/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Le zizi de Tony

Le zizi de Tony
Pixabay - CC0 Creative Commons

Coup d'oeil sur cet article

Le député fédéral de Parry Sound-Muskoka, Tony Clement, s’est fait prendre les culottes à terre. Littéralement.
 
Ancien président du Conseil du Trésor et ancien ministre de l'Industrie, membre du comité sur la sécurité nationale et le renseignement, monsieur Clement s’amusait à envoyer à droite et à gauche des photos explicites le mettant en vedette, dans son plus simple apparat. Pauvre lui ! À force de montrer son zizi, il a fini par se retrouver dans une situation compromettante.
 
Jugement 0
 
Alors qu’on vient à peine de souligner le premier anniversaire du mouvement #metoo, on se surprend que les cas de « comportements sexuels inappropriés » continuent d’être si nombreux, dans la vie de tous les jours, comme sur le NET.
 
On ne parle pas ici de gestes posés il y a plusieurs années et qui refont surface, mais bien de situations récentes, contemporaines.
 
Est-ce que quelqu’un ignore vraiment encore que tout ce qui transite par Internet peut resurgir à tout moment? 
 
Est-ce que quelqu’un est encore assez naïf pour croire qu’il existe une sorte de sécurité sur le net? Une zone sans risque de dérapage? Une garantie de confidentialité quelle qu’elle soit?
 
Mon dieu. 
 
Et on ne parle pas de n’importe qui. On parle d’un élu, d’un politicien rompu au métier et au peu de vie privée qu’il laisse à ceux qui l’exercent.
 
En envoyant des photos de sa virgule à tout vent, Tony Clement s’est totalement discrédité. 
 
On aura beau dire que sa vie sexuelle n’a rien à voir avec son travail, c’est de son jugement dont il est ici question. Si quelqu’un n’est pas assez intelligent pour comprendre les risques de partager des photos de sa graine sur Internet, il n’est certainement pas assez intelligent pour mériter d’occuper les fonctions de député.
 
Un fléau généralisé
 
Comme s’il s’agissait de la nouvelle drogue de choix, la fâcheuse tendance à envoyer des photos de fesse à n’importe qui semble populaire auprès d’un nombre toujours grandissant d’hommes. Bien sûr, il existe également des photos de filles, mais en général, le phénomène de « dick pic » est celui dont on entend le plus parler.
 
Parce que les hommes ne se plaignent jamais de recevoir des photos de seins? Peut-être. Mais force est de constater que l’échange de photos à caractère sexuel est devenu une pratique beaucoup trop courante.
 
Cette étrange maladie touche sans égard à l’âge. Pourtant, passé un certain moment, on pourrait croire que les hommes commencent à réaliser que personne d’autre qu’eux ne s’intéresse réellement à l’allure de leur membre. 
 
Mais non. 
 
On dirait que certains hommes n’arrivent pas à contrôler leur envie tordue de montrer leur pénis. S’agit-il d’un complexe mal résolu? Le nombre de chercheurs qui se penchent sur la question doit être impressionnant.  
 
Dans le cas de Tony Clement, on a presque envie d’avoir pitié qu’un homme de son âge et de son allure soit assez déconnecté pour penser que des jeunes pitounes d’Instagram ont sincèrement envie de le voir tout nu. Quelle aptitude à la fabulation faut-il posséder pour se convaincre de pareille idiotie?
 
Surtout qu’en général, les femmes trouvent ce genre de photos de mauvais goût, agressantes et bien souvent ridicules. Big news: l’échange de photos de phallus si populaire entre hommes gais n’obtient pas la même faveur chez les femmes hétérosexuelles. En fait, la vaste majorité des femmes n’a absolument aucune envie de voir votre pénis en photo ou en vidéo. 
 
Messieurs, quelques conseils, en terminant
 
1) Si vous ne voudriez pas que votre mère tombe sur un truc, ne l’envoyez pas par Internet 
2) Si vous n’avez jamais rencontré votre interlocuteur en personne, ne présumez pas qu’il est qui il prétend être. Ne présumez pas non plus qu’il est honnête, sincère ou bien intentionné
3) Si vous avez envie d’échanger des contenus coquins avec quelqu’un, sachez que ce contenu pourra être (et sera probablement) retenu contre vous éventuellement
4) Si vous vous demandez si un message, une photo ou une vidéo quelconque devrait être envoyé par Internet, la réponse est fort probablement NON
5) Si vous êtes incapable de vous retenir, évitez de mettre votre face, votre tatouage spécial ou votre alliance dans la même photo que votre cachou
 
Enfin, et non le moindre : Si la vue de votre pénis vous semble si intéressante, pourquoi ne pas plutôt investir dans l’achat de miroirs? Après tout, votre zizi n’impressionne personne d’autre que vous. 
 
Psst ! Non, il n’est pas vraiment gros, on a déjà vu mieux.