/news/provincial
Navigation

Troisième lien: l’accord des élus de l’île d’Orléans essentiel, dit le maire de Lévis

Les maires auront voix au chapitre, selon Lehouillier

En traçant le bilan de la première année de son deuxième mandat, jeudi, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a affirmé qu’« il faut préserver l’intégrité patrimoniale de l’île d’Orléans ».
Photo Jean-François Desgagnés En traçant le bilan de la première année de son deuxième mandat, jeudi, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a affirmé qu’« il faut préserver l’intégrité patrimoniale de l’île d’Orléans ».

Coup d'oeil sur cet article

L’accord des élus de l’île d’Orléans est essentiel à la réalisation d’un troisième lien, a soutenu le maire de Lévis.

Gilles Lehouillier a présenté jeudi les réalisations de la première année de son deuxième mandat. En tête de liste, il a cité le troisième lien qui est maintenant privilégié à l’est.

Mais M. Lehouillier a souligné qu’il devra se faire en accord avec les maires de l’île d’Orléans.

« Il faut s’assurer qu’on ait l’accord du préfet de l’île d’Orléans, qu’on ait l’accord des élus de l’île d’Orléans. À partir du moment où on a l’accord des élus de l’île d’Orléans, je pense qu’on peut procéder. »

Il s’est dit au diapason avec le ministre des Transports, François Bonnardel, qu’il a d’ailleurs rencontré mardi, et qui veut lier le projet à celui du pont de l’île.

Revenant sur une déclaration qu’il avait faite avant la campagne, selon laquelle il privilégiait un tunnel, il a indiqué qu’il s’agissait alors de son « choix personnel ». « Une fois que j’ai dit ça, comment on peut lier le pont de l’île avec ça, c’est une possibilité que je ne connais pas, je ne suis pas spécialiste en cette matière. »

Le premier élu de Lévis a répété que le préfet de la MRC de l’île, Harold Noël, était en faveur du troisième lien. Or, ce dernier a nuancé.

« Pas de position »

« Moi, je n’ai pas de position précise sur le troisième lien parce que je n’ai pas les compétences. [...] Personne [parmi les maires de l’île] n’a de compétence en ingénierie pour critiquer ou louanger le projet de troisième lien », a-t-il affirmé jeudi en entrevue téléphonique. Par contre, note l’élu, les maires savent ce qui sera acceptable ou non pour la population.

« Nous, ce qu’on travaille, c’est la traverse du chenal nord. L’autre projet du troisième lien, comment ils vont passer sur, à côté ou en dessous du territoire de l’île, c’est à négocier, parce que le MTQ devra nous soumettre des projets. » Il souhaite d’ailleurs faire partie du bureau de projet.

La semaine dernière, il avait laissé entendre qu’il pourrait y avoir une « levée de boucliers » si le troisième lien impliquait le passage d’une autoroute sur l’île.

« Si le scénario est de passer une autoroute, on verra à ce moment-là. Moi, ce que je peux vous dire, c’est que nous sommes d’accord avec le préfet qu’il faut préserver l’intégrité patrimoniale de l’île d’Orléans », a pour sa part affirmé Gilles Lehouillier, après avoir dit qu’il ne fallait pas que l’un empêche l’autre.


« [La préservation du patrimoine] ne doit pas être un frein à la réalisation du troisième lien. Il faut s’assurer d’avoir la meilleure formule pour réaliser le troisième lien. J’ai confiance au leadership du gouvernement pour réussir cette opération-là. »

— Gilles Lehouillier, maire de Lévis


« On va protéger notre territoire. C’est notre île, et vous connaissez aussi bien que moi son caractère patrimonial. »

— Harold Noël, préfet de l’île d’Orléans et maire de Sainte-Pétronille