/news/society
Navigation

[PHOTOS] Voici 10 personnages (et 9 moustaches) qui ont marqué l'histoire du Québec

Coup d'oeil sur cet article

À chaque mois de novembre depuis une quinzaine d’années, les hommes du monde entier sont conviés à laisser libre cours à leur pilosité faciale dans le cadre du Movember, un événement sensibilisant le public au cancer de la prostate.

Ce mouvement en faveur du port de la moustache et de la barbe n’est pas nouveau. Il a connu des hauts et des bas au fil des siècles.

Rencontrons 10 personnages de notre histoire dont la barbe ou la moustache s’inscrit dans l’évolution stylistique de ce trait particulier du genre masculin.

Jacques Cartier

Portrait imaginaire de Jacques Cartier, ca, 1844, Théophile Hamel,  BAC,  1997-218-1
Portrait imaginaire de Jacques Cartier, ca, 1844, Théophile Hamel, BAC, 1997-218-1

La réapparition de la pilosité faciale au début du XVIe siècle en Europe est issue des cours royales. La diffusion de cette mode se généralise dans la bourgeoisie et les classes populaires dans les décennies qui suivent. Les portraits que l’on connait de Jacques Cartier, tous imaginaires hélas, le représentent barbu à l’instar de ses contemporains.

Samuel de Champlain

Samuel de Champlain, 1870, Théophile Hamel, BAC, Collection de la Chambre des communes, C-114593
Samuel de Champlain, 1870, Théophile Hamel, BAC, Collection de la Chambre des communes, C-114593

À partir des années 1620, la barbe fournie est remplacée par une barbiche et la moustache devient du même coup plus visible. Les portraits de Champlain, imaginaires tout comme ceux de Jacques Cartier, le représentent ainsi.

Jean Talon

Jean Talon, 1671, Claude François, Archives des Augustines de Québec, Wikipédia
Jean Talon, 1671, Claude François, Archives des Augustines de Québec, Wikipédia

Le déclin de la barbe au XVIIe siècle s’inscrit dans une évolution de l’esthétique qui valorise les contours nets, lisses et fermes. Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France entre 1665 et 1672, porte une moustache fine, à l’image du roi Louis XIV.

Louis-Joseph de Montcalm

Louis-Joseph, Marquis de Montcalm, ca, 1871, BAC, 1991-209-1
Louis-Joseph, Marquis de Montcalm, ca, 1871, BAC, 1991-209-1

La disparition progressive de la pilosité faciale au XVIIe siècle s’accentue au siècle suivant dans le contexte de la montée de la galanterie. Celle-ci favorise un univers plus policé et civilisé. Le visage glabre du marquis de Montcalm s’inscrit dans cette tendance.

Louis-Olivier Taillon

Louis-Olivier Taillon, ca, 1900, Notman & Son, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec, P1000, S4, D83, PT10
Louis-Olivier Taillon, ca, 1900, Notman & Son, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec, P1000, S4, D83, PT10

Au XIXe siècle, la moustache et la barbe sont à nouveau populaires auprès de la gent masculine. Cette mode adoptée d’abord par les militaires gagne éventuellement le monde civil. Plusieurs styles coexistent ou se succèdent au cours de cette période. Parmi ceux-ci notons la barbe longue, qui est notamment portée par Louis-Olivier Taillon, premier ministre du Québec en 1887 puis entre 1892 et 1896. On raconte qu’il la tiraillait tour à tour de la main droite et de la main gauche quand il était préoccupé ou nerveux.

Félix-Gabriel Marchand

Félix-Gabriel Marchand, 1900, Montminy & Cie, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec
Félix-Gabriel Marchand, 1900, Montminy & Cie, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec

Félix-Gabriel Marchand, premier ministre du Québec de 1897 à 1900, arbore la barbe impériale, qui comporte l’usage de rouflaquettes, dont l’étendue le long des joues pouvait varier. Notons que cette appellation est surtout employée dans le monde anglo-saxon. En France, le qualificatif «impérial» réfère plutôt au style associé à l’empereur Napoléon III.

Henri Bourassa

Henri Bourassa, vers 1912, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec, P1000, S4, D83, PB90-2
Henri Bourassa, vers 1912, BAnQ, Collection Centre d'archives de Québec, P1000, S4, D83, PB90-2

À partir de la fin du XIXe siècle, le port de la barbe est en régression dans la foulée des avancées de la science médicale et de l’évolution de l’idéal masculin qui favorisent un visage rasé. Elle ne disparait pas complètement comme le montre la photographie suivante, qui représente le journaliste et homme politique Henri Bourassa vers 1912.

Honoré Mercier

Honoré Mercier, 1880, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560, S2, D1, P1602
Honoré Mercier, 1880, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560, S2, D1, P1602

Le port de la moustache seule est toutefois en progression. C’est le cas, par exemple, d’Honoré Mercier, premier ministre du Québec de 1887 à 1891, qui arbore une moustache touffue, dite morse ou à la gauloise.

Wilfrid Girouard

Wilfrid Girouard, 1940, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560, S2, D1, P1437
Wilfrid Girouard, 1940, BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560, S2, D1, P1437

La moustache en brosse à dent est particulièrement populaire dans les années 1930. Wilfrid Girouard, ministre dans le gouvernement d’Adélard Godbout, est l’un de ceux qui l’adoptent. Cette mode est tristement célèbre en raison de son association à Adolf Hitler. Sans surprise, elle est délaissée à l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

Paul Sauvé

Paul Sauvé, homme politique et ministre, 1954, Gaby, BAnQ, Fonds Gabriel Desmarais (Gaby), P795, S1, D2951
Paul Sauvé, homme politique et ministre, 1954, Gaby, BAnQ, Fonds Gabriel Desmarais (Gaby), P795, S1, D2951

Dans l’après-guerre, la moustache, qui se fait de plus en rare, est généralement discrète. C’est le cas de Paul Sauvé en 1954, alors ministre dans le gouvernement Duplessis et futur premier ministre du Québec.

De nos jours, les Québécois sont toujours soumis à l’évolution des mentalités. Bien que la pilosité faciale soit à nouveau populaire, on peut supposer que la mode proposera prochainement aux hommes à arborer un visage rasé. L’avenir nous le dira.

Un texte de Jérôme Ouellet


Références

  • LE GALL, Jean-Marie. Un idéal masculin : barbes et moustaches, XVe-XVIIIe siècles. Paris, Payot, 2011, 383 p.
  • Barbus et moustachus, Expositions, Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est.

Vous pouvez consulter la page Facebook de la Société historique de Québec en cliquant ici et le site web en vous rendant ici.