/news/politics
Navigation

Manifestation contre le troisième lien... pendant la chapelle ardente prévue pour Bernard Landry

Coup d'oeil sur cet article

Les organisateurs d’une manifestation contre le troisième lien ne voient aucun problème à se rassembler devant l’Assemblée nationale en même temps que la chapelle ardente prévue pour honorer l’ex-premier ministre Bernard Landry.

La Coalition régionale des associations étudiantes de la Capitale-Nationale (CRACN) veut éviter de créer un incident et précise que le groupe ne devrait pas demeurer près de la fontaine de Tourny très longtemps. L’activité était annoncée depuis environ un mois.

«C’est une marche. On veut agir avec respect. C’est une manifestation pacifique qui vise à sensibiliser les gens et à les informer. Pour nous, ce n’est pas incompatible et nous allons nous arranger pour qu’il n’y ait pas de problème. On porte énormément de respect à M. Landry», a mentionné Noémie Veilleux, coordonnatrice aux affaires externes de l’AÉCSF du Cégep de Sainte-Foy.

Pour l’environnement

Selon elle, il ne s’agit pas d’une contestation à l’égard du gouvernement. Les discours pourraient également se tenir un peu plus loin.

«C’est une marche pour l’environnement. On ne vit pas de malaise. Tout le monde sera au courant et il risque d’y avoir une minute de silence pour M. Landry», a ajouté Noémie Veilleux, qui espère regrouper environ 500 à 600 personnes.

La dépouille de M. Landry, décédé mardi à l’âge de 81 ans, sera exposée à Québec, samedi, au Salon rouge de l’Assemblée nationale, de 10 h à 18 h, puis à Montréal, lundi.

Des funérailles d’État seront célébrées mardi, à Montréal.

Les opposants au troisième lien précisent que le projet n’est pas cohérent avec les besoins et les intérêts de la population de la région et n’est pas une solution viable à la congestion.

Questionné sur la présence de Québec solidaire à la manifestation, le maire de Lévis a répondu que la population s’est déjà exprimée clairement.

Pas un enjeu

«L’enjeu national, il est le suivant : il y a un gouvernement qui a été élu. Et ils ont fait, à ce que je sache, en Chaudière-Appalaches, 100 %. Dans la région de Québec, il y a juste une tache rouge. La population s’est exprimée en sachant que la position du nouveau gouvernement, elle n’a jamais été démentie pendant toute la campagne électorale : “Nous allons réaliser le troisième lien à l’est.” Alors on peut ben dire que c’est un enjeu national, mais l’enjeu est déjà passé. On est à l’étape de la réalisation», a notamment indiqué Gilles Lehouillier.

«On veut sensibiliser les gens aux impacts. C’est toujours un sujet qui est méconnu et on n’est jamais trop informé», a rétorqué Noémie Veilleux.

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin