/lifestyle/family
Navigation

Tzara Maud nous présente son chat Snooze

Chonique animale de Annie Ross
Photo courtoisie, Tzara Maud

Coup d'oeil sur cet article

Tzara Maud est une photographe professionnelle qui travaille pour différents médias et magazines bien connus. Elle expose actuellement d’incroyables photos de chevaux à Montréal depuis quelques jours. Elle nous présente Snooze, une chatte d’environ 6 ans, toute fine et délicate, mais qui a bien du caractère.

1. Quelle est la raison qui vous a poussée à avoir ce chat chez vous ?

Mon copain vivait à la campagne et nourrissait une chatte errante surnommée « Chat teigne » à cause de son mauvais caractère. Elle a ensuite eu une portée de six chatons sous la galerie. Au moment de les faire adopter, on leur a fait des portfolios et on leur a trouvé des noms. Un jour que les chatons étaient tous sur mes genoux, j’ai choisi de garder Snooze, car elle était différente des autres : la seule sur le dos, elle me regardait et me tirait la langue.

2. Pourquoi êtes-vous plus « chat » ou « chien » ?

J’ai un gros coup de cœur avec les chats. Je ne sais pas pourquoi, mais les chats et moi, on correspond toujours très bien. On est toujours très à l’aise ensemble. Un chat, c’est indépendant. Tu peux partir un ou deux jours et le chat s’organise. C’est moins d’ouvrage qu’un chien.

3. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de votre animal ?

Elle est intelligente et très « humaine ». Elle est le chat avec lequel j’ai le plus de facilité à communiquer dans ma vie. Elle adapte sa communication à celle des gens et se fait très bien comprendre. C’est aussi une petite tannante ! Elle adore me provoquer. Je dirais qu’elle est même baveuse et un peu arrogante. Elle a auprès de mes amis une réputation de caractère merde. Très intempestive, surtout avec des gens nouveaux.

4. Racontez-nous un fait cocasse, inusité ou particulier concernant votre animal.

Elle adore les sacs. Les sacs de voyage, les sacs de plastique, etc. Chaque fois que je pars en voyage et que je prépare mes valises, elle se cache dans mon sac. Des fois, je pars avec le chat, et là, le sac grouille et, oups, je me rends compte qu’elle est là !

5. Racontez-nous un de ses mauvais coups.

Quand elle était petite, elle est entrée par un trou et a disparu dans le mur du sous-sol. Il a fallu démolir une partie du mur pour la retrouver.

6. Quelle est son activité préférée ?

Jouer avec son pompon. Il ne faut d’ailleurs pas prononcer ce mot, car elle devient folle. Elle veut jouer avec, elle miaule. Elle ramène le pompon comme un chien.

7.  Qu’auriez-vous aimé savoir avant d’obtenir cet animal ?

Qu’elle m’empêcherait de dormir autant pendant les cinq premières années de sa vie !

8. En quoi les chevaux sont une source d’inspiration pour vous dans votre travail ?

Je suis née à la campagne et il y avait beaucoup de chevaux autour. Je suis très sensible à la nervosité de la société et au brouhaha de la vie. Les chevaux m’apaisent. J’ai choisi de les prendre en photos, dans la neige, dans le vide total. Ainsi, leurs yeux sont blancs et reflètent ce qui les entoure. Dans mon livre, Skinfaxi, il y a une quarantaine de photos de chevaux et les textes d’artistes qui ont écrit ce qui leur est venu automatiquement en regardant ces photos.

À propos de Tzara Maud

► Photojournaliste (www.tzaramaud.com), elle travaille pour différents médias et magazines culturels, tels que Le Journal de Montréal et le magazine L’Actualité.

► On peut voir ses toiles de chevaux à l’exposition Skinfaxi, présentée à la galerie Livart située au 3980 rue Saint-Denis, à Montréal, entre le 6 et le 11 novembre. Après ces dates, vous pourrez voir les toiles à la galerie Arteria de Bromont.

► Le livre Skinfaxi de Tzara Maud, qui offre une quarantaine de photos de chevaux et des textes de 25 artistes, est disponible aux Éditions Goélette. La moitié des profits sera versée à Galahad, un refuge pour chevaux.