/sports/football/rougeetor
Navigation

Le Rouge et Or a vu son souhait être exaucé

L’équipe aura une chance de faire oublier son échec de 2017 contre les Mustangs

DM coupe vanier-01
Photo d’archives En novembre 2017, Mathieu Betts (à gauche) et le Rouge et Or avaient baissé pavillon devant Chris Merchant (au centre) et les Mustangs à la Coupe Vanier présentée à Hamilton.

Coup d'oeil sur cet article

Avant de connaître l’identité des champions de la Coupe Mitchell, les entraîneurs et joueurs du Rouge et Or de l’Université Laval souhaitaient une victoire des Mustangs de Western.

Trois heures après leur victoire à sens unique de 63-0 face aux X-Men de St.Francis Xavier à la Coupe Uteck, tout ce beau monde voyait son souhait exaucé avec le gain de 47-24 des Mustangs face aux Huskies de la Saskatchewan.

« Il n’y a aucun doute qu’on voulait affronter Western, a déclaré l’entraîneur-chef, Glen Constantin. Nous sommes des compétiteurs et on voulait vraiment retrouver Western, étant donné que nous n’avions pas disputé notre meilleur match l’an dernier. Cette fois-ci, on devra connaître un meilleur départ et être plus physiques. En 2005, quand nous avions perdu en demi-finale canadienne contre la Saskatchewan et en 2011 lors de notre défaite à la Coupe Vanier contre les Marauders de McMaster, nous avions pris notre revanche la saison suivante. »

Marc Fortier abonde dans le même sens. « C’est toujours le fun de te mesurer à une équipe qui t’a battu, a souligné le coordonnateur défensif du Rouge et Or. Ça nous donne l’occasion de nous mesurer de nouveau. L’objectif était d’obtenir la chance de disputer une autre Coupe Vanier. »

Tous le même objectif

Joueur par excellence de la Coupe Uteck avec cinq passes de touché en première demie, Hugo Richard est ravi. « C’est l’idéal de pouvoir prendre notre revanche à la maison, a mentionné le pivot de 5e année qui disputera son dernier match dans les rangs universitaires. On n’a pas bien performé l’an dernier et on veut se reprendre. »

Samuel Thomassin est lui aussi très heureux de revoir les Mustangs dont la dernière défaite remonte à la Coupe Yates de 2016 face aux Golden Hawks de Laurier. « J’espérais vraiment que Western gagne, a mentionné le garde étoile. J’aimerais prendre notre revanche à la maison. Tout le monde est conscient qu’on aimerait revoir certaines choses du match de l’an dernier. On va se présenter de façon différente. Cette année, la ligne offensive est en santé. »

Les Mustangs tenteront de devenir la première équipe depuis le Rouge et Or en 2012 et 2013 à réussir le doublé. Le Rouge et Or tentera de son côté de remporter un 10e titre national et de signer la quatrième saison parfaite de son histoire après celles de 2008, 2010 et 2013.

Rencontre émotive

Après la Coupe Uteck, Constantin a renoué avec l’entraîneur-chef adjoint et coordonnateur des unités spéciales des X-Men Jim Daley. Avant d’amorcer une longue carrière dans la LCF, Daley a dirigé Constantin avec les Gee Gees d’Ottawa à la fin des années 1980. « C’était spécial de le revoir et c’était spécial de te faire dire par ton ancien entraîneur qu’il est fier de toi », a exprimé le pilote de Laval fort ému.

Les deux coachs se sont longuement enlacés sous l’œil de maman Constantin qui elle aussi a servi une chaleureuse accolade à Daley.

Une équipe plus outillée et en santé

À l’aube de se frotter aux champions en titre de la Coupe Vanier, Marc Fortier estime que le contexte est plus favorable que l’an dernier pour le Rouge et Or.

« Après un match difficile à Calgary et un long voyage de retour, nous étions dans le bus trois jours plus tard en direction de Hamilton, a souligné le coordonnateur défensif de l’Université Laval. Je ne cherche pas d’excuses parce que les Mustangs avaient très bien exécuté et nous n’avions pas été capables d’élever notre jeu à leur niveau, mais on avait l’air d’une équipe fatiguée, ce qui est tout le contraire cette année. »

Plus reposé, le Rouge et Or aura néanmoins tout un défi à relever pour soulever la 10e Coupe Vanier de son histoire. Fortier en est pleinement conscient.

« C’est l’une des meilleures offensives qu’on a affrontées au cours des dernières années et la meilleure cette saison, a-t-il affirmé. On est toutefois mieux outillé parce qu’on sait quel genre d’équipe on va affronter. On sait comment ils sont physiques, que leur quart-arrière est capable de courir, que leurs porteurs de ballon sont très bons et que leurs receveurs sont capables de réussir des attrapés contestés. Leur ligne offensive est grosse et les membres travaillent bien ensemble. Leur offensive est très, très bien équilibrée. Leur play action fonctionne bien parce que leur attaque au sol est menaçante, mais leur quart-arrière (Chris Merchant) est précis et mise sur des receveurs avec beaucoup de vitesse. »

Du nouveau en défensive

Les Mustangs ont dominé la scène canadienne avec 384 points. À titre de comparaison, le Rouge et Or a terminé en 3e place avec 307 points.

S’il est en mesure de revenir au jeu, le plaqueur Clément Lebreux représentera un ajout intéressant comparativement à l’an dernier où il était à la retraite avant de reprendre le chemin de l’université en janvier. Même chose pour le secondeur Daniel Basambombo qui évoluait uniquement sur les unités spéciales en 2017, mais qui a éclos cette année en défensive pour mériter une place sur l’équipe d’étoiles du RSEQ.

Utilisé en premier essai contre les formations misant sur une solide attaque terrestre, le secondeur de première année Frédéric Pongo ajoute aussi du coffre au front défensif.