/news/cannabis
Navigation

L’offre encore très réduite à la SQDC

Plusieurs produits sont toujours inaccessibles

Lors du passage du Journal, une livraison arrivait à la SQDC du chemin Sainte-Foy avec de quoi remplir les présentoirs au minimum.
Photo Catherine Bouchard Lors du passage du Journal, une livraison arrivait à la SQDC du chemin Sainte-Foy avec de quoi remplir les présentoirs au minimum.

Coup d'oeil sur cet article

Les tablettes des SQDC de la rue Bouvier et du chemin Sainte-Foy étaient fort dégarnies, jeudi en milieu d’après-midi, alors que les deux boutiques venaient de rouvrir pour le reste de la semaine.

Des files d’attente de plusieurs dizaines de personnes s’étaient formées devant les portes des magasins avant même qu’ils ne soient ouverts, jeudi matin.

La veille, le porte-parole de la Société québécoise du cannabis (SQDC), Mathieu Gaudreault, avait indiqué que la société serait en mesure d’avoir une « offre plus adéquate » dès jeudi.

Même si plusieurs clients repartaient avec un petit sac brun dans lequel se trouvaient leurs achats, ils étaient tout aussi nombreux à avoir trouvé les tablettes plutôt vides.

« Rien pantoute »

« Il ne reste plus rien pantoute », a lancé une cliente en sortant de la succursale de la rue Bouvier.

« Il n’y a pas beaucoup de stock. Le cannabis en fleurs séchées, il n’y en a pas tant. Il ne reste plus beaucoup d’options, comparativement à la quantité de variétés affichées sur les murs » a indiqué un autre client nommé Yves.

William Cyr s’est montré un peu moins sévère. « Sachant ce qu’il se passe (la rupture de stock), c’est quand même satisfaisant. Il peut y avoir des heureux dans les choix qui restent », a-t-il confié à sa sortie du magasin.

Moulu indisponible

Même son de cloche à la boutique du chemin Sainte-Foy. Lors du passage du Journal, il n’y avait qu’une variété de préroulés disponible et il n’y avait plus de cannabis moulu. Les tablettes étaient fort dégarnies, particulièrement dans la section indica.

Toujours pendant la visite du Journal, une livraison arrivait avec de quoi remplir les présentoirs au minimum.

M. Gaudreault admet que l’offre est encore effectivement réduite dans les SQDC. Toutefois, il assure qu’il y aura toujours de la disponibilité pour plusieurs produits.

« Nous ne prévoyons pas de rupture de stock dans ce qui est présentement offert, nous avons de bons inventaires », a-t-il indiqué.