/news/provincial
Navigation

Un 3e et nouveau patron pour le bureau de projet sur le 3e lien

Frédéric Pellerin, nouveau dg du bureau de projet sur le 3e lien
Photo courtoisie Frédéric Pellerin, nouveau directeur général du bureau de projet sur le 3e lien.

Coup d'oeil sur cet article

Dans l’objectif d’effectuer une première pelletée de terre d’ici 2022, le ministre des Transports, François Bonnardel, annoncera aujourd’hui la nomination d’un nouveau patron à la tête du bureau de projet sur le 3e lien Québec–Lévis.

Notre Bureau parlementaire a appris que les commandes du bureau de projet seront confiées, dès la semaine prochaine, à Frédéric Pellerin, qui est actuellement chargé de la Direction de la Chaudière-Appalaches du ministère des Transports (MTQ).

En plus de coordonner la réalisation des études sur l’éventuel lien interrives, M. Pellerin aura la responsabilité de superviser la construction du nouveau pont de l’île d’Orléans, dont la livraison est toujours prévue pour 2024, a assuré une source gouvernementale.

M. Bonnardel devrait toutefois en profiter pour mettre fin à l’incertitude qu’il avait semée après son assermentation : les deux projets seront malgré tout menés en parallèle. M. Pellerin s’assurera essentiellement que l’information circule entre les deux équipes.

Un 2e changement de garde

Le nouveau directeur général du bureau de projet sur le 3e lien, Frédéric Pellerin, œuvre au sein du ministère des Transports depuis près d’une vingtaine d’années. Il occupe des fonctions de gestion depuis 2010.

Il succède ainsi à Richard Charpentier, un ingénieur d’expérience qui avait lui-même succédé, en début d’année, à l’ex-candidat libéral et ex-militant Stéphane Dallaire, à qui les libéraux avaient confié la mise sur pied du bureau à l’été 2017.

M. Charpentier cumulait également la charge de DG aux grands projets de Québec et de l’Est, fonction à laquelle il pourra désormais se concentrer exclusivement.

M. Pellerin aura quant à lui pour seule responsabilité de diriger le bureau de projet. Il sera donc remplacé à la direction régionale de Chaudière-Appalaches.

Échéancier à revoir

Selon l’échéancier libéral, qui reposait sur l’étude de cinq scénarios, un à l’ouest et quatre à l’est, la construction du 3e lien devait débuter en 2026.

Lors de la présentation de l’état d’avancement des travaux par Véronyque Tremblay, en août dernier, M. Charpentier avait indiqué que de commencer la construction du 3e lien au cours des quatre prochaines années n’était «pas réaliste».

«Peut-être que ce n’est pas la personne qu’il faut à cet endroit-là», avait alors réagi le député caquiste Éric Caire, convaincu de pouvoir économiser du temps en optant immédiatement pour le tracé empruntant l’île d’Orléans.

C’est d’ailleurs ce qu’a ordonné M. Bonnardel, aussitôt arrivé en poste. Il reste à voir quel sera le nouvel échéancier avec les changements apportés, et à savoir si ces derniers auront un impact sur les coûts.

Le MTQ s’apprête par ailleurs à nommer une ressource dédiée au projet de réseau structurant de Québec. Le poste, encore vacant, se retrouve d’ailleurs dans la plus récente mise à jour de l’organigramme du ministère.