »

Partant pour la première fois de la saison, Pierre-Karl Lanctôt a frappé en relève de Samuel Lefebvre à la position de centre. « Je suis habitué de venir en relève en fin de saison, a-t-il souligné. J’avais aussi été partant à la Coupe Vanier 2016 et 2017. Je m’étais bien préparé et j’étais prêt. »

Confiance

Auteur du premier touché du match sur une réception de 27 verges, Mathieu Robitaille a procuré une avance de 15-0 au Rouge et Or. « C’est toujours le fun de créer un jeu qui donne des ailes à l’équipe, a imagé le produit des Titans de Limoilou. Je ne pouvais pas demander une meilleure passe. Elle est tombée directement dans le panier et je n’avais qu’à la mettre dans le filet. Nous sommes partis lentement en raison d’un manque d’intensité. »

Compte tenu des conditions difficiles, le jeu aérien n’a pas été aussi sollicité qu’à l’habitude. « Ce n’était pas facile en raison de la pluie, mais on a bien géré ça en ne commettant aucun revirement, a résumé Hugo Richard qui a complété 11 de ses 18 passes pour 154 verges. J’ai lancé quelques passes imprécises, mais c’était inévitable dans les circonstances. La situation a empiré en deuxième demie et je n’ai tenté que trois passes. Ça ne donnait rien de prendre des risques. C’est certainement les pires conditions dans lesquelles j’ai joué en cinq ans à Laval. C’est plate parce que le livre de jeux rétrécit, mais c’est la même chose pour les deux équipes. Dans ces circonstances, c’est l’équipe qui exécute et bloque le mieux et qui veut le plus qui gagne. J’ai vraiment confiance aux gars dans ces aspects. »

Attaque terrestre freinée

Meneur du Rouge et Or avec 4,5 plaqués, Kean Harelimana était satisfait de la performance défensive. « À l’exception de quelques belles courses, on a bien contré Gabriel Polan qui est leur meilleur joueur, a indiqué le secondeur extérieur. On savait qu’ils allaient tenter de courir. On a bien contré leur nouveau quart-arrière. »

Lors des quatre dernières parties face au Vert & Or, le Rouge et Or n’a accordé qu’un point. « C’est un bel accomplissement, a indiqué l’ailier défensif Mathieu Betts qui revenait au jeu après avoir raté les deux dernières parties. On a limité leur attaque terrestre. Leur nouveau quart-arrière (Samuel Goulet-Bolduc) n’avait pas peur de lancer le ballon et il a fait de bonnes lectures. Je lui lève mon chapeau. Quand le quart-arrière lance le ballon, ça rend notre travail un peu plus le fun. »

Goulet-Bolduc a complété trois de ses 13 passes pour 20 verges et Joé Hudon a pris la relève en deuxième demie. Les deux pivots ont lancé trois interceptions.