/news/politics
Navigation

Le mouvement souverainiste est en «panne», croit Pauline Marois

Le mouvement souverainiste est en «panne», croit Pauline Marois
PHOTO TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

L’ancienne première ministre du Québec Pauline Marois a admis que le mouvement souverainiste est en panne, mercredi, au lendemain de la mort de Bernard Landry.

«Effectivement, à ce moment-ci, nous sommes en panne, honnêtement. En panne d’appuis, en panne de mobilisation. Et c’est à cela que nous devons réfléchir», a-t-elle insisté, en direct sur QUB radio.

Comme Bernard Landry qui n’a jamais cessé de militer au sein du mouvement souverainiste, Mme Marois croit toutefois «que le pays est possible et souhaitable et même nécessaire».

«Je ne suis pas pessimiste de nature. Je peux être inquiète cependant. Et je le suis jusqu’à un certain point», a avoué la première première ministre du Québec en entrevue avec Benoit Dutrizac.


Réécoutez l'entrevue de Pauline Marois à Dutrizac de 6 à 9:


 

Selon elle, les souverainistes auront maintenant le mandat de se reconnecter avec la population québécoise.

«Comment reprendre le projet et le rendre intéressant? Comment en faire valoir les aspects tellement importants pour notre avenir, pour notre culture, pour notre langue, pour notre nation et pour notre peuple? Et de quelles façons y arriver?» s’est-elle questionnée au micro de Benoit Dutrizac.

«Je crois que c’est le mandat que doivent se donner les souverainistes.»

Un grand orateur

Au micro de Benoit Dutrizac, Mme Marois a bien entendu rendu hommage à l’ex-premier ministre du Québec Bernard Landry, qui s’est éteint mardi à l’âge de 81 ans.

Elle s’est notamment souvenue de Bernard Landry comme d’un grand orateur. «Chaque fois qu’il faisait un discours, c’était une histoire qu’il nous racontait. Il réussissait toujours à capter notre attention, à venir me chercher.»

M. Landry était également un homme qui faisait confiance aux gens, a insisté Mme Marois, à qui l’ancien premier ministre a confié de grands ministères, dont celui des Finances.