/sports/football/rougeetor
Navigation

Une défensive sans complexes

L’attaque du Rouge et Or devra se méfier de la puissante défense montréalaise

Brian Harelimana (ci-dessous) et son frère Kean (21) croiseront le fer pour la sixième fois de leur carrière, samedi, au PEPS. « C’est toujours spécial, un match Laval-Montréal, et la présence de mon frère ajoute un peu de piquant », a dit Kean.
Photo Agence QMI, Simon Clark Brian Harelimana (ci-dessous) et son frère Kean (21) croiseront le fer pour la sixième fois de leur carrière, samedi, au PEPS. « C’est toujours spécial, un match Laval-Montréal, et la présence de mon frère ajoute un peu de piquant », a dit Kean.

Coup d'oeil sur cet article

Défensive la plus avare du pays avec seulement 46 points accordés cette saison, l’unité des Carabins de Montréal se pointe au PEPS de l’Université Laval sans complexes. « Nous avions du talent en 2016, mais on mise sur notre meilleure défensive, cette année », lance même le secondeur étoile des Bleus, Brian Harelimana.

« Cette année, la cohésion entre le front et les demis défensifs est présente, ce qui n’était pas le cas en 2016. Ça fait deux ans qu’on joue tous ensemble, et on a eu ce qu’on méritait. La cohésion et la confiance en tous nos coéquipiers font la différence », avance Harelimana.

Brian Harelimana
Photo d'archives
Brian Harelimana

L’unité de Danny Maciocia a donné des maux de tête aux différentes offensives qu’elle a affrontées cette saison, inscrivant même six majeurs.

« Marc-Antoine Dequoy est notre marchand de touchés, a illustré le secondeur extérieur de troisième année. Marc-Antoine a travaillé fort pendant la saison morte, et je suis bien content pour lui, mais des gars comme Karl Prévost, Jean-Philippe Lévesque, Philippe Lemieux-Cardinal et Samuel Rossi font un bon travail, même s’ils sont dans l’ombre. Je suis content de ma saison. Plusieurs joueurs font des jeux, et les plaqués sont partagés. Nous n’avons accordé que deux touchés cette saison, et c’en sont deux de trop. L’objectif est toujours de n’accorder aucun point. »

Objectif : zéro point

Parce que l’offensive ne carbure pas au même rythme que certaines années, Harelimana et ses potes de la défensive sentent-ils le besoin d’inscrire des points ?

« On ne sent pas de pression de marquer. C’est toujours mieux quand on peut marquer pour aider l’offensive, et ça fait plaisir, mais ce n’est pas notre objectif primaire. L’objectif est de ne donner aucun point. »

Limiter les gros jeux

Les Bleus ont accordé 412 verges au Rouge et Or dans la défaite de 18-15 en prolongation du 7 octobre, mais un seul touché, comparativement à une moyenne de 200,8 verges pour la saison.

« Le match à Laval fut notre plus mauvais de la saison, a déclaré le produit des Cheetahs de Vanier. Nous n’avons pas donné de gros jeux de la saison, mais nous en avons cédé trois ou quatre lors de ce match. On doit limiter les gros jeux et cela va enlever beaucoup de verges. Nous avions essayé de trop en faire. Malgré tout, on a perdu en prolongation. Nous aurons de bonnes chances de gagner si on peut limiter les gros jeux. »

Duel fraternel

Pour la sixième fois de leur carrière, Brian et son frère Kean Harelimana croiseront le fer à l’occasion de la finale provinciale. « Ce n’est plus spécial, a indiqué Brian. On ne s’affronte pas directement et on ne s’est croisé que cinq fois sur le terrain, le temps de se dire quelques mots. »

« C’est toujours spécial, un match Laval-Montréal, et la présence de mon frère ajoute un peu de piquant, de renchérir Kean. On se croise parfois sur les unités spéciales, mais sans plus. C’est plus difficile pour nos parents, surtout que c’est un match sans lendemain. Ils sont fiers de nous et souhaitent que personne ne se blesse. »

 

Un gros défi attend la ligne offensive

Les gros bonshommes de la ligne offensive du Rouge et Or de l’Université Laval seront fort occupés, samedi, à l’occasion de la Coupe Dunsmore.

« Les Carabins misent sur plusieurs bons athlètes qui jouent bien ensemble, a souligné le garde Samuel Thomassin au sujet de l’unité défensive des Bleus, qui n’a accordé que 46 points cette saison. Ils aiment mettre beaucoup de pression. Il faudra bien exécuter les cinq ensemble. Les Carabins misent sur une très, très bonne défensive, mais c’est la même chose pour nous. »

« Il y a moins de mouvement que dans le passé, mais leurs joueurs ont du succès, peu importe la position où ils sont sur le terrain, de poursuivre le bloqueur Kétel Assé. Il faudra être physiques et déplacer du monde. Il faudra débuter en force, jouer vite et donner le premier coup. »

Malgré des gains de 412 verges lors du dernier match entre les deux grands rivaux, le Rouge et Or a dû se contenter d’un seul touché. Les Carabins estiment qu’ils avaient connu leur match le plus difficile en défensive.

« C’est un mélange des deux, a résumé Assé. On avait bien bougé le ballon, mais on n’avait pas été en mesure de conclure quand on s’approchait de la porte des buts. C’est le mot d’ordre cette semaine de terminer nos poussées offensives. Ce n’était pas un manque d’efforts, mais on avait manqué de finition et la défensive nous avait sauvés. »

L’importance du jeu au sol

Thomassin et Kétel sont conscients que l’attaque terrestre devra connaître du succès, surtout que les conditions météorologiques risquent d’être encore difficiles.

« On veut toujours s’imposer au sol, a indiqué Thomassin. On veut imposer notre rythme et notre tempo. Nous avons la chance de miser sur des porteurs diversifiés. Ils ont chacun leurs forces et leurs faiblesses et ils se complètent bien. »

Lors de la victoire de 18-15 en prolongation du 7 octobre, le pivot Hugo Richard avait été le meilleur porteur du Rouge et Or avec des gains 59 verges en 12 courses. Laval avait terminé le match avec 131 verges au sol.

La ligne offensive devrait pouvoir compter sur le retour au jeu du centre Samuel Lefebvre et du garde Nicolas Guay. « C’est toujours bon quand tu peux compter sur le retour de joueurs de cette qualité, a indiqué Thomassin. Contrairement à l’an dernier où nous étions arrivés maganés en fin de saison, plusieurs jeunes ont pu prendre de l’expérience. »

Sur le même sujet