/finance/business
Navigation

Abolitions de postes chez Bombardier: «tout le monde est inquiet présentement»

Abolitions de postes chez Bombardier: «tout le monde est inquiet présentement»
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

En annonçant des coupes d’emplois massives, Bombardier vient de faire naître l’inquiétude dans des milliers de foyers québécois, déplore un syndicat des travailleurs de l’entreprise.

Le fleuron québécois a créé une commotion en dévoilant jeudi matin qu’il procéderait à des compressions de 5000 postes à travers le monde d’ici 12 à 18 mois, dont 2500 au Québec.

Le représentant syndical des travailleurs de Bombardier s’est dit «surpris». «On s’attendait à ce qu’il arrive quelque chose dans les temps à venir, mais pas à une mise à pied de 5000 personnes à travers Bombardier», a déclaré Dave Chartrand, coordonnateur québécois de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale, sur les ondes de LCN.

«La plus grande frustration, et ce n’est pas une première: Bombardier, à chaque fois qu’ils annoncent des mises à pied, c’est toujours un grand nombre, et on ne sait jamais qui va être affecté», poursuit-il.

Selon lui, une épée de Damoclès flotte maintenant sur la tête de tous les travailleurs de l’entreprise, en attendant que la direction précise les choses. «Tout le monde est inquiet présentement», déclare-t-il, déplorant du même coup la «façon cavalière» de gérer les choses chez l’avionneur, qui ne fait rien pour rassurer les travailleurs. «Ça fatigue les gens, ça affecte leur moral au travail.»

Dans les prochaines heures, M. Chartrand souhaite rencontrer les travailleurs pour les rassurer, ainsi que l’employeur pour tenter de maintenir le plus de personnes au travail et d’en relocaliser d’autres.

Heureusement, il rappelle qu’une entente de réciprocité a été négociée lors de la vente de la C Series, permettant aux travailleurs syndiqués qui sont mis à pied par Bombardier d’avoir une priorité d’embauche chez Airbus, «avec tous leurs droits au sens de la convention collective», explique le président du syndicat, qui risquait d’avoir une fin de semaine fort occupée.

Bombardier explique que la restructuration vise à faire des économies de 250 millions $ US.

L’entreprise a aussi annoncé avoir conclu des ententes définitives visant la vente du programme d’avions Q Series à Longview Aircraft, filiale de Longview Aviation Capital, pour quelque 300 millions de dollars US.