/entertainment/events
Navigation

Un pavillon réinventé

Une cure de jouvence et trois nouvelles expositions pour le Musée national des beaux-arts du Québec

L’exposition D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? s’intéresse aux artistes qui ont voulu bousculer l’état des choses et rompre avec l’histoire colonialiste du Québec.
Photo Jean-François Desgagnés L’exposition D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? s’intéresse aux artistes qui ont voulu bousculer l’état des choses et rompre avec l’histoire colonialiste du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’une cure de jouvence majeure, le pavillon Gérard-Morisset du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) propose, à travers trois nouvelles expositions mettant en vedette 700 œuvres, une toute nouvelle façon de vivre l’expérience muséale.

Au terme d’une réflexion qui s’est déroulée sur quatre années, le MNBAQ a complètement repensé la façon de visiter et de parcourir une exposition.

« On se demandait si on était pour y arriver, et on l’a fait. Nous sommes très fébriles, et c’est très énergisant. Ouvrir un pavillon est un travail monstre », a lancé Annie Gauthier, directrice des collections et de la recherche, mercredi, lors de la réouverture du pavillon.

Les trois nouvelles expositions se déploient dans sept salles, sur trois étages. Les lieux sont dégagés, aérés, lumineux et immersifs. On retrouve même des percées vers l’extérieur.

Les effets de transparence, créés par la façon de présenter les œuvres dans les différentes salles d’exposition, amènent une toute nouvelle expérience pour le visiteur.
Photo Jean-François Desgagnés
Les effets de transparence, créés par la façon de présenter les œuvres dans les différentes salles d’exposition, amènent une toute nouvelle expérience pour le visiteur.

« L’expérience de visite se transpose de la beauté qu’on a vécue dans le pavillon Lassonde jusque dans celle, renouvelée, que l’on retrouve au pavillon Gérard-Morisset », a-t-elle fait remarquer.

Sur les 700 peintures, sculptures, pièces d’orfèvrerie et de mobilier, œuvres d’art graphiques et photographies, 400 n’ont jamais été dévoilées au public.

L’exposition permanente 350 ans de pratiques artistiques au Québec met en valeur, à travers les volets Croire, Devenir, Ressentir, Imaginer, Revendiquer, les personnes qui ont façonné l’histoire de l’art au Québec, de la Nouvelle-France jusqu’à la contre-culture des années 60.

Les modes de présentation, mis en place par Jean Hazel et Marie-France Grondin, permettent aux visiteurs d’avoir un contact plus ressenti avec les différentes œuvres.

« Notre but avoué est de faire vivre des émotions, et la scénographie mise en place accentue cet aspect », a précisé Annie Gauthier.

Ces sculptures, que l’on retrouve dans l’exposition 350 ans de pratiques artistiques au Québec, témoignent de l’influence de la religion sur l’art au 17e siècle. 
Photo Jean-François Desgagnés
Ces sculptures, que l’on retrouve dans l’exposition 350 ans de pratiques artistiques au Québec, témoignent de l’influence de la religion sur l’art au 17e siècle. 

Mirage blanc

Le volet Croire est un écho à l’idée de l’église et du rituel clérical, avec des œuvres à connotation religieuse, et se déploie comme une église qui a été remaniée avec sobriété et neutralité.

On présente même un maître-autel de l’ancien Hôpital général de Montréal, construit entre 1785 et 1788, où l’on peut voir tout le travail de restauration qui a été effectué sur la devanture, ainsi que l’arrière, afin de montrer ce qui n’a pas été complété.

La salle Devenir permet aux visiteurs d’entrer en contact, par l’entremise de portraits, à « hauteur d’hommes, avec la bourgeoisie de la société civile du Bas-Canada ».

« On a l’impression qu’ils sont là et qu’ils nous attendent », a indiqué la commissaire Anne-Marie Bouchard, conservatrice de l’art moderne au MNBAQ.

Les expositions Mirage blanc et D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? sont constituées de plusieurs œuvres récemment acquises par le MNBAQ.

Mirage blanc expose 70 œuvres sur la thématique de l’hiver. D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une invitation, à travers 40 œuvres, à rompre avec l’histoire coloniale du Québec, les blessures qui y sont associées et la montée du populisme de droite.


► L’exposition Mirage blanc est présentée jusqu’au 12 mai 2019 et D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est à l’affiche jusqu’au 12 novembre 2019.