/sports/opinion/columnists
Navigation

La revue de la garde?

SPO-IMPACT-SOCCER-MLS-COLUMBUS
Photo Agence QMI, Joël Lemay Saphir Taïder

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact a connu beaucoup de changements au sein de son effectif en 2018.

Après une saison de misère l’année précédente, on était en droit de s’attendre à du remue-ménage. La blessure de Zakaria Diallo à la toute fin du camp d’entraînement a même accentué cette tendance, forçant Rémi Garde à engager plusieurs autres défenseurs.

Puisque la dernière saison est maintenant chose du passé, passons en revue l’effectif montréalais.

Nouveaux joueurs d’impact

Personnellement, j’ai bien aimé le jeu de Saphir Taïder. Il a été essentiel au succès de l’équipe cette année au milieu de terrain. L’an prochain, il devra toutefois augmenter son efficacité devant le filet adverse. Trop souvent cette saison, il a raté des occasions de marquer. Je m’attends à encore un peu plus de sa part l’an prochain.

En termes d’opportunisme, on pourrait dire la même chose d’Alejandro Silva. Un des plus grands talents de l’effectif, l’Uruguayen a manqué de constance dans ses performances.

À la même date l’an prochain, il devra inscrire un plus gros total dans la colonne des buts que cette saison.

D’autres nouveaux arrivés ont aussi contribué positivement à l’effort de guerre pour le Bleu-blanc-noir. Malgré tout, les Michael Azira, Rudy Camacho, Jukka Raitala et Quincy Amarikwa sont autant de noms pour qui l’expression « pourrait faire mieux » s’applique.

Ceux qui ont vu neiger

Pour stabiliser sa défense, Rémi Garde a fait appel à deux joueurs de métier. Rod Fanni et Bacary Sagna ont aidé le XI montréalais à connaître ses meilleurs moments cette saison.

Mais, visiblement, ils n’ont pas été en mesure d’en faire assez pour que l’équipe rejoigne les séries éliminatoires.

Fanni particulièrement s’est démarqué par son leadership sur la ligne arrière.

Finalement, Ignacio Piatti a été égal à lui-même. Sans l’ombre d’un doute, il est parmi les meilleurs joueurs de la MLS, comme en fait foi sa présence sur le XI idéal annoncé dimanche dernier. Qu’adviendrait-il de l’Impact sans lui ? Une question à laquelle on pourrait avoir à répondre dans deux ans.

Révélations

Pour moi, le jeu de Daniel Lovitz aura été une révélation cette année. Tout comme Samuel Piette, qui a réussi à démarrer l’ensemble des matchs de l’équipe cette année.

Mais qui d’entre vous avait prédit la saison d’Evan Bush ? Probablement sa meilleure en carrière, il méritait de voir son nom évoquer comme joueur le plus utile de l’équipe.

Loin des yeux...

Plusieurs joueurs, malgré les occasions qui leur ont été offertes, n’ont pas été en mesure d’offrir un rendement adéquat pour l’équipe. Matteo Mancosu, Anthony Jackson-Hamel, Chris Duvall, Ken Krolicki, Michael Petrasso et Louis Béland-Goyette ont été repérés par intermittence au cours de la saison. Jeisson Vargas a quant à lui bien fait au début de la saison, mais a par la suite été relégué aux oubliettes. À mon avis, ils en ont fait trop peu pour constituer des solutions à la relance de l’équipe.

Et pour la suite ?

Malgré une septième place au classement pour l’Impact, il y a encore trop peu de matchs dans lesquels on a pu arguer que l’équipe avait franchement bien joué. Trop des rencontres cette saison auraient pu aller « des deux côtés ».

En traçant un bilan d’un point de vue individuel, on explique en partie pourquoi l’équipe n’a pas atteint son objectif le plus important cette saison : atteindre les séries éliminatoires.

Certes, le rendement s’est amélioré en 2e partie de la saison. Mais avec cet effectif, je ne crois pas qu’on puisse s’attendre à beaucoup mieux la saison prochaine.

Malheureusement, le personnel technique montréalais n’a pas encore trouvé assez de joueurs qui sont capables de porter cette équipe vers les sommets de la MLS. Ce sera donc une autre année avec plusieurs changements pour le Bleu-blanc-noir.

Plusieurs décisions seront prises entre décembre et mars prochain d’un point de vue de l’effectif.

Espérons qu’elles soient le gage d’une stabilité et d’une qualité retrouvées.