/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Je n’ai pas été assez bon» – Carey Price

Carey Price
Photo Ben Pelosse Carey Price

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price avait fait son mea-culpa après le revers de 5 à 3 contre les Rangers au Madison Square Garden. Il a répété le même exercice après la défaite de 6 à 5 en prolongation contre les Sabres de Buffalo.

Price a rencontré les journalistes pour une soixantaine de secondes dans le vestiaire du Canadien. Il se mordait les lèvres avant de répondre à chacune des questions. Il rageait encore intérieurement.

« On va aller droit au but, je n’ai pas été assez bon », a résumé le numéro 31 pour décrire sa sortie face aux Sabres.

Questionné à savoir s’il trouvait difficile d’entendre des applaudissements sarcastiques à son endroit après des arrêts de routine, il a répliqué de la façon suivante : « Bien sûr que ce l’est. »

Price a conclu une soirée des plus pénibles en donnant un but faible sur un tir frappé de Rasmus Ristolainen en prolongation. Les Sabres ont marqué six buts sur seulement 31 tirs. Le gardien originaire d’Anahim Lake a prolongé à quatre sa série de rencontres où il a accordé quatre buts ou plus.

« Je ne vois pas de différence avec la façon dont nous jouons défensivement, je dois juste être meilleur. Je ne joue pas aussi bien qu’en début de saison. »

Si plusieurs gardiens de la LNH ont exprimé leur frustration quant aux changements apportés encore une fois à l’équipement, Price n’a pas utilisé cette excuse.

« Non, ça se passe plus entre mes deux oreilles », a-t-il répliqué.

De la mollesse

En conférence de presse, Claude Julien a logiquement reconnu que son gardien étoile n’était pas à son sommet. Mais il a surtout critiqué le mauvais jeu d’ensemble des cinq joueurs devant lui.

« C’est évident qu’il n’est pas à son mieux, a-t-il affirmé. Tout le monde voit ça. Mais ce soir [hier], nous ne pouvons pas uniquement nous attaquer à lui. Nous n’étions pas forts devant lui, nous étions mous et brouillons. Ça n’aide pas un gardien quand il cherche à retrouver son synchronisme ou sa confiance.

« Nous ne jouons pas bien défensivement devant lui, c’est très évident, a poursuivi Julien. Quand tu ne défends pas, tu ne peux pas aider ton gardien. Il veut revenir à ses standards. Si nous oublions le match de ce soir [hier], il est bon. Mais nous savons qu’il peut être exceptionnel. »