/sports/football
Navigation

L’étoile des cowboys pâlit

Jason Garrett et Dak Prescott semblent dans la brume depuis leurs succès initiaux de 2016.
Photo d’archives, AFP Jason Garrett et Dak Prescott semblent dans la brume depuis leurs succès initiaux de 2016.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien quart-arrière Troy Aikman, devenu analyste depuis sa retraite, ne s’est pas montré tendre envers les Cowboys, son ancienne équipe, en suggérant une refonte complète de l’organisation. Il est grand temps, en effet, que cette franchise qui continue de s’autoproclamer l’équipe de l’Amérique donne un grand coup de barre pour redorer son étoile.

Quand la critique vient d’une figure légendaire, qui entretient toujours aujourd’hui des liens étroits avec la concession mythique, les arguments ont forcément plus de poids. Mais en tout respect pour l’équipe, sa riche histoire et son glorieux ex-quart-arrière, nul besoin de faire partie du comité à vie des sages des Cowboys pour comprendre que le statu quo dure depuis trop longtemps.

Quand Aikman fait référence à une refonte complète, il pense d’abord à la structure de pouvoir. Le tout-puissant Jerry Jones a accompli énormément pour les Cowboys, mais le chapeau de directeur général qu’il n’a jamais voulu céder ne lui va plus du tout.

Un véritable homme de football devrait diriger les opérations, ce qui ne se produira pas sous la férule de Jones, trop imbu de lui-même pour céder ce rôle avec humilité.

Garrett doit partir

Dans ce contexte, Jones doit agir prestement après la saison en montrant la porte à l’entraîneur-chef Jason Garrett. Pourquoi pas tout de suite ? Parce que les Cowboys n’y gagneraient probablement rien et qu’il est plus difficile qu’il en a l’air de repartir sur de nouvelles bases en pleine saison.

En sept saisons complètes à la barre, Garrett a mené les siens en séries à seulement deux reprises et l’équipe se dirige tout droit vers une cinquième campagne sans une fiche gagnante.

Garrett est en place pour son expertise offensive. Or, les Cowboys ont inscrit 20 points ou moins dans 12 de leurs 16 derniers matchs. La ligne offensive, si dominante en 2016, a régressé, en plus de composer avec des blessures, et les joueurs vedettes ne sont pas forcément employés au maximum de leurs capacités.

Lundi soir face aux Titans, le porteur Ezekiel Elliott a amassé 96 verges de la ligne de mêlée en première demie, pour ensuite toucher au ballon seulement six fois le reste du match.

Le quart-arrière Dak Prescott, à l’aise sur des feintes de remises et en bootleg hors de sa pochette, est trop peu souvent appelé à le faire.

L’approche offensive de Garrett est trop prévisible, de l’avis de plusieurs joueurs actuels ou anciens.

Le cas Prescott

Et justement, l’autre problème sur les bras des Cowboys, c’est de savoir avec certitude si Prescott a réellement l’étoffe d’un quart-arrière de franchise. A-t-il rapidement plafonné ou est-ce Garrett et son manque de créativité qui le freine ?

Sa fiche de 14-15 à ses 29 derniers départs inspire peu confiance. À travers la NFL, sept équipes ont gagné six matchs ou plus cet automne misant sur des quarts-arrières qui complètent au moins 65 % de leurs passes et qui ont lancé en moyenne 19 passes de touché.

Cette saison, Prescott complète 62,9 % de ses passes, ce qui n’est pas mauvais, mais il ne revendique que 10 passes de touché. Depuis 2017, ses 10 matchs avec au moins deux revirements en font le meneur dans cette catégorie peu enviable.

À moins d’un rebondissement spectaculaire, l’ère Jason Garrett tire à sa fin. Mais l’ère Jerry Jones, le DG, se poursuivra et il a visiblement d’autres problèmes à attaquer.

