/news/society
Navigation

Des lecteurs de nouvelles virtuels en Chine

Des lecteurs de nouvelles virtuels en Chine
Capture d'écran Xinhua News

Coup d'oeil sur cet article

L’agence de presse de l’État chinois a présenté son nouveau lecteur de nouvelles, dont seule la voix mécanique trahit son androïnité.

«Bonjour, vous êtes en train de regarder le programme de nouvelles en anglais», a dit le présentateur artificiel au début de sa première apparition.

Xinhua News a indiqué que ses deux robots, un parlant anglais, l’autre mandarin, «peuvent lire les textes aussi naturellement qu’un lecteur de nouvelles professionnel.»

L’androïde pourra «travailler» 24 heures sur 24, sur le site internet et les médias sociaux de l’agence, ce qui «diminuera  les coûts de production des nouvelles». L’agence espère aussi pouvoir accélérer la couverture des dernières nouvelles de cette façon.

«Je vais travailler sans relâche pour vous garder informé, car les textes entreront dans mon système manuellement et sans interruption», a déclaré le robot dans une vidéo de présentation.

L’innovation a mis à contribution l’entreprise Sogou, un moteur de recherche chinois. Une intelligence artificielle a été utilisée pour recréer la voix du présentateur. Quant à son image, elle a été modélisée sur les traits d’un présentateur humain.

Toutefois, la voix monocorde n’a pas convaincu des experts interrogés par BBC News, qui parle de «vallée de l’étrange» («uncanny valley»), une théorie selon laquelle plus un androïde imite un humain, plus ses imperfections paraissent monstrueuses .

«C’est assez difficile de regarder plus que quelques minutes. C'est très plat, très monotone, ça n’a pas de rythme, ni d’accents», a déclaré le Michael Wooldridge, professeur d’informatique à l’Université d’Oxford, en Angleterre.