/entertainment
Navigation

Course: la blessure au genou

Young woman having knee pain
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Le genou du coureur doit être son allié, car dans un autre temps, il peut devenir son pire ennemi. Que ce soit par des gestes simples comme marcher, s’asseoir ou monter un escalier, la paire de genoux fonctionnels est nécessaire. À la course, son bon état prend encore plus de sens. Voilà que, quand la blessure l’afflige, ce pauvre genou qui voulait tant ne peut plus obtempérer.

Qu’est-ce qu’une blessure au genou

Le genou met en lien le fémur (os de la cuisse), le tibia (un des deux os de la jambe) et la rotule avec plusieurs muscles. Ces relations sont faites par des dizaines de structures tendineuses et ligamentaires. C’est assez complexe comme patente !

Toutes ces structures peuvent être impliquées dans la blessure... qui crée un « ouch » !

Comment la reconnaître

Il existe plusieurs blessures possibles à l’articulation du genou. Les trois énoncées plus fréquentes sont le syndrome fémoro-patellaire, le syndrome de la bandelette ilio-tibiale et la tendinopathie rotulienne. Elles s’identifient de manières différentes selon ce qu’elles sont.

D’abord, le syndrome fémoro-patellaire (fémoro pour fémur et patellaire pour patella, synonyme de rotule) est caractérisé par une douleur en arrière et autour de la rotule du genou.

Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale (une structure allant de l’os de la hanche au tibia) se reconnaît quant à lui par des douleurs sur le côté du genou suite à la friction de la fameuse bandelette sur un os.

Finalement, la tendinopathie rotulienne se caractérise dans la majorité des cas par une douleur localisée dans le bas de la rotule. Une chose est certaine, le coureur souhaite s’enfuir de chacune d’elle à toute vitesse.

Ce qui la cause ?

Toute blessure au genou fait principalement suite à la même erreur : une mauvaise adaptation.

Que ce soit par l’augmentation trop rapide d’un volume de course en temps ou en kilomètres, par une intensité d’entraînement augmentée, par un geste moteur de coureur déviant ou par une chaussure inadéquate, le genou et ses structures ne se sont de toute évidence pas adaptés s’ils finissent blessés.

La surcharge occasionnée par les autres activités impliquant le genou est parfois oubliée, mais contribue aussi à la blessure parce qu’elle sollicite aussi la structure.

La prévenir ?

Pour prévenir tout type de blessure au genou, il est important de garder un mot en tête : progression. En faire toujours juste assez... Juste assez pour que les structures s’adaptent à en faire un peu plus. Facile à dire, mais moins facile à faire.

Voilà pourquoi, quand il est difficile d’y arriver seul, les professionnels en course à pied peuvent grandement aider.

Que ce soit en débutant la course, en améliorant son modèle d’entraînement, en modifiant sa technique ou son équipement, une gradation adaptée vers le changement est nécessaire.

En quoi consiste le traitement ?

Le traitement des blessures au genou peut être assez complexe, mais, heureusement, il peut aussi être assez simple.

Il consiste souvent simplement à certains petits ajustements que le professionnel pourra identifier.

Généralement, il est nécessaire de considérer ajouter de la musculation pour renforcer non seulement le genou, mais aussi tous les muscles autour de la structure.

Consulter rapidement est la chose la plus importante à faire.