/entertainment/tv
Navigation

Voici 9 humoristes qui ont animé leur talk-show

Stéphane Rousseau
Photo courtoisie, Elisabeth Cloutier Stéphane Rousseau

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont beau faire courir les foules en salle, rejoindre de vastes auditoires à la radio ou avoir la cote dans des œuvres de fiction, plusieurs humoristes québécois rêvent d'animer un jour leur propre talk-show... et non d'être de simples invités.

En voici neuf qui ont pu tenter l'aventure.

François Morency – Merci bonsoir

La réputation de François Morency en tant que solide animateur n'est plus à faire. Et elle remonte à longtemps. En 2003, l'humoriste a reçu un vote de confiance de TVA afin d'amorcer l'animation de son rendez-vous de fin de soirée Merci bonsoir. Avant de tirer sur la chaînette de son ampoule une dernière fois en mai 2004, après une saison, François Morency a offert plusieurs monologues «punchés», a accueilli comme il se doit de nombreux artistes et a façonné son imitation du regretté Pierre Falardeau. Non, l'humoriste n'a rien à envier aux présentateurs américains, tant ceux à la télé que durant les galas.

Guy A. Lepage – Besoin d'amour

Bien avant le succès de la messe dominicale Tout le monde en parle à ICI Radio-Canada Télé, Guy A. Lepage a animé Besoin d'amour sur les ondes de TQS au milieu des années 1990. Si les critiques de l'époque ne l'ont pas épargné, notamment pour ses nombreuses entrevues, le membre de RBO a tout de même eu une idée de génie: offrir des sketchs comiques de la vie quotidienne avec Sylvie Léonard à ses côtés. Ce sont ces segments qui ont mené à la populaire comédie «Un gars, une fille». Voilà qui s'appelle bien se reprendre.

Jean-François Mercier – Un gars le soir

Il fallait de l'audace pour confier les rênes d'une émission à Jean-François Mercier et son personnage du Gros cave en 2010. C'est pourtant ce qu'a fait Vtélé lors de la rentrée automnale, réservant une place au talk-show humoristique cru Un gars le soir dans sa grille horaire. Le «King de V» s'est plus à parler de différents sujets osés, n'hésitant pas exploiter des thèmes loin de plaire au grand public et à déstabiliser les gens. Pendant trois ans, il a mené sa barque avec assurance avant de céder sa place après avoir avoir offert plus de 330 rendez-vous.

Stéphane Rousseau – Le show de Rousseau

Stéphane Rousseau avait obtenu une grosse commande pour lancer l'année 2018: combler la case horaire laissée vacante par le retrait de l'émission En mode Salvail, un succès à V. Bien que fort différent, Le show de Rousseau a été accueilli avec scepticisme par plusieurs. De la proposition de l'humoriste, on retiendra la présence de sa coanimatrice Sonia Cordeau placée loin de lui, des numéros chantés – dont un avec son ex-flamme Isabelle Boulay – et certains sketchs. Plombé par de faibles cotes d'écoute, le rendez-vous télé se conclura aux Fêtes, après un an, même si sa forme a été revue l'automne dernier.

Phil Roy – Phil s'invite

Phil Roy a lancé Monsieur, son premier spectacle en solo, il y a moins de deux ans. Une aventure couronnée de succès. Le temps est maintenant venu pour lui d'animer Phil s'invite, son premier talk-show de fin de soirée à V. Cependant, pas question de rester bien assis en studio. Cet hiver, l'humoriste de 30 ans se rendra plutôt chez les vedettes afin de jaser avec elles. Il espère ainsi recueillir des confidences inédites, peu importe le lieu de la résidence dans lequel seront menées ses entrevues. Onze émissions d'une heure sont prévues à l'horaire.

Claude Meunier – Le Ti-Mé Show

Avec toutes ces reprises de la comédie La petite vie, il était impossible d'oublier Popa. Loin de sa famille et de son décor en carton, mais aux côtés de son grand ami Pogo (incarné par Rémy Girard), le célèbre personnage né de l'imaginaire de Claude Meunier a été en vedette, en 2015 et 2016, du Ti-Mé Show, à ICI Radio-Canada Télé. Il s'est amusé pendant 26 soirées avec ses invités, à mener des entrevues, à faire des jeux de mots et à tourner des segments humoristiques. Si les téléspectateurs étaient encore au rendez-vous après deux saisons, le diffuseur en a toutefois eu assez.

Marc Labrèche – Le grand blond avec un show sournois

Au début des années 2000, c'est à TVA que Marc Labrèche s'est amusé à rire de l'actualité et qu'il a fait plusieurs rencontres sur le plateau de l'émission Le grand blond avec un show sournois. Éclatée, la proposition a donné lieu à 330 épisodes où surprises et segments divers ont été portés à bout de bras par l'animateur. Reportages, sketchs et entrevues se sont joyeusement mariés jusqu'à la fin, en mars 2003, alors que l'amoureuse de Marc Labrèche a été malade. Heureusement, avant ce déparet, les bases de la parodie Le cœur a ses raisons avaient été jetées.

Martin Matte – Les beaux malaises

Quoi de mieux qu'un talk-show web pour se payer la tête de ses invités. Martin Matte l'a compris. Tête d'affiche de la très populaire comédie Les beaux malaises pendant quatre saisons à TVA, l'humoriste a rapidement joué avec son projet, en 2015, et a développé une formule lui permettant d'écorcher Jasmin Roy, Pierre Brassard et Guylaine Tremblay dans une formule bien assise. Si l'aventure a été de très courte durée pour les téléspectateurs – seulement six capsules –, les minutes ont semblé s'égrener moins rapidement pour les invités... Bref, d'autres beaux malaises signés Martin Matte.

Mike Ward – Mike Ward Show

Un automne. Voilà tout ce à quoi a eu droit le Mike Ward Show en 2016. Afin de rejoindre davantage d'adultes, la chaîne Télétoon avait décidé de faire confiance au controversé humoriste quatre soirs par semaine. Dans une formule éclatée, l'émission proposait des sketchs, des numéros de «stand-up», des dessins animés et des entretiens avec des artistes. Bref, une production fort différente de ce à quoi le public avait été habitué. Malgré la fin de cette brève aventure, Mike Ward a continué à connaître du succès, notamment grâce à son populaire podcast «Sous écoute».