SEMAINE 10

JEUDI

MON CHOIX

Caroline à Pittsburgh STEELERS

DIMANCHE

MES CHOIX

La Nouvelle-Orléans à Cincinnati (13 h) SAINTS

Atlanta à Cleveland (13 h) FALCONS

Detroit à Chicago (13 h) LIONS

Arizona à Kansas City (13 h) CHIEFS

Nouvelle-Angleterre au Tennessee (13 h) PATRIOTS

Washington à Tampa Bay (13 h) BUCCANEERS

Buffalo à NY Jets (13 h) JETS

Jacksonville à Indianapolis (13 h) JAGUARS

LA Chargers à Oakland (16 h 05) CHARGERS

Seattle à LA Rams (16 h 25) RAMS

Miami à Green Bay (16 h 25) PACKERS

Dallas à Philadelphie (20 h 20) EAGLES

LUNDI

MON CHOIX

NY Giants à San Francisco (20 h 15) GIANTS

*Équipes en congé : Ravens, Texans, Broncos, Vikings

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE : 12 en 13 (92,3%)

TOTAL CETTE SAISON : 92 en 134 (68,6%)

LES CHOIX DU JOURNAL

Saints de La Nouvelle-Orléans (7-1) vs Bengals de Cincinnati (5-3)

UNE DÉFENSIVE CIBLÉE

Les Saints viennent de remporter deux importantes victoires en marquant des points comme dans un buffet à volonté contre les défensives de qualité des Rams et Vikings. La défensive des Bengals coule inexplicablement au 32e rang, à la fois pour les verges totales (447,8 par match) et contre la passe (319,4 par match). C’est sans compter que l’offensive sera privée du receveur AJ Green. Elle devient beaucoup moins menaçante.

Falcons d’Atlanta (4-4) vs Browns de Cleveland (2-6-1)

LES FALCONS EN FEU

Par les temps qui courent, les Falcons se rapprochent dangereusement de leur production offensive monstre de 2016, lorsqu’ils ont atteint le Super Bowl. Lors de leurs trois victoires de suite, l’attaque a inscrit en moyenne 31,7 points, agrémentés de 443,7 verges. Matt Ryan s’est aussi offert huit passes de touchés. Pendant ce temps, la défensive des Browns se désintègre totalement. C’est donc le cocktail de rêve pour Atlanta.

Lions de Detroit (3-5) vs Bears de Chicago (5-3)

UN REGAIN DE VIE?

Les Lions ne font rien pour que la confiance en eux règne. À peine semblaient-ils se repositionner sur le droit chemin avec un bon jeu au sol que leurs vilaines habitudes de toujours sont revenues au galop. Cependant, ils ont vraiment le numéro des Bears avec neuf victoires à leurs dix derniers affrontements contre eux. Au moment où leur saison semble totalement dérailler, ils peuvent encore revivre un autre soubresaut. Après tout, les Lions sont toujours où on ne les attend pas.

Cardinals de l’Arizona (2-6) vs Chiefs de Kansas City (8-1)

LES CHIEFS BÉNIS

Après les Bruns, les Cardinals! Disons que le calendrier des Chiefs fait bien des envieux ces derniers temps. Bon, il faut dire qu’à leur premier match sous la férule du coordonnateur offensif Byron Leftwich, les Cards ont amassé 321 verges, leur plus belle récolte cette saison. On pourrait ajouter que la défensive des Chiefs pourrait encore les faire bien paraître. Mais attendez de voir courir Kareem Hunt contre la défensive terrestre des Cardinals qui chaque semaine, reçoit la fessée...

Patriots de la Nouvelle-Angleterre (7-2) vs Titans du Tennessee (4-4)

UNE GROSSE DÉFENSIVE

Les Titans ont retrouvé le droit chemin face aux Cowboys, mais plusieurs équipes retrouvent le droit chemin face aux Cowboys! Marcus Mariota n’a pas pris l’habitude d’enligner les solides performances, mais il est épaulé par une défensive qui maintient l’équipe compétitive. Cette défensive vient en effet au premier rang pour les points alloués. Dans sa carrière, Tom Brady montre une fiche de 16-5, avec 40 touchés et 12 interceptions, face aux défensives classées numéro un.

Redskins de Washington (5-3) vs Buccaneers de Tampa Bay (3-5)

DES REDSKINS AMOCHÉS

Pas si évident que ça peut en avoir l’air, ce match. Les Redskins seront privés d’au moins trois partants, voire quatre, sur la ligne offensive. Dans ce contexte, le porteur Adrian Peterson pourrait soudainement faire ses 33 ans... Alex Smith ne compte que cinq passes de touchés à ses quatre derniers matchs et a été limité à moins de 200 verges à trois reprises. D’un autre côté, la défensive des Buccaneers est d’un mauvais goût historique. Les Bucs, avec un peu de Fitz magie...

Bills de Buffalo (2-7) vs Jets de New York (3-6)

AU DIABLE LE SPECTACLE!

S’il y a des adeptes du botté de dégagement dans la salle, ils risquent d’être servis! L’attaque des Bills est bien plus offensante qu’offensive, tandis que celle des Jets est plus cocasse qu’efficace. C’est sans compter que le quart recrue des Jets, Sam Darnold, manquera à l’appel et sera remplacé par le vétéran Josh McCown. Il devra être à son mieux puisque la défensive des Bills a déjà limité quatre passeurs à moins de 200 verges.

Jaguars de Jacksonville (3-5) vs Colts d’Indianapolis (3-5)

LE TEMPS PRESSE

Les Colts connaissent un regain de vie après avoir affronté deux adversaires douillets (Bills et Colts). Les Jaguars semblent totalement perdus, mais ne sont quand même pas une proie facile avec une défensive qui peut assassiner à tout moment. Ils ont battu les Colts dans quatre de leurs cinq derniers matchs, mais Andrew Luck ratait quelques fois à l’appel. Le quart des Colts montre un dossier de 6-2 face aux Jaguars. Jacksonville aura le dessus avec le retour de Leonard Fournette.

Chargers de Los Angeles (6-2) vs Raiders d’Oakland (1-7)

UNE SAISON AUX ORDURES

Pendant que les Chargers s’affirment comme l’une des puissances, les Raiders ne semblent plus avoir une once de combativité en eux. S’il était clair que la saison serait pénible, il semble maintenant que les troupes n’aient même plus le cœur à l’ouvrage. La défensive, qui concède 144,5 verges au sol par match, devrait se faire anéantir par Melvin Gordon. Et ce n’est pas comme si c’était mieux contre la passe, les Raiders accordant 9,1 verges par tentative. Personne ne fait pire.

Seahawks de Seattle (4-4) vs Rams de Los Angeles (8-1)

UN BEAU MATCH REVANCHE

Difficile d’oublier que le 7 octobre, les Seahawks sont passés à un cheveu de causer une monumentale surprise, s’inclinant finalement face aux Rams par 33-31. Les Rams viennent d’échapper leur premier match cette saison et on les imagine facilement sortir le couteau entre les dents pour démontrer qu’ils sont toujours au sommet. Il serait étonnant que les Seahawks les chauffent de nouveau. Même en contrôlant l’horloge, ils ne peuvent les tenir loin de la zone des buts.

Dolphins de Miami (5-4) vs Packers de Green Bay (3-4-1)

ÇA URGE POUR LES PACKERS

Après trois défaites en quatre matchs, il est temps que les Packers renversent la vapeur. À leur défense, ils viennent d’affronter deux des plus gros canons du circuit (Rams et Patriots) et n’ont pas mal paru. Les Dolphins présentent une fiche plus convaincante que leur rendement réel, eux dont les adversaires battus montrent une fiche collective de 12-21. Note intéressante, en défensive, Miami domine la ligue au chapitre des interceptions. Mais Aaron Rodgers est le quart le plus avare qui soit.

Cowboys de Dallas (3-5) vs Eagles de Philadelphie (4-4)

WENTZ AU SOMMET DE SON ART

Il n’y a pas si longtemps, les questionnements persistait quant à Carson Wentz, qui se remettait toujours de sa blessure au genou. Il semble que le jeune quart-arrière des Eagles ait dissipé tout doute à ses cinq derniers matchs avec 12 passes de touchés contre une seule interception. Il bénéficiera en plus d’un petit nouveau en Golden Tate. Le receveur est aussi efficace à l’intérieur qu’à l’extérieur. La défensive des Cowboys ne fournira pas.

Giants de New York (1-7) vs 49ers de San Francisco (2-7)

UN LUNDI NOIR

Il y a des lundi soir plus inintéressants que d’autres et celui-là fait définitivement partie de cette catégorie. Le prix de consolation, c’est que les 49ers enverront de nouveau dans la mêlée le quart-arrière Nick Mullens, qui a réussi un vrai miracle à son premier départ. Il a la chance d’affronter une autre équipe qui en arrache, mais si les Giants peuvent aller chercher une autre victoire cette saison, c’est bien celle-là. Cinq de leurs sept revers sont survenus par une possession.