/investigations/polices
Navigation

La directrice du BEI devra rester à l’écart de l’enquête sur les fuites à l’UPAC

Des mesures contre les apparences de conflits d’intérêts ont été mises en place

Coup d'oeil sur cet article

La directrice du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) Madeleine Giauque ne pourra pas superviser l’enquête sur les fuites à l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Cette décision a été prise en raison de ses liens avec le député Guy Ouellette, soupçonné par l’UPAC d’être impliqué dans ces fuites.

Une porte-parole du BEI, Esther Tremblay, a indiqué qu’ils ont travaillé ensemble sur des dossiers liés aux motards criminalisés, quand M. Ouellette, alors sergent à la Sûreté du Québec, «agissait comme témoin expert».

«Ils ont toujours entretenu des relations cordiales, dans un contexte strictement professionnel», a-t-elle dit dans un courriel.

Projet A

Des mesures ont été mises en place «pour éviter toute apparence de conflit d’intérêts» quand le ministère de la Sécurité publique a demandé au BEI d’enquêter sur le projet A, l’enquête que l’UPAC a elle-même menée sur des fuites de renseignements dans ses services.

«Mme Giauque a décidé de s’en dissocier complètement. Par conséquent, elle ne jouera aucun rôle dans cette enquête», a indiqué la porte-parole du BEI.

Sylvain Ayotte, directeur adjoint au BEI, a été chargé de superviser «l’équipe spéciale» mise en place, a indiqué l’organisme responsable d’enquêter sur les opérations policières.

Mme Giauque «ne sera pas tenue informée de son déroulement ni des avancées de l’enquête».

Mandats

En octobre 2017, M. Ouellette a été arrêté par l’UPAC dans le cadre d’une opération policière retentissante.

Le député, qui a récemment été exclu du caucus libéral, n’a toujours pas été accusé dans ce dossier.

L’UPAC a subi un revers quand M. Ouellette a obtenu, fin septembre, l’annulation de mandats de perquisition et la restitution d’objets saisis par le corps policier.

Le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière a ensuite annoncé sa démission.

Dans une entrevue à La Presse, M. Lafrenière a soutenu qu’il n’y avait aucun lien entre ce revers et son départ précipité à la retraite.

Évoquant lui-même «une muraille de Chine» mise en place pour éviter les conflits d’intérêts de Mme Giauque, M. Lafrenière a déclaré qu’il allait «collaborer à l’enquête» du BEI.

«Je crois à l’intégrité de ces gens-là», a-t-il dit au quotidien de la rue Saint-Jacques.