/misc
Navigation

Redevenir des Canadiens français?

<<STORY SLUG>>
Photo d'archives Agence QMI, Dave Abel Doug Ford

Coup d'oeil sur cet article

La plupart des Québécois se foutent des francophones hors Québec.

La distance n’explique pas tout. Depuis que nous avons commencé à nous dire « Québécois » plutôt que « Canadien français », il y a une cinquantaine d’années, nous les avons évacués de notre conscience, de nos combats ; nous avons cessé de les considérer comme des frères et des sœurs dont le destin était lié au nôtre.

Les francos hors Québec ont été ballottés dans la grande querelle entre fédéralistes et souverainistes.

Les premiers les ont souvent instrumentalisés : tout ralentissement de l’assimilation des francos était un signe des formidables vertus du Dominion. Que c’était fabuleux : il n’était plus francocide (si vous me permettez le néologisme) comme à l’époque de Riel ou du Règlement 17.

Les seconds, les souverainistes, avaient tout intérêt à noircir le tableau. À démontrer l’inéluctabilité de l’assimilation, à cacher tout progrès. Les francos hors Québec ? Des « cadavres encore chauds » (Yves Beauchemin) ; ou des canards déjà morts... « dead ducks » (René Lévesque).

La donne a changé

Mais comme l’a répété à plusieurs reprises François Legault à des Américains (qui ne comprenaient manifestement pas ce que ça impliquait) dans sa mission à Boston, la querelle des « oui » et des « non » n’est plus à l’ordre du jour.

Cela a certains effets imprévus. La menace souverainiste n’apparaissant plus sur le radar, nombre de Canadiens anglais – dans l’élite comme dans le peuple – semblent tentés d’abandonner toute bonne volonté à l’égard des francophones.

En 2015, une Cour suprême divisée tranche dans la fameuse cause Caron : l’Alberta et la Saskatchewan n’ont finalement aucune obligation constitutionnelle de publier leurs lois en anglais et en français.

En 2018, au Nouveau-Brunswick – seule province officiellement bilingue au Canada – un parti dont le chef est unilingue se hisse au pouvoir avec l’appui d’un petit parti radical dont le programme est d’en finir avec le bilinguisme.

En 2018, le gouvernement ontarien de Doug Ford met fin au projet de création de l’Université de l’Ontario français et a aboli du même souffle le Commissariat aux services en français.

Se resensibiliser

Devant ces attaques frontales contre la francophonie hors Québec, les Québécois continueront-ils à ignorer complètement ce qui arrive aux francophones dans le ROC ?

Espérons que non. Déjà il semble y avoir quelques réactions.

Il y a trois ans, j’ai participé au documentaire d’Achille Michaud, Une langue commune, deux identités à Radio-Canada au sujet des « deux solitudes » que représentent les francophones hors Québec et les Québécois.

J’y confiais la surprise qu’a représentée pour moi la découverte, alors que j’avais une vingtaine d’années, des combats de mon grand-père, Émilien Rochette, pour la « survivance » des « Canadiens français » partout dans la confédération.

En fouillant dans une boîte, j’étais tombé sur un disque vinyle 78 tours sur lequel était gravé un discours prononcé par Émilien en 1952 lors d’un congrès de l’Association des Canadiens français de l’Alberta.

J’avais été remué de l’entendre grasseyer en disant que « tous les patriotes de notre pays » doivent s’intéresser aux « grandes questions », aux « problèmes des minorités ».

Dans le reportage de Michaud, diffusé en 2015, on voit Pierre Ouellette, alors recteur de l’Université de Hearst en Ontario, pester : « On est tannés que les Québécois ne sachent pas qui on est. [...]. Qu’ils ne nous aiment pas, ce serait une chose. Qu’ils nous ignorent, je pense que c’est pire. »

Comment nous resensibiliser ? Faudrait-il « apprendre, après plus de 40 années, à redevenir des Canadiens français » ?

Cette phrase me taraude depuis dix ans. Elle est du philosophe Daniel Jacques, dans son essai à la fois troublant et prémonitoire La fatigue politique du Québec français (Boréal 2008).

Le carnet de la semaine

IL S’EST FAIT RÉPONDRE

George Tsantrizos, ancien attaché politique de Gerry Sklavounos, a refusé toutes les demandes d’entrevue lors des dernières élections. Il était pourtant candidat libéral dans Laurier-Dorion. Sur Twitter jeudi, il a vilipendé la métaphore coke-troisième lien de Catherine Dorion, députée de QS : « Jamais dans ma vie et surtout durant mes onze années de carrière comme attaché politique, n’ai-je vu un discours aussi odieux provenant d’un parlementaire. @cathdorion doit être réprimandée. Comment @QuebecSolidaire peut-il endosser ce type de comportement honteux ? » Réplique de Josée Larouche, de l’équipe parlementaire de QS : « Moi j’ai vu, entendu et j’ai aussi vécu pire. T’as besoin d’en parler ? Je suis là. »

ESPRIT DE BOTTINE

Faire un journal, des émissions de radio, de la télé, ce sont des miracles quotidiens. Il faut composer des titres rapidement, trouver des formules imagées. Souvent, on cède au cliché. Cette semaine, le déménagement du fabricant de peinture Sico a entraîné une réplique rare du premier ministre Legault : il a, sans prononcer le mot, incité au boycottage de « la peinture Sico qui n’est pas faite au Québec ». Et cela a déchaîné l’esprit de bottine dans les rédactions ! Les suggestions ont fusé : « Legault rajoute une couche », « Legault décape Sico », « Legault s’est peinturé dans le coin ». En avez-vous d’autres ? antoine.robitaille@quebecormedia.com

LES LIÈVRES DE MARCEAU

L’ancien ministre des Finances du PQ, Nicolas Marceau, a publié cette semaine dans Le Devoir, avec Alain Therrien, sa réflexion sur la défaite du PQ. Son constat, on a cessé de parler d’indépendance. « L’atteinte de cet objectif a souvent été en concurrence avec d’autres. [...] quand on court plusieurs lièvres à la fois, le risque de revenir bredouille est élevé. » Curieusement, les deux mêmes personnes signaient en mai 2016 une proposition d’un référendum à deux options : l’indépendance ou une hypothétique offre de fédéralisme renouvelé. Ce n’était pas deux lièvres, ça ?

La citation de la semaine

« C’est clair que ces contrats-là ne sont pas nécessaires, puisqu’on est en surplus chez Hydro-Québec pour les 20 prochaines années. »

– François Legault, premier ministre du Québec, au sujet de 12 projets électriques

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions