/news/politics
Navigation

Roberval: la CAQ choisit l’ex-conseillère municipale Nancy Guillemette

Coup d'oeil sur cet article

ROBERVAL | La Coalition avenir Québec a choisi l’ex-conseillère municipale Nancy Guillemette pour porter ses couleurs dans la circonscription de Roberval.

Mme Guillemette a été échevine à la Ville de Roberval de 2008 à 2017. Elle avait alors choisi de ne pas solliciter de troisième mandat, disant être en désaccord avec le maire de l’époque, Guy Larouche.

Elle est présentement directrice-générale de l’organisme Santé mentale Québec/Lac-Saint-Jean en plus d’avoir été représentante au conseil de la MRC du Domaine-du-Roy pendant quatre ans.

«Notre candidate a un parcours très diversifié qui lui a permis d’acquérir une solide expérience en gestion et aussi en politique. C’est une femme de la place et qui sait prendre sa place», s’est réjoui le premier ministre et chef de la CAQ, François Legault.

Généreux déçu

La candidature de l'ancien maire de Saint-Prime, Bernard Généreux, n'a donc pas été retenue. Selon lui, la CAQ voulait absolument avoir une candidate.

«On cherchait une candidature féminine et on comprend ce débat-là, a commenté M. Généreux. Il faut reconnaître l'importance de femmes dans la vie publique et dans l'engagement politique.»

Bernard Généreux a cependant été déçu que ce soient les médias qui lui apprennent la nouvelle et non la CAQ.

«La décision appartient au parti, mais là où je suis un peu plus amer, c'est dans la manière dont ça a été géré», a déploré M. Généreux.

Durant son passage à Roberval, François Legault a été questionné sur cette candidature qui a été écartée.

«Il était intéressé. C'est flatteur. Je sais que M. Généreux était dans plusieurs partis... Nous, on préférait Nancy», a répondu François Legault, avant d'éclater de rire.

Un chef pour QS

Par ailleurs, c’est Luc-Antoine Cauchon qui tentera de se faire élire dans Roberval sous la bannière de Québec solidaire, tout comme ce fut le cas lors des plus récentes élections générales.

M. Cauchon, qui est chef cuisinier et «militant indépendantiste de longue date», est arrivé troisième rang le 1er octobre avec 10,7 % des voix.

«Rien n'est joué d'avance. Les élections du 1er octobre dernier ont prouvé une chose: les châteaux forts n'existent plus au Québec et Roberval n'y fait pas exception!» a indiqué le porte-parole de QS Gabriel Nadeau-Dubois, qui semble croire aux chances de son candidat d’être élu.

Une élection partielle dans Roberval, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, est devenue nécessaire depuis la démission de Philippe Couillard le 4 octobre dernier, quelques jours après que son parti eut été relégué dans l’opposition officielle.

Le scrutin aura lieu le 10 décembre.

Le Parti québécois et le Parti libéral du Québec n’ont pas encore annoncé qui les représentera dans cette circonscription.

– Avec la collaboration d'Andréanne Larouche