/finance/business
Navigation

En catimini, Québec verse plus d’un demi-million à Guy Laliberté

Deux ministères ont été mis à contribution pour le « démarrage » de Zú

Guy Laliberté
Photo Pierre-Paul Poulin Le 25 octobre dernier, Guy Laliberté faisait sa première sortie publique depuis la vente du Cirque du Soleil, en 2015, pour parler des projets de son entreprise Lune Rouge.

Coup d'oeil sur cet article

Le milliardaire Guy Laliberté a réussi à convaincre deux ministères de lui verser discrètement 640 000 $ pour l’aider à « démarrer » Zú, un « hub créatif » qui veut donner un coup de pouce à de jeunes entrepreneurs créatifs.

M. Laliberté contribuera lui-même pour 5 M$ à Zú, a-t-il annoncé hier. Le cofondateur du Cirque du Soleil mettra aussi à la disposition des entreprises qui seront « incubées » chez Zú son réseau de contacts.

En juin, le ministère des Affaires municipales a approuvé une subvention de 500 000 $ sur deux ans à Zú, puisée à même son « Fonds d’initiative et de rayonnement de la métropole ». Aucun communiqué n’a été publié même s’il s’agit de l’une des plus importantes aides financières attribuées par le Ministère depuis le début de 2018.

« C’est un montant pour nous permettre de vraiment faire le démarrage de tout ça, d’aller chercher des partenaires privés », explique Nadine Gelly, directrice générale de Zú, un organisme à but non lucratif mis sur pied par Lune Rouge, le holding de M. Laliberté.

« L’aide financière est un levier et contribue à la crédibilité du projet, précise un porte-parole du Ministère, Sébastien Gariépy. Le Ministère considère que Zú aura un effet structurant sur de jeunes compagnies de l’industrie du divertissement et contribuera à positionner Montréal comme chef de file dans ce domaine. »

Sa fille siège au conseil

M. Gariépy a ajouté que Zú, auparavant connu sous le nom de Hub créatif Lune Rouge, « possède son propre conseil d’administration et est indépendant du Groupe Lune Rouge ». Or, la fille de Guy Laliberté, Naïma, siège au conseil d’administration de l’organisme depuis un an. Un nouveau conseil dont elle ne sera pas membre sera bientôt constitué, indique Mme Gelly.

Zú a aussi obtenu une subvention de 140 000 $ sur deux ans du programme « Soutien à la valorisation et au transfert » du ministère de l’Économie. L’annonce était dissimulée dans un document annexé à un communiqué publié en juillet.

Selon le Ministère, les fonds publics serviront notamment à la « mise en place d’un réseau international d’incubateurs créatifs » et à l’« accroissement des occasions d’affaires pour les startups participantes ».

D’autres appuis financiers

Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), le consulat de France à Montréal et la Ville de Montréal ont pour leur part apporté une contribution totale de 40 000 $ à Zú. L’organisme espère en outre recevoir un appui d’Ottawa.

Il y a deux semaines, M. Laliberté disait avoir demandé aux gouvernements de soutenir Zú, sans toutefois mentionner qu’il avait déjà reçu l’aide de Québec.

Zú entend soutenir quelque 300 créateurs au cours des prochaines années. Les jeunes entreprises que Zú accompagnera pourront louer des bureaux qui seront aménagés d’ici l’été prochain dans la Maison Alcan, siège de Lune Rouge.

Financement de Zú, le « hub créatif » de Lune Rouge

  • Guy Laliberté: 5 M$
  • Ministère des Affaires municipales: 500 000 $
  • Ministère de l’Économie: 140 000 $
  • LOJIQ, consulat de France à Montréal et Ville de Montréal: 40 000 $
  • Gouvernement du Canada: à venir
  • Secteur privé: à venir