/sports/hockey/remparts
Navigation

Roy nie les rumeurs

L’entraîneur des Remparts assure ne pas avoir été contacté par une équipe de la LNH

Quebec
Photo d’archives, Stevens LeBlanc Patrick Roy a rapidement refermé le couvercle sur la marmite où bouillonnaient des rumeurs de retour dans la LNH, jeudi, à l’issue d’un entraînement avec les Remparts.

Coup d'oeil sur cet article

Flatté par le fait que son nom aurait recommencé à circuler dans les corridors des amphithéâtres de la Ligue nationale de hockey, Patrick Roy n’a cependant pas mis de temps à éteindre la flammèche qui a jailli mercredi soir.

Selon les informations du collègue Louis Jean, de TVA Sports, « Patrick Roy serait dans la mire d’une organisation établie dans un marché majeur de la Ligue nationale » à la suite des congédiements survenus chez les Blackhawks de Chicago (Joel Quenneville) et des Kings de Los Angeles (John Stevens) au cours des dernières semaines.

Bombardé de questions à ce sujet à l’issue de l’entraînement des Remparts de Québec, jeudi matin, Roy ne s’est pas défilé et a révélé qu’aucune équipe de la LNH n’est entrée en contact avec lui. Ni récemment ni depuis le début de la saison !

« Je n’ai pas grand-chose à dire là-dessus. Pour moi, ce ne sont que des rumeurs et je n’ai eu aucun appel. De deux, je suis très heureux où je suis présentement et j’ai du plaisir à travailler avec notre équipe et notre organisation. Je peux commenter ce que je veux, mais sincèrement, je n’ai rien à dire là-dessus. Je n’ai eu de discussions avec personne », a répondu l’ancien pilote et vice-président aux opérations hockey de l’Avalanche du Colorado.

Après deux ans à explorer les parcours de golf de la Floride à la suite d’une fracassante démission à l’aube de la saison 2016-2017 de ses fonctions avec l’Avalanche, l’ancien gardien étoile a succédé à Philippe Boucher comme entraîneur-chef et directeur général des Remparts en avril dernier.

Prêt à écouter

Roy sera d’ailleurs attentif si l’une des 31 formations de la LNH manifeste de l’intérêt à son égard dans l’avenir. Mais dans l’immédiat, il a rappelé son bonheur d’avoir rechaussé ses vieilles pantoufles avec le club junior qu’il avait portées de 2005 à 2013.

« Ai-je un intérêt ? Ça dépend toujours des circonstances, ça dépend toujours avec quelle organisation, ça dépend toujours des discussions que je pourrais avoir. Est-ce que j’écouterais une équipe de la LNH ? J’ai toujours dit oui. J’ai toujours pensé qu’écouter était un signe d’intelligence, alors on va toujours faire preuve de ça.

« C’est toujours flatteur. Quand ton nom circule, il n’y a pas une personne qui est indifférente à ça. Mais en même temps, il faut garder le cap sur ce qu’on fait et non pas sur ce qui peut arriver un jour parce qu’on n’a aucun contrôle là-dessus. Ce que je contrôle, c’est [le match] de demain [vendredi] contre Shawinigan. Pour le moment, ce sont les Remparts et c’est là que mon focus est. Je suis heureux de revenir dans la famille des Remparts et je suis extrêmement bien traité par les gens de Québecor », a juré le 33.

Ancien coéquipier

N’empêche que le directeur général des Kings, Rob Blake, connaît bien Roy puisque les deux hommes ont soulevé la coupe Stanley ensemble au Colorado au printemps 2001. Certains pourraient y voir une association naturelle pour un retour du membre du Temple de la renommée dans le circuit Bettman.

Gagnant du trophée Jack-Adams à sa première saison derrière le banc de l’Avalanche, Roy avait mené l’Avalanche à 52 victoires et une récolte de 112 points au classement général lors de celle-ci.

Les Remparts amorcent une série de cinq rencontres vendredi soir au Centre Vidéotron contre les Cataractes.