/investigations/truth
Navigation

L’administration Plante-Dorais incapable de limiter les dépenses?

L’administration Plante-Dorais incapable de limiter les dépenses?
Photo Sarah Daoust-Braun

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L’énoncé

En réaction au dépôt du budget de la Ville de Montréal, jeudi, le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez, a réagi à la hausse de 4,3 % dans les dépenses.

« L’administration Plante-Dorais prouve encore une fois qu’elle est incapable de limiter ses dépenses », a-t-il déclaré.

Les faits

M. Perez a raison. Les dépenses de la Ville ont augmenté lors des deux premiers budgets de l’administration de Valérie Plante. L’an dernier, la hausse était de 5,2 %.

Par contre, en 2015, l’administration de Denis Coderre avait réussi à diminuer le budget des dépenses de la métropole de 0,3 %. Il s’agit de la seule baisse dans les dépenses que nous avons pu constater en épluchant tous les budgets annuels de la Ville depuis 2006.

Est-il vraiment si difficile de freiner la hausse des dépenses de la Ville ?

« J’estime que l’administration Plante-Dorais serait parfaitement capable de limiter ses dépenses si telle était sa volonté, sauf qu’elle ne le souhaite pas », croit Danielle Pilette, experte en finances municipales et professeure à l’UQAM.

Selon elle, de telles hausses aux dessus du taux d’inflation ne devraient pas être coutume à tous les budgets.

« À long terme, la situation pourrait devenir difficilement soutenable si le contexte économique devenait moins favorable et si le marché immobilier ne maintenait pas sa vigueur », conclut l’experte.