/investigations/polices
Navigation

D’autres départs au sein de l’état-major de l’UPAC

Coup d'oeil sur cet article

Le changement de garde se poursuit à la tête de l’UPAC : le commissaire associé aux vérifications Michel Pelletier quittera ses fonctions d’ici la fin du mois, a appris notre Bureau d’enquête.

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a indiqué que M. Pelletier continuera d’assumer ses fonctions jusqu’au 23 novembre.

« L’UPAC est en mesure de confirmer que M. Pelletier a obtenu un nouveau poste au sein de Revenu Québec. Le processus ayant mené à son embauche a débuté au courant de l’été dernier », a indiqué hier le service des communications du corps policier.

Éric René assurera l’intérim du poste laissé vacant par le départ de M. Pelletier.

Un porte-parole de Revenu Québec, Mathieu Boivin, a précisé que M. Pelletier exercera à partir du 26 novembre prochain les fonctions de directeur principal adjoint du renseignement.

DÉPARTS EN CASCADE

Depuis un peu moins d’un an, les quatre plus importants dirigeants de l’UPAC ont annoncé leur départ.

Le commissaire Robert Lafrenière, à la tête de l’organisation depuis sa création, a quitté ses fonctions le 2 novembre dernier.

Le commissaire associé aux enquêtes, Frédéric Gaudreau, déjà en poste à l’UPAC, assume depuis les fonctions de M. Lafrenière de façon intérimaire.

POURSUITE

Quelques mois plus tôt, en avril, le départ du directeur des opérations, André Boulanger, avait également été annoncé.

M. Boulanger, un policier de la Sûreté du Québec, était le responsable des enquêtes à l’UPAC. Il a repris ses fonctions au sein du corps policier.

Le 1er décembre dernier, le commissaire associé Marcel Forget a annoncé son départ après la publication d’un reportage de notre Bureau d’enquête révélant qu’il avait agi comme intermédiaire pour la vente d’actions d’une entreprise controversée.

En février dernier, Marcel Forget a décidé de poursuivre le gouvernement du Québec pour la somme de 2 millions $, car il estime avoir été congédié illégalement.

Par ailleurs, une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes est également en cours sur une enquête sur des fuites de renseignements policiers de l’UPAC que l’UPAC a menée elle-même.