/misc
Navigation

Coupe Dunsmore: encore une finale UdeM-ULaval

Coupe Dunsmore: encore une finale UdeM-ULaval
Photo d'archives, Mathieu Belanger

Coup d'oeil sur cet article

Les deux demi-finales du circuit universitaire de football du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) ont donné droit à deux affrontements à sens unique. Et pour une sixième année consécutive, le Rouge et Or de l’Université Laval affrontera les Carabins de l’Université de Montréal pour l’obtention de la coupe Dunsmore.

Tout d’abord, le Rouge et Or a écrasé le Vert & Or de l’Université Sherbrooke 40-0 alors que les Carabins ont piétiné les Redmen de l’Université McGill, 48-2, samedi après-midi.

En raison de ces résultats, l’hypothèse d’une ligue à deux équipes, que plusieurs avancent depuis des années, est renforcée.

En effet, les Redmen, le Vert & Or ainsi que les Stingers de l’Université Concordia n’ont su offrir une opposition digne de ce nom aux deux grands ténors du RSEQ.

L’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, aimerait que les choses changent, mais avoue que la balle est dans le camp des autres formations.

Coupe Dunsmore: encore une finale UdeM-ULaval
Photo Dominick Gravel

«On se le souhaite», a tout d’abord souligné le pilote des Bleus, dimanche, lors de l’émission le Québec Matin sur les ondes de LCN. «Mais ça commence à l’interne. Quand tu regardes les deux équipes qui ont du succès actuellement ou dans les dernières années, on parle de stabilité, on parle de deux organisations qui sont bien alignées et on parle d’un engagement envers le sport.»

«Ce sont des choses que les autres peuvent réaliser. On l’a fait en 2011. On n’avait jamais gagné une coupe Dunsmore et depuis, on l’a gagnée deux fois en plus d’une coupe Vanier. Si c’est faisable à Montréal, c’est faisable ailleurs.»

Déçu pour les Alouettes

Maciocia, évidemment, garde un œil sur les performances des Alouettes de Montréal. Celui qui a déjà œuvré dans la Ligue canadienne de football pendant plusieurs années est déçu des performances des Moineaux.

«C’est décevant», a-t-il admis. «C’est un circuit à neuf équipes et tu rates les séries éliminatoires pour une quatrième saison d’affilée. C’est loin d’être évident.»

«On souhaite qu’ils aient un plan et qu’ils puissent être capables de retourner en séries l’an prochain. On aimerait avoir une équipe gagnante. Et je ne parle pas nécessairement de gagner la coupe Grey chaque année, mais d’être au moins dans la conversation. C’est bon pour eux, mais c’est bon pour le football amateur au Québec.»

Maciocia, qui est souvent au cœur des rumeurs pour devenir l’entraîneur-chef ou le directeur général de l’équipe année après année, continue de dire qu’il est «très heureux à l’Université de Montréal.